Obama A signé la Loi "National Defense Authorization Act"

Michel Chossudovsky

publié le : 12 septembre, 2012

Cet article publié en janvier 2012 n'en reste pas moins d'actualité par ce qu'il montre la dérive des USA vers une démocratie de façade. Par ailleurs la traduction relève manifestement d'une traduction automatique type Goggle. avec ses imperrfections et ses risques de contre sens. Mais je n'ai pas pu trouver mieux. SI quelqu'un a mieux merci de transmettre à contact@collectif-communiste-polex.org

recommended for consutation

Avec un débat médiatique minimale, à un moment où les Américains fêtaient le Nouvel An avec leurs proches, la «Loi nationale Defense Authorization" HR 1540 a été promulguée par le président Barack Obama. La signature effective a eu lieu à Hawaii le 31 Décembre 2011.

Selon la «déclaration de signature» d'Obama, la menace d'Al-Qaïda à la Sécurité de la Patrie constitue une justification de l'abrogation des droits et libertés fondamentaux. Les dispositions pertinentes relatives aux droits civils ont été soigneusement camouflées dans une courte section d'un document de 500 pages.

La déclaration de signature (voir la transcription ci-dessous) est un écran de fumée. Obama dit qu'il est en désaccord avec l'NDAA, mais il la signe.

«[J'ai] de sérieuses réserves sur certaines dispositions qui réglementent la détention, l'interrogatoire, et la poursuite des présumés terroristes."

Obama signe la loi, tout en reconnaissant que certaines dispositions de la NDAA (sous-titres contenus dans D - Contre-terrorisme) sont inacceptables. Si tel est le cas, il aurait pu soit opposé son veto au NDAA (HR 1540) soit le renvoyer au Congrès avec ses objections.

Le fait est que l'exécutif et le Congrès américain sont complices dans l'élaboration de sous-titres D. À cet égard, le sénateur Carl Levin (D-Mich.) a révélé qu'il était à la Maison Blanche qui avait demandé aux services forces armées du Sénat Comité "pour supprimer la langue de la loi qui aurait interdit aux citoyens américains" de détention militaire sans procès équitable "

Obama justifie la signature de la NDAA comme un moyen de lutte contre le terrorisme, dans le cadre d'une «contre-terrorisme" ordre du jour. Mais au fond, tout Américain opposés à la politique du gouvernement américain peuvent - en vertu des dispositions de l'NDAA - être étiqueté «terroriste présumé» et arrêté en vertu de détention militaire. Déjà en 2004, Homeland Security défini plusieurs catégories de potentiel "conspirateurs" ou "présumés terroristes" dont "l'étranger [islamique] terroristes», «groupes radicaux domestiques», [anti-guerre et groupes de droits civils], «employés mécontents» [le travail et le syndicat militants] et «l'état des adversaires parrainé» [«États voyous», «nations instables»]. L'objectif implicite dans une ère de crise de guerre et social est de réprimer toutes les formes de protestation nationale et la dissidence.

La "Loi nationale Defense Authorization" (HR 1540) est un "cadeau" d'Obama au peuple américain pour l'année nouvelle:

"En outre, je tiens à préciser que mon administration ne sera pas autoriser la détention illimitée sans procès militaire des citoyens américains. En effet, je crois que cela romprait avec nos traditions les plus importantes et les valeurs en tant que nation. Mon administration va interpréter l'article 1021 de d'une manière qui garantit que toute détention qu'elle autorise est conforme à la Constitution, les lois de la guerre, et toutes les autres lois applicables. " (Nous soulignons)

Barack Obama est un avocat (diplômé de la Harvard Law School). Il sait juste bien que sa déclaration de signature -[ qui perroquets son engagement pour la démocratie] - est purement cosmétique. Il n'a pas force de loi.

Son administration «ne pas autoriser" quoi? La mise en œuvre d'une loi approuvée par l'exécutif et signé par le président des États-Unis?

L'article 1021 est limpide. L'exécutif ne peut pas refuser de l'appliquer. La déclaration ne fait pas la signature de quelque manière que d'invalider ou de modifier la signature effective par le président Obama d'NDAA (HR 1540) dans la loi. Il n'a pas d'incidence sur la mise en œuvre / l'application de la loi.

Dictature démocratique» en Amérique

La "Loi nationale Defense Authorization" (HR 1540) abroge la Constitution américaine. Alors que la façade de la démocratie l'emporte, soutenu par la propagande des médias, la république américaine est fracturé. La tendance est à la création d'un État totalitaire, un gouvernement militaire vêtus de vêtements civils.

Le passage de NDAA est intimement liée à Washington agenda militaire mondial. La poursuite de l'hégémonie militaire mondiale exige aussi la «militarisation de la patrie", à savoir la disparition de la République américaine.

En substance, la déclaration de signature est destiné à tromper les Américains et donner un "visage démocratique" du président ainsi que le poste-911 se déroule appareil militaire d'État de la police.

La "plupart des traditions et des valeurs importantes" en dérogation de la Charte des droits et la Constitution des États-Unis ont en effet été abrogé, à compter du Jour de l'An 1er Janvier 2012.

Le NDAA autorise la détention arbitraire et indéfinie militaires des citoyens américains.

Les leçons de l'Histoire

Ce réveillon du Nouvel An Décembre 31, 2011 la signature de l'NDAA sera indélébile dans les annales comme un jalon dans l'histoire américaine. Barack Obama sera dans l'histoire comme "le président qui a tué la démocratie constitutionnelle» aux États-Unis. .

Si nous voulons mettre cela dans un contexte historique comparative, les dispositions pertinentes de la 1540 NDAA RH sont, à bien des égards, comparable à celles contenues dans le «décret du président du Reich pour la protection des personnes et de l'Etat" , communément appelé le "décret du Reichstag Fire" (Reichstagsbrandverordnung) promulguée en Allemagne sous la République de Weimar, le 27 Février 1933 par le président (maréchal) Paul von Hindenburg.

Mis en œuvre dans le sillage immédiat de l'incendie du Reichstag (qui a servi de prétexte), ce décret a été Février 1933 utilisées pour l'abrogation des libertés civiles, y compris le droit d'habeas corpus.

L'article 1 de Février 1933 «Le décret du président du Reich pour la protection des personnes et de l'Etat" a suspendu les libertés civiles, sous prétexte de "protéger" la démocratie: «Ainsi, les restrictions à la liberté personnelle, le droit de libre expression des opinions, y compris la liberté de la presse, sur le droit d'association et de réunion, et les violations de la confidentialité des communications postales, télégraphiques, et les communications téléphoniques, et des mandats d'perquisitions, les commandes de confiscations, ainsi que les restrictions sur les droits de propriété sont autorisées au-delà des morales limites prévues par règlement. »(art. 1, italiques ajoutés)

La démocratie constitutionnelle a annulé en Allemagne à travers la signature d'un décret présidentiel.

Le décret incendie du Reichstag a été suivi en Mars 1933 par "La loi d'habilitation" (Ermächtigungsgesetz) qui a permis (ou activé), le gouvernement nazi du chancelier Adolf Hitler, d'invoquer de facto des pouvoirs dictatoriaux. Ces deux décrets ont permis au régime nazi d'introduire une législation qui était en contradiction manifeste avec la Constitution de Weimar 1919.

L'année suivante, après la mort du président Hindenburg en 1934, Hitler », a déclaré le bureau du président vacant» et s'est proclamé Fuhrer, en combinant la fonction de chancelier et de chef de l'Etat.


Nouvel An Obama Le cadeau au peuple américain

Dire que le 1er Janvier 2012 est «Un triste jour pour l'Amérique» est un euphémisme.

La signature de NDAA (HR 1540) en droit équivaut à la militarisation de l'application des lois, l'abrogation de la loi Posse Comitatus et l'inauguration en 2012 de la Police d'Etat Etats-Unis.

Comme dans l'Allemagne de Weimar, les droits et libertés fondamentaux sont abrogés sous le prétexte que la démocratie est menacée et doit être protégé.

Le NDAA est "Le cadeau de nouvel an d'Obama » au peuple américain. ...

Source : http://www.globalresearch.ca

Sommaire Accueil