'; $rac_1 = substr( $rac, 1, strlen( $rac ) ); $tb = cpt( $rac_1 ); if ( $tb === 1 ) { require_once( "sct_page.php" ); require_once( "sct_compteur.php" ); } elseif ( $tb === 2 ) { require_once( "../sct_page.php" ); require_once( "../sct_compteur.php" ); } elseif ( $tb === 3 ) { require_once( "../../sct_page.php" ); require_once( "../../sct_compteur.php" ); } ?>

Un crime, des causes, des manipulations criminelles...

anc
publié le 27 octobre 2020

envoyer à un ami  recommander à un ami

nous sommes tous horrifiés par l’acte criminel qui vient de se dérouler dans notre pays. Horrifiés par la méthode employée et les raisons invoquées par le meurtrier.
Tant que les criminels frappaient loin d’ici, au Yémen ou en Algérie, en Syrie ou en Birmanie (où il n’y a pas de terrorisme mais des musulmans martyrisés), en Arabie Saoudite ou en Iran on pouvait détourner le regard.
Mais une décapitation en France, dans un pays « moderne », nous ramène à la réalité la plus brutale.

Dans le sillage du président Macron, les politiciens de LREM, ceux de droite et d’extrême droite, multiplient les discours de récupération, prônent une " union nationale " frelatée de tous les partis en confondant les criminels terroristes et les musulmans en général, stigmatisés sous les vocables de séparatistes ou de communautaristes. Et les militants communistes ou de gauche qui refusent cet amalgame sont qualifiés "d’islamo gauchistes" ou de "collabos de l’islam" par les ministres Darmanin et Blanquer !

Pour notre part, nous n’oublions pas que l’impérialisme occidental, l’Union Européenne et les États-Unis d’Amérique, ont souvent soutenu les meurtriers djihadistes, les ont armés et félicités à l’occasion, selon la phrase restée tristement célèbre de Fabius sur le « bon boulot d’al nosra en Syrie." Mais là, le crime est à nos portes et nous glace le sang. Il est tout à la fois l’œuvre de « la bête immonde » que nos gouvernants ont utilisée, parfois créée, en Afghanistan, en Syrie et ailleurs, pour seconder leurs objectifs, dans les guerres que nous menons souvent et encore aujourd’hui aux peuples d’Afrique, d’Asie ou du Moyen Orient.

Si les actes barbares se multiplient à l’aube de ce 21ème siècle notre époque n’en a pas la primeur. Durant des siècles, c’est bien l’impérialisme de l’occident chrétien qui en a été maintes fois à l’initiative et les peuples dits musulmans parce que la majorité y pratique l’islam, en ont été les victimes.

N’oublions pas, dès le moyen âge, la longue série de massacres perpétrés au nom de l’église avec la bénédiction des papes qui se sont succédé, ni la traite transatlantique, qui a vu du seizième au dix-neuvième siècle les navires négriers européens déporter des millions d’africains comme esclaves dans les colonies d’Amérique, ni les conquêtes coloniales européennes des siècles derniers en Afrique et Asie, avec leur cortège de pillages et de meurtres

Tous continents et toutes époques confondues, la colonisation s’est faite au prix de massacres sans nom, et les peuples musulmans en ont beaucoup souffert. Non seulement on a pillé des terres et soumis des peuples jusqu’alors souverains, mais cela s’est accompagné de crimes contre l’humanité perpétrés par des chefs de guerres comme par exemple Bugeaud (l’inventeur des chambres à gaz) ou Faidherbe (qui n’hésita pas à brûler des villes entières) que la France honore encore : tant que la France ne regardera pas son histoire en face et en tirera les conclusions qui s’imposent, les relations entre les colonisateurs et les ex-colonisés ne pourront être apaisées.

Puis vint le temps des indépendances. Ce fut une période de grand espoir pour les peuples. Cet espoir fut tué dans l’œuf par la violence coloniale qui s’exerça quand les peuples voulurent accéder à leur indépendance, mais aussi après quand celle-ci, durement gagnée, fut compromise par les assassinats de dirigeants africains qui n’avaient pas l’heur de plaire aux anciennes puissances coloniales. De Lumumba (Congo) à Sankara (Burkina Faso), en passant par Modibo Keita (Mali) ou Amilcar Cabral (Guinée Bissau) et tant d’autres, ils furent remplacés par des fantoches, marionnettes des puissances occidentales, l’espoir de changement de la vie par la mise en place d’une politique réellement libérée de l’impérialisme s’est éloigné.

Et c’est encore l’impérialisme occidental qui, en interdisant sciemment aux pays musulmans de développer chez eux industries et agriculture, a contraint par la misère et le chômage des millions d’africains à émigrer pour tenter de mieux vivre. Et quand un Etat d’Afrique ou du moyen orient, soucieux d’indépendance nationale, a tenté de développer le pays malgré les pressions impérialistes, les puissances occidentales ont tout fait pour le détruire par la guerre, avec l’aide des subversions islamistes locales, en Irak et Libye autrefois, en Syrie et Iran, aujourd’hui encore.

A ces crimes impérialistes au détriment des peuples musulmans des siècles passés, il faut ajouter la situation actuelle en Palestine, épicentre de l’affrontement impérialiste. Les USA ont fait de l’état colonial d’Israël la tête de pont de leur « Grand Moyen Orient », orientation qu’aucun gouvernement US n’a remise en cause depuis 1948.

Oui, décidément, les peuples africains et musulmans ont payé un très lourd tribut à l’impérialisme occidental.

Les terroristes islamistes prétendent être la réponse des peuples musulmans et africains à ces siècles de spoliations et de crimes impérialistes.

C’est totalement faux.

La véritable réponse est celle des mouvements progressistes d’Afrique et du Moyen Orient. Les terroristes, islamistes sont au contraire leurs ennemis mortels, ils l’ont montré en Algérie durant la dernière décennie du vingtième siècle, en égorgeant des milliers de citoyens, la plupart musulmans, militants de gauche, syndicalistes, écrivains, imams, pour la seule raison qu’ils refusaient leur dictature. Ces terroristes islamistes, sont inspirés par une idéologie fasciste qui utilise des prétextes religieux. Ils sont les pires ennemis des peuples musulmans, et les plus efficaces alliés de l’impérialisme. Nous n’oublions pas que, ceux qui allaient devenir les talibans intégristes, ont été créés, financés par la CIA en Afghanistan contre les communistes locaux, bien avant de s’en prendre aux tours de Manhattan.

L’impérialisme et le capitalisme nourrissent le ventre encore fécond de l’internationale fasciste qui se déchaîne peu à peu ici comme dans les pays martyrisés : voilà la réalité du monde.

Bavarder de la liberté d’expression et de la laïcité en laissant croire que tous les musulmans s’y opposent et sans poser la question de l’impérialisme et du néocolonialisme, c’est se condamner à des discours moralisateurs envers des peuples qui ont connu dans leur chair ce que valaient notre morale et nos valeurs occidentales.

Pour ce qui concerne l’Association Nationale des Communistes de France qui est en pleine campagne "Plus un soldat Français en Afrique", cela ne peut que nous renforcer dans notre combat pour que les peuples vivent en paix.

Trop peu de voix s’élèvent pour condamner l’exécution de ce jeune de 18 ans armé d’un couteau, comme si la notion même d’état de droit dont on nous rebat les oreilles avait disparu au profit de la loi du western…

Cela aussi évite de se poser la question : pourquoi « des jeunes deviennent-ils des bombes incendiaires au cœur de nos villes », comme le disait il y a déjà 15 ans Aminata Traoré ?

Ces interrogations nécessaires ne contredisent pas notre condamnation répétée de l’idéologie néfaste qui l’a poussé à agir. Redisons-le : le terrorisme islamiste est un fascisme contemporain, qui utilise des prétextes religieux pour soumettre les peuples par la terreur, comme il l’a déjà montré en Algérie, au Moyen Orient, dans tous les pays musulmans qui en sont les premières victimes.

Si à l’avenir, nous ne voulons pas revivre de telles horreurs, ici et dans le monde, il est de notre devoir de nous interroger sur toutes ces problématiques et de se battre contre l’impérialisme, pour l’autodétermination des peuples, et pour une véritable coopération, d’égal à égal entre les différents pays de notre planète.

 

' . compt( $rac_1 ) . ' ont lu cet article

'; ?>