Parti Communiste du Venezuela : l'accord entre les élites s'est consolidé au Mexique

 accueil    venezuela 

Bureau politique du Parti Communiste du Venezuela
le 23 août 2021

envoyer à un ami  recommander à un ami

Les représentants politiques des deux fractions les plus importantes de la bourgeoisie nationale sont parvenus à un accord au Mexique. Cet accord semble jeter les bases du reste des négociations politiques qui se préparent depuis un certain temps et qui ont abouti à des actions concrètes au profit des ennemis du peuple vénézuélien.

D'une part, le gouvernement de Nicolas Maduro et la direction traîtresse du Parti socialiste unifié (PSUV) qui représente les intérêts des puissants nouveaux riches nés des contrats d'État. De l'autre, la droite dirigée par Juan Guaido, Henrique Capriles et les partis sociaux-démocrates qui représentent la bourgeoisie nationale traditionnelle et les intérêts des monopoles transnationaux américains et européens.

Il est nécessaire de rappeler que la fraction de l'opposition agit en subordination ouverte aux intérêts de l'impérialisme américain et européen. En tant que telle, sa force pour forcer les pourparlers provient de l'impact néfaste des sanctions coercitives, unilatérales et illégales imposées par les puissances impérialistes contre notre pays.

Étant donné cette composition de classe des deux forces politiques qui se sont rencontrées au Mexique, il est clair que le contenu des soi-disant "pourparlers de paix" tournera autour de leurs intérêts. C'est pourquoi, lorsque les porte-parole parlent de négociations pour la stabilité ou pour le salut national, ils font référence à la création de conditions pour garantir leur propre stabilité et leur propre salut, au détriment des intérêts du pays et des travailleurs de la ville et de la campagne.

Le protocole d'accord signé au Mexique se base sur les accords économiques précédents et cherche à fournir des garanties au capital privé. Tant le gouvernement que l'opposition de droite sont d'accord sur l'agenda économique néolibéral actuel imposé par la libéralisation des prix, la dollarisation de fait, la privatisation des biens publics, la restitution des entreprises publiques et des terres agricoles au capital privé et foncier, la flexibilité fiscale, l'ouverture au capital privé dans le secteur pétrolier, la destruction des salaires et la dérégulation des relations de travail. Ces politiques s'ajoutent aux importantes promesses de profits juteux pour le capital privé national et étranger avec les zones économiques spéciales et aux attentes d'une réforme de la loi sur les hydrocarbures, avec laquelle il est prévu de privatiser l'industrie pétrolière et de réduire la capacité de l'État à capter la rente pétrolière.

C'est pourquoi la classe ouvrière, les campesinos et les secteurs populaires ne peuvent être trompés par le dialogue de la bourgeoisie au Mexique. Nos intérêts et nos besoins ne sont pas les questions importantes à l'ordre du jour des représentants politiques de la bourgeoisie nationale et transnationale rapace. Bien au contraire, c'est le sacrifice de nos conquêtes et de nos droits, et le fait de faire peser sur nos épaules le poids de la crise et des sanctions impérialistes illégales que ces deux forces politiques de la bourgeoisie se serrent la main et aspirent à signer aujourd'hui le "calumet de la paix".

Un autre exemple de cette réalité est que, alors que le dialogue a offert des résultats rapides dans la libération de personnalités de droite impliquées dans des agressions étrangères contre le pays, de nombreux travailleurs continuent d'être emprisonnés en raison d'une politique croissante de persécution et de criminalisation des luttes ouvrières, syndicales, sociales, paysannes ou féminines.

Mais les preuves vont plus loin : alors que le dialogue génère des réponses rapides aux demandes des employeurs de payer moins d'impôts et de libérer les prix, les demandes des travailleurs pour un salaire égal au panier alimentaire de base et contre les licenciements illégaux sont rejetées.

Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste vénézuélien (PCV) rejette et condamne cette farce de dialogue qui a été imposée en tournant le dos aux demandes et aux besoins réels des travailleurs de la ville et de la campagne.

Nous dénonçons devant le peuple vénézuélien que l'objectif des pourparlers mexicains est de consolider le pacte bourgeois de répartition des richesses du pays entre les capitalistes nationaux et étrangers, tout en imposant un paquet d'ajustement économique anti-populaire. Tout cela, en plus, en garantissant une impunité grotesque à ceux qui ont amassé de grandes fortunes et sont protégés par la corruption, ainsi qu'à ceux qui ont promu des sanctions étrangères illégales contre le pays et se sont appropriés les ressources de la nation.

Aujourd'hui, plus que jamais, les travailleurs doivent être unis pour lutter contre l'offensive que le pacte bourgeois du Mexique va imposer à nos droits et à la souveraineté du pays.

Hier, c'était le pacte de Punto Fijo ; aujourd'hui, ce sera le pacte du Mexique. Avec des acteurs nouveaux et anciens, mais toujours contre les intérêts des travailleurs et de la Patrie.

La classe ouvrière, les campesinos et les forces populaires doivent construire l'Alternative Populaire Révolutionnaire face au nouveau pacte entre les élites.

Caracas, le 17 août 2021

Source :solidnet.org

 accueil    venezuela 

56 visiteurs ont lu cet article