ou comment pour casser le gouvernement en oublie ses propres décisions au moment de commémorer la Journée nationale de la Résistance


Suzanne Masson, histoire, actualité, 27 mai Suzanne Masson, histoire, actualité, 27 mai


D'abord, comme nous sommes à trois jours de la Journée nationale de la Résistance (27 mai) pour ceux qui ne connaissent pas ou mal, pourquoi le nom de Suzanne Masson pour un centre comme celui dont La Canaille participe à faire connaitre la lutte aujourd'hui ?



Pris brut sur pieds sur Wikipédia (que les camarades des métaux excusent La Canaille de ne pas avoir fouillé plus loin, mais promis, il y reviendra), portrait de Résistante,



"Suite aux gréves de 1936, et à l'application des lois sociales qui en découle, le syndicat des métallurgistes CGT fait l'acquisition d'un bâtiment le 2 mai 1937 et ouvre l'école de rééducation et de perfectionnement professionnel Bernard-Jugault où , de 1937 à 1939, Suzanne Masson travaille comme formatrice. En septembre 1939, l'école est mise sous séquestre et ferme ses portes.


Suzanne Masson est alors embauchée comme dessinatrice à l'usine Rateau (devenue Alstom) de La Courneuve. Elle organise la résistance autour de la CGT locale. Découverte, elle est arrêtée au 95, boulevard MacDonald à Paris et déportée le 18 mai 1942 à Karlsruhe. Elle est transférée à Anrath, dans la Ruhr, où se trouve une prison d'application de peine de travaux forcés pour les femmes déportées dans le cadre de la procédure ""NN", Nuit et brouillard*. Son parcours se poursuit à Lübeck où elle est jugée pour détention d' armes, appels à la résistance contre l' occupant allemand et liaisons clandestines avec le Parti communiste français.


Condamnée à mort, elle est envoyée à Hambourg où elle est guillotinée ("mit dem Fallbeil enthauptet") par les nazis le 1er novembre 1943 dans la cour de la maison d'arrêt Holstenglacis."



La fédération CGT des métaux dans le cadre de son investissement militant dans les actvités sociales crée ce centre de rééducation et de formation pour les métallos et plus largement les salariés qui à la suite d'acccidents de santé singulièrement liés au de travail ont besoin d'une formation qualifiante pour rebondir humainement et professionellement : le centre Suzanne Masson

C'est à ce centre, singulier si ce n'est unique en son genre, que nos socialistes imposés sur les grandes fortunes (Touraine, Sapin etc.) cherchent des noises et tentent d'asphyxier.

Pourtant, la loi du 19 juillet 2013 dit dans son article 3 :

"Dans le cadre de cette journée anniversaire, les établissements d'enseignement du second degré sont invités à organiser des actions éducatives visant à assurer la transmission des valeurs de la Résistance et de celles portées par le programme du Conseil national de la Résistance.

La présente loi sera exécutée comme loi de l'Etat.

Canaille le Rouge ne croyant pas à la schizophrénie en politique mais plus à l'hypocrisie du double langage des socio-démocrate vous donne à connaitre le communiqué qui dénonce la façon dont l'hémisphère droit votant les lois du cerveau gouvernemental autorise l"hémisphère gauche à les fracasser. Un communiqué qui est aussi un appel à la solidarité militante.

www.cgtparis.fr

Union des syndicats CGT de Paris

85 rue Charlot 75140 PARIS cedex 03

Téléphone 01 44 78 53 31

Télécopie 01 48 87 89 97

Courriel : accueil@cgtparis.fr


Bonjour à toutes et à tous,

Nous avons eu une réunion intersyndicale des syndicats CGT et SUD de l' Association le lundi 19 Mai avec une forte participation, pour préparer des actions concernant la situation du Centre Suzanne Masson :

- 1) Le Mardi 27 Mai 2014 à 10h00 une conférence de presse aura lieu au Centre Suzanne Masson et un blocage de l' avenue sera organisé. Nous appellerons à un débrayage de 10h00 à 12h00 afin que le maximum de salariés de BLUETS puisse y participer.

- 2) Le Jeudi 5 juin 2014 à 13h30 une manifestation aura lieu au Ministère de la Santé et nous demanderons qu' une délégation soit reçue.

L' ARS, suite à une inspection effectuée au Centre Suzanne Masson en Avril, remet en cause les comptes 2012 qu' elle avait par ailleurs validés pour une somme de 565 195 €. Elle veut réintégrée cette somme dans les comptes administratifs 2012 et faire une économie d' 1 millions d' euros sur les comptes 2014.

C' est au total 1,6 millions d' euros que l' ARS veut soustraire au budget du centre Suzanne Masson.

Cette décision, si elle est appliquée, mettrait tout simplement l' Association Ambroise Croizat en situation de cessation de paiement comme il y a deux ans. En effet, notre trésorerie associative ne peut supporter un tel manque à gagner.

Prochainement nous vous donnerons plus d' information dans un tract à l' adresse des salariés et des usagers.

Soyez tous prêts à vous mobiliser.

Il ne s' agit pas seulement d' une question de solidarité envers nos collèges du Centre Suzanne Masson mais d' une nécessité impérieuse pour l' ensemble de nos réalisations sociales.


Nos collègues des Centres de rééducation Suzanne Masson, Jean-Pierre Timbaud et Louis Gatignon ont toujours répondu présent pour soutenir la maternité des Bluets, alors montrons-leur que nous sommes capables de nous mobiliser autant qu' ils ont su le faire pour nous.


CGT-HPR


Kolar Jean-Jacques


* A partir de la biographie de Suzanne Masson, l'occasion d'une précision (et un retour sur la si belle chanson de J. Ferrat : "Nuit et Brouillard" , N&N ou "Nacht und Nebel" en allemand. Pour rappeler que cette "formule" fut l'application d'un décret du 7 décembre 1941. Signé par le maréchal Keitel en application d'une directive d'Himmler :

« après mûre réflexion, la volonté du Führer est de modifier les mesures à l'encontre de ceux qui se sont rendus coupables de délits contre le Reich ou contre les forces allemandes dans les zones occupées. Notre Führer est d'avis qu'une condamnation au pénitencier ou aux travaux forcés à vie envoie un message de faiblesse. La seule force de dissuasion possible est soit la peine de mort, soit une mesure qui laissera la famille et le reste de la population dans l'incertitude quant au sort réservé au criminel. La déportation vers l'Allemagne remplira cette fonction. »

Keitel qui entre autre pour ce motif sera un des comdamnés à mort et exécuté du procès de Nuremberg, ordonne par publie une lettre qui le dit explicitement la déportation de tous les ennemis ou opposants duTroisième Reich:

« A. Les prisonniers disparaîtront sans laisser de trace

B. Aucune information ne sera donnée sur leur lieu de détention ou sur leur sort. »

En application de ce décret, toutes les personnes représentant « un danger pour la sécurité de l'armée allemande » (saboteurs, résistants, opposants ou non adhérent à la politique ou aux méthodes du Troisième Reich) sont transférées en Allemagne et disparraissent à terme dans le secret absolu.

Occasion de rappeler que ce décret, lié en France à la politique des otages (6 semaines après les fusillades de Chateaubriant et la colère qui fait trainée de poudre) s'applique aux détenus politiques et organise les convois de la mort dès 7 mois avant la rafle du Veld'hiv, 2 mois avant la conférence de Wansee qui en intégrera le "principe" pour les persécutions-déportations-exterminations "raciales" contre les juifs et les tsiganes à l'ouest, les mêmes plus les slaves à l'Est.

Canaille Lerouge