CAMPAGNE INTERNATIONALE DE LA FSM: Libérer tous les enfants Palestiniens prisonniers des prisons israéliennes

 accueil    mouvement_syndical 

FSM
publié le 2 janvier 2021

envoyer à un ami  recommander à un ami

cher(e)s collègues,

Comme récemment décidé par le Conseil Présidentiel de la FSM, la campagne internationale de la FSM pour la libération des prisonniers Palestiniens, en particulier des enfants, des prisons israéliennes, commence en janvier 2021.

Selon les estimations des Palestiniens, il y a 4.400 Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, dont 39 femmes et 155 enfants, et environ 350 sont détenus par la politique israélienne de détention administrative, qui permet que le Palestiniens soient détenus sans accusation ni procès.

Les prisonniers sont détenus en isolement cellulaire sans conditions humanitaires, alors qu’Israël a adopté une loi imposant des conditions plus strictes.

Aucune mesure n’a été prise pendant la pandémie pour protéger les prisonniers dans les prisons israéliennes. Par exemple, un total de 137 prisonniers ont été infectés par le COVID-19 à la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël.

Les raisons pour lesquelles les Palestiniens sont arrêtés sont leur opposition à l’occupation israélienne de leurs territoires et à la politique criminelle d’Israël, qui les soumet quotidiennement à des difficultés, dangers et restrictions.

Quant aux prisonniers mineurs, depuis 2000, on estime le nombre d’enfants Palestiniens arrêtés par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée et détenus dans des prisons militaires israéliennes à 12.000, dont beaucoup n’ont pas plus de 12 ans. Dans certains cas, même des enfants âgés de 6 et 7 ans ont été emprisonnés par l’armée. Israël traduit en justice (tribunaux militaires) 500 à 700 enfants Palestiniens chaque année, alors qu’en moyenne, 200 à 300 enfants sont détenus dans les prisons israéliennes par mois.

Les enfants sont violemment arrêtés, maltraités, interrogés pendant des semaines, intimidés, enfermés à l’isolement, ils leur demandent de signer des documents en hébreu qu’ils ne comprennent pas, ils ne sont pas autorisés à voir leurs parents, qui perdent parfois leurs traces, vu que les enfants sont transportés d’une prison à l’autre.

Les enfants arrêtés sont également interrogés, détenus et jugés par les soldats et le personnel militaire israéliens. Cela constitue une violation du droit international, qui stipule que les tribunaux militaires ne peuvent être utilisés pour juger des civils que temporairement. Bien qu’Israël ait signé la 4e Convention de Genève sur la protection des civils en temps de guerre et la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, qui prévoit des mesures de protection spécifiques pour les enfants en détention, Israël est le seul pays à faire juger des enfants par des tribunaux militaires sans garanties appropriées. Les enfants, même lorsqu’ils sont libérés, ont des problèmes de santé physique et mentale en raison de leur emprisonnement et conditions de détention dans les prisons israéliennes.

Le mouvement syndical international de classe, parallèlement avec sa lutte pour la reconnaissance de l’État Palestinien indépendant avec Jérusalem-Est comme capitale, doit intensifier sa lutte contre ce comportement criminel en exigeant la libération de tous les prisonniers Palestiniens, en particulier les enfants.

La FSM appelle tous ses syndicats membres et amis dans tous les coins du monde à exprimer leur solidarité avec les prisonniers Palestiniens et à joindre leurs voix et leurs forces en participant activement à la campagne de la FSM:

  • En organisant des manifestations pour promouvoir le matériel et les revendications de la campagne de la FSM
  • En réalisant des événements d’information et de solidarité en ligne
  • En soutenant les résolutions de la FSM aux Nations Unies et à d’autres organisations internationales sur la protection des droits des enfants Palestiniens
  • En présentant des mémorandums aux ambassades d’Israël dans vos pays
  • En informant les travailleurs et les syndicats de votre région

Collègues,
Dans ces conditions difficiles et particulières dans lesquelles la classe ouvrière et les peuples se trouvent en cette nouvelle année, nous vous appelons à poursuivre nos luttes avec persistance et internationalisme, pour défendre les intérêts des travailleurs de tous les pays, contre toute injustice et action criminelle à l’encontre des travailleurs et de leurs familles.

Que personne ne soit seul dans les luttes!
Liberté pour les prisonniers Palestiniens et les enfants prisonniers!

Source :FSM

 

 accueil    mouvement_syndical 

 

 

12 visiteurs ont lu cet article