« FACE À L’INCONNU… LA PANDÉMIE ET LE SYSTÈME-MONDE » (ET CUBA, ET LE VENEZUELA..)

 accueil    venezuela 

IGNACIO RAMONET
publié le 29 avril 2020

envoyer à un ami  recommander à un ami

Ancien directeur du mensuel Le Monde diplomatique, Ignacio Ramonet est actuellement directeur de l’édition espagnole du Monde diplomatique1 et président de l’Association Mémoire des luttes. Il est également éditorialiste de politique internationale à l’agence Kyodo News (Tokyo), à l’agence Inter Press Service (IPS)3, à Radio Nederland (Amsterdam), au quotidienEleftherotypía (Athènes) et au journal d’information numérique Hintergrund en Allemagne.



Ignacio Ramonet vient de rédiger une dense étude de 26 pages sur la pandémie du Covid-19, où il démonte notamment l’idée qu’elle aurait pris l’humanité par surprise, et en particulier les grandes puissances. De nombreuses études et rapports de services de renseignement l’annonçaient : “La plus importante, peut-être, de ces analyses a été présentée en novembre 2008 par le National Intelligence Council (NIC), le bureau d’anticipation géopolitique de la CIA, qui a publié pour la Maison Blanche un rapport intitulé Global Trends 2025 : A Transformed World”, précise Ramonet. “Ce document confidentiel comprenait des recherches d’environ 2.500 experts indépendants d’universités de 35 pays d’Europe, de Chine, d’Inde, d’Afrique, d’Amérique Latine et du monde arabo-musulman.”

“Avec un sens inhabituel de l’anticipation, il annonçait avant 2025 l’apparition d’une nouvelle maladie respiratoire humaine, hautement transmissible et virulente pour laquelle il n’existe pas de contre-mesures adéquates, et qui pourrait devenir une pandémie globale » souligne-t-il. Ramonet explique qu’un rapport plus récent, réalisé par le Pentagone en 2017 (alors que Trump occupait déjà la Maison Blanche), a confirmé que l’alerte de ‘« la menace la plus probable et significative pour les citoyens étasuniens est une nouvelle maladie respiratoire”. Ramonet rappelle également des avertissements de l’Organisation Mondiale de la Santé et de plusieurs scientifiques.

L’étude fait un tour d’horizon de toutes les conséquences avérées ou possibles de la pandémie sur les plans social, technologique, économique et politique, tel l’avènement du capitalisme numérique : « La quarantaine mondiale menace, sur toute la planète, la survie économique d’innombrables entreprises de divertissement, de culture et de loisirs (théâtres, musées, librairies, cinémas, stades, salles de concert, etc.) D’autre part, les mastodontes numériques tels que Google, Amazon, Facebook ou Netflix, qui dominaient déjà le marché, connaissent un grand moment de triomphe commercial. L’injection massive d’argent et, surtout, de macro-données qu’ils reçoivent leur permettra de développer de manière exponentielle leur maîtrise de l’intelligence algorithmique. Pour dominer encore plus, à l’échelle mondiale, la sphère de la communication numérique. Ces gigantesques plates-formes technologiques sont les gagnants absolus, en termes économiques, de ce moment tragique de l’histoire. Cela confirme que, dans le capitalisme, après l’ère du charbon et de l’acier, l’ère des chemins de fer et de l’électricité, et l’ère du pétrole, le temps est venu pour les données, la nouvelle matière première dominante de l’ère post-pandémique

.« Sur le plan médical, l’auteur souligne l’importance de la solidarité de Cuba avec d’autres pays dans la bataille contre le Covid-19, malgré les dommages causés par le blocus des États-Unis. “L’île a été la première à venir en aide à la Chine quand la pandémie a éclaté. Depuis lors, les autorités cubaines n’ont cessé d’envoyer des brigades de médecins et de personnel sanitaire pour combattre le Covid-19 dans une vingtaine de pays, répondant aux demandes angoissées de leurs gouvernements (..) Le monde est en train de découvrir ce que les principaux médias dominants internationaux ont essayé de cacher jusqu’à présent : Cuba est une superpuissance médicale.

« Le journaliste et spécialiste de la communication évoque également l’importance du modèle vénézuélien : « De nombreux experts considèrent que l’Islande et la Nouvelle-Zélande, ainsi que la Corée du Sud, sont les nations qui ont le mieux fait face à la pandémie. Mais il faut ajouter le cas du Venezuela. Bien que les médias internationaux dominants refusent de l’admettre, le président Nicolas Maduro a été, en Amérique du Sud, le leader qui a le plus rapidement compris comment agir de manière drastique contre l’agent pathogène. Grâce à la batterie de mesures (confinement, fermeture des frontières, fouilles volontaires de maison en maison, hospitalisation de toutes les personnes positives) décidées par son gouvernement – et malgré le blocus économique, financier et commercial illégal imposé par les États-Unis, et les menaces militaires -, le Venezuela a pu éviter les erreurs commises en Italie, en Espagne ou aux États-Unis et sauver des centaines de vies. La « méthode du Venezuela » s’est avérée être l’une des plus efficaces au monde. L’OMS a reconnu que le nombre de personnes infectées au Venezuela est plus faible en Amérique latine qu’au Brésil, au Chili, en Équateur, au Pérou, au Mexique, au Panama, en République dominicaine, en Colombie, en Argentine, au Costa Rica, en Uruguay, au Honduras et en Bolivie.

« Note de Venezuelainfos: depuis le début de la pandémie jusqu’au 29 avril 2020, le Venezuela a limité à 331 le nombre de personnes infectées. Sur ce total on ne compte que 10 décès, soit un taux de 0,3 par million d’habitant(e)s. 142 patient(e)s sont guéri(e)s (soit un taux de guérison de 42,9 %). 89 continuent à recevoir des soins dans les hôpitaux, 66 dans les Centre de Diagnostic Intégral (CDI), et 24 dans les cliniques.

Des milliers de vénézuélien(ne)s rentrent chez eux, fuyant le Covid-19 qui explose en Colombie, au Pérou et en Équateur. Malgré les attaques contre sa monnaie, la guerre des prix menée par le secteur privé, la chute des cours du pétrole et le blocus maritime des Etats-Unis, le gouvernement bolivarien s’efforce de maintenir une assistance sociale de base. Pour ces citoyen(ne)s arrivant à la frontière, le protocole de sécurité vénézuélien prévoit une assistance médicale totalement gratuite, des tests obligatoires et un confinement de 15 jours avant de se rendre dans leur État. Des refuges de confinement et des autobus publics ont été mis en place pour transporter ensuite, gratuitement, les personnes concernées chez elles. (Note de Venezuelainfos)

Sources: Prensa Latina et traduction FR de l’étude par Jean-Claude Romettino.

Lire aussi: Covid-19, le modèle vénézuélien… occulté par les médias

 

 accueil    venezuela 

32 visiteurs ont lu cet article