La Russie déjoue la politique américaine de «confinement» de la Chine

 accueil    strategie 

Salman Rafi Sheikh* Non seulement la Russie n’a pas accepté de participer à un G7 dont la vocation aurait été d’endiguer la Chine, mais elle a fait la contreproposition d’y inclure la Chine (note et traduction de Danielle Bleitrach)
publié le 20 juillet 2020

envoyer à un ami  recommander à un ami

Lorsque le président américain Donald Trump a récemment invité la Russie à participer au sommet du G-7 et a qualifié son invitation d’expression de “ bon sens ”, il n’avait pas seulement l’intention d’utiliser le “ facteur Russie ” comme un moyen de contrebalancer la croissance de l’Europe. assurance à l’égard des États-Unis au sujet du sommet du G-7 et d’une foule d’autres questions. L’intention était également d’amener la Russie dans le «giron occidental» pour isoler la Chine à l’échelle mondiale. N’oublions pas ici que les divers documents de politique officiels américains que l’administration Trump a publiés ont déclaré à plusieurs reprises que la Chine était la plus grande “ menace ” à laquelle les États-Unis sont actuellement confrontés. De nombreux hauts responsables américains croient fermement que la Chine est la plus grande menace. Par conséquent, si la «menace chinoise» doit être contrée, le bon sens placerait la Russie du côté américain. En effet, c’est ce que certains alliés américains pensent que devrait être la stratégie américaine pour contrer la Chine. Dave Sharma, un député australien libéral pro-américain, a récemment déclaré que les alliés occidentaux doivent ramener la Russie au «groupe de nations le plus exclusif du monde» pour « gérer l’ascension de la Chine ».

Dans l’état actuel des choses, non seulement une véritable politique américaine de «confinement de la Chine» est en place et les États-Unis cherchent activement des moyens de la matérialiser en demandant à leurs alliés de sauter dans le train américain de la «guerre commerciale», mais la Russie est amené à en faire partie également. Bien que la tentative ait échoué non seulement en raison de la forte opposition des autres membres du G-7, dont le Canada, mais la Russie a également déjoué cette tentative en rejetant l’offre américaine, la qualifiant d’« idée erronée ». Par conséquent, même si la proposition américaine avait obtenu un certain soutien au sein du groupe, le fait qu’il s’agissait d’un «piège» contre la Chine aurait quand même conduit la Russie à la rejeter.

Cela est devenu clair par rapport à la réaction de la Russie. Au-delà du rejet de l’offre, la Russie a également fait une contre-proposition. Selon elle si les États-Unis pensent que le «bon sens» exige une expansion du G-7, la Chine doit également être incluse aux côtés de la Russie. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a récemment déclaré: «Sans la Chine, il est tout simplement impossible de discuter des problèmes du monde moderne». Il est intéressant de noter que la réprimande potentielle de la Russie est intervenue seulement un jour après que l’ambassadeur américain en Russie ait déclaré que Washington était «engagé avec le ministère russe des Affaires étrangères et avec les autres gouvernements du G7 sur la question de savoir s’il y avait un rôle approprié pour la Russie au G7».

La contre-proposition de la Russie d’inclure la Chine signifie non seulement comment les deux pays ont développé des perspectives stratégiques mondiales communes, mais aussi que cette perspective commune s’est déjà transformée en un respect mutuel fort pour leurs intérêts nationaux respectifs. En effet, c’était clairement le message que Xi a transmis à son homologue russe lors d’une récente conversation téléphonique. Selon les détails, Xi a réaffirmé que la Chine «continuerait à travailler» avec Moscou en «soutenant fermement» les efforts de l’autre «rejetant le sabotage et l’intervention externes» afin de «préserver leurs droits respectifs de souveraineté, de sécurité et de développement, et bien sauvegarder leurs intérêts partagés.”

Le nouveau modèle d’«alliance sino-russe» est profondément enraciné non seulement dans la compréhension mutuelle et le respect des intérêts nationaux des uns et des autres – manifestes par le refus de la Russie de s’interposer entre l’Inde et la Chine – mais aussi dans le commerce et l’économie. Mis à part le fait que les deux puissances s’engagent dans le commerce, le fait qu’il n’y ait, contrairement aux relations commerciales sino-américaines, aucun déséquilibre commercial massif entre elles signifie que les frictions sur les questions économiques ne risquent pas de perturber leurs relations stratégiques bilatérales. Le commerce bilatéral entre la Russie et la Chine a augmenté de 3,4% en 2019, s’élevant à 110,79 milliards de dollars américains, selon l’Administration chinoise des douanes. Le commerce était bien équilibré, les exportations chinoises vers la Russie atteignant 3,6% et 49,7 milliards de dollars américains, tandis que les importations en provenance de Russie augmentaient de 3,2% pour atteindre 61,05 milliards de dollars américains.

Contrairement à l’Occident, où les réformes constitutionnelles en cours en Russie sont projetées comme le plan à vie de Poutine pour un “ régime autoritaire ”, la Chine est venue soutenir les réformes, la qualifiant de décision du peuple de choisir sa voie de développement. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré que «en tant que voisin ami de la Russie et partenaire stratégique global de coordination pour une nouvelle ère, la Chine respectera toujours la voie de développement choisie indépendamment par le peuple russe et soutiendra les efforts de la Russie pour parvenir à une stabilité durable et promouvoir le développement socio-économique. ” La Russie a manifestement rendu la pareille en soutenant ouvertement les changements législatifs introduits par la Chine à Hong Kong.

«Nous respectons la souveraineté et l’intégrité territoriale de la RPC et considérons toutes les questions relatives à Hong Kong comme une affaire intérieure de la Chine. Nous sommes contre toute tentative d’ingérence des forces extérieures dans les relations entre le gouvernement central et la région administrative spéciale de Hong Kong de la RPC », a récemment déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Par conséquent, même si le calcul de Washington montrait que la Russie pouvait être amenée à contrer et à isoler la Chine dans le monde, la série d’événements et la volonté de la Russie et de la Chine de se soutenir mutuellement montrent sa grande improbabilité. Au contraire, leur soutien mutuel aux intérêts nationaux fondamentaux de chacun et leur détermination à œuvrer en faveur d’un nouvel ordre mondial multilatéral ainsi que la manière dont les États-Unis et l’Europe se sont de plus en plus désagrégés montrent que la tentative des États-Unis de se placer à nouveau à la tête des affaires mondiales échouera unilatéralement.

Il est donc évident que le moment unipolaire de domination américaine est déjà terminé. Il est peu probable que les politiques et tactiques de la guerre froide vieilles de plusieurs décennies rapportent des dividendes dans le monde d’aujourd’hui qui a profondément changé.

* Salman Rafi Sheikh, analyste de recherche sur les relations internationales et les affaires étrangères et intérieures du Pakistan, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook »

histoire et societe

 

 accueil    strategie 

29 visiteurs ont lu cet article