Rencontre régionale des Partis Communistes et Ouvriers à l’initiative du KKE

 accueil    mouvement_communiste 

Dimitris Koutsoumpas Le 26 novembre 2017, à l'initiative du KKE, a été réalisée une rencontre des Partis Communistes et Ouvriers de la région de la Méditerranée, du Moyen Orient et du Golfe Persique, sur « Les partis communistes et ouvriers fermement au côté de la lutte juste du peuple palestinien, dans la lutte contre la guerre impérialiste et l'exploitation capitaliste ». Lors de cette rencontre, qui eut lieu au siège du Comité Centrale du KKE, ont participé notamment les représentants des partis suivants : Parti Communiste Egyptien, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti Communiste de Grèce, Parti Communiste des Peuples d'Espagne, Parti Tudeh (Iran), Parti Communiste d'Israël, Parti Communiste (Italie), AKEL ((Chypre), Parti Communiste Libanais, Parti Communiste Palestinien, Parti du Peuple Palestinien, Parti Communiste Syrien, Parti Communiste de Turquie. Le Sécrétaire Général du Comité Central du KKE, Dimitris Koutsoumpas, a prononcé le discours introductif, que nous présentons ci-dessous.
publié le 30 novembre 2017
mis à jour le : 2 Novembre, 2018

envoyer à un ami  recommander à un ami

Chers camarades, Chères camarades,

Nous vous adressons avec joie la bienvenue à Athènes et nous vous remercions d’ avoir répondu positivement à l’invitation du KKE et de votre participation à la rencontre des Partis Communistes et Ouvriers de la région de la Méditerranée, du Moyen-Orient et du Golfe.

Nous agissons au sein d’un espace géographique ayant plusieurs éléments géostratégiques communs et nous pouvons donc aujourd’hui examiner en commun la situation dans notre région, planifier notre action aux côtés de la juste lutte du peuple Palestinien et prendre les mesures nécessaires dans la lutte contre les guerres impérialistes et l’exploitation capitaliste, comme il est mentionné dans le sujet de la rencontre.

Le KKE se trouve aux côtés de la classe ouvrière des pays de notre région, il exprime sa solidarité internationaliste et soutient la lutte des peuples contre la barbarie capitaliste, l’offensive du capital et de ses représentants politiques.

Nous luttons contre l’occupation de longue date et l’attitude criminelle de l’état Israélien contre le peuple Palestinien qui a coûté des milliers de morts et de blessés, des milliers de déportés et d’emprisonnés, beaucoup d’enfants assassinés.

L’agressivité d’Israël exprime les visées du capital Israélien pour le contrôle de la région, elle est soutenue par les USA et l’OTAN mais également par de puissants pays capitalistes européens et des gouvernements bourgeois qui culpabilisent de manière voilée ou ouverte la lutte du peuple Palestinien, la qualifient de terroriste, alors que des forces opportunistes, assujetties, essayent de manière hypocrite de ménager la chèvre et le choux et mettent sur le même pied le coupable et la victime.

Le cours du problème Palestinien révèle le fait que les accords signés, comme par exemple ceux d’Oslo en 1993, de Camp David en 2000 ou d’Annapolis en 2007, sont injustes, portent le sceaux des interventions impérialistes et de la pression avec le revolver sur la tempe, pérennisant l’occupation et les tourments du peuple de Palestine.

Le douloureux blocus de la bande de Gaza continue, les colonisations d’occupation en Cisjordanie et à Jérusalem se répandent, le «mur de la honte» est conservé dans le but de consolider la charte d’occupation.

Le peuple Palestinien a le droit de vivre dans sa propre patrie, d’être maître chez lui et de gérer son destin sans exploiteurs et oppresseurs. Nous poursuivons la lutte et exigeons : un état Palestinien indépendant, souverain et viable dans le cadre des frontières de 1967, avec comme capitale Jérusalem Est.

Le retrait de l’armée Israélienne de tous les territoires occupés depuis 1967, y compris les hauteurs de Golan et la région Sebha au sud du Liban.

L’arrêt des colonisations et le retrait des colons installés au-delà des frontières de 1967, la libération de tous les prisonniers politiques et le retour des réfugiés.

L’attitude internationaliste du KKE s’exprime de manière conséquente à l’intérieur de notre pays contre la classe bourgeoise et ses partis, y compris de ce point de vue notre parti a dénoncé le gouvernement SYRIZA-ANEL qui, dans la pratique, met en œuvre un plan de coopération militaire et politico-économique avec Israël, condamne la politique de l’Union Européenne qui approfondie ses relations avec l’état d’Israël.

Le gouvernement grec porte la responsabilité de la participation d’unités de l’armée à des dizaines de manœuvres militaires avec Israël et, parmi elles, elle a participé en Novembre à une des plus grandes manœuvres militaires internationales ayant eu lieu dans cet état sous le nom de Blue Flag 2017.

Notre parti exige du gouvernement grec d’annuler les accords politico-militaires avec Israël et de reconnaître sans délai l’état Palestinien sur la base de la décision du Parlement grec de décembre 2015.

Le KKE a été et reste aux côtés du peuple Chypriote, contre l’occupation turque qui se pérennise depuis 43 ans sous la responsabilité des USA, de la Grande-Bretagne et d’autres états capitalistes puissants.

Les communistes grecs ont condamné le plan de partition Annan en 2004, qui fut par la suite rejeté aussi par le peuple chypriote par référendum, et condamnent tout plan de partition conduisant à deux états.

La force réside dans l’organisation de la lutte populaire et dans la coordination de l’action des travailleurs de Chypre, de Grèce, de Turquie, des travailleurs de notre région contre les desseins et les interventions impérialistes, en renforçant l’action internationaliste contre le nationalisme qui empoisonne les peuples.

Nous soutenons la solution qui mène à Chypre indépendante, ayant une seule souveraineté, une citoyenneté, une personnalité internationale, c’est-à-dire un état sans armée d’occupation, forces militaires et bases étrangères, sans garants et protecteurs, patrie commune des Chypriotes grecs et Chypriotes turcs, des Maronites, des Arméniens et Latins, avec son peuple souverain.

Le KKE exprime sa solidarité avec le peuple Syrien qui vit le drame de la guerre avec des centaines de milliers de morts et de blessés, avec d’innombrables réfugiés sans foyer, victimes de l’intervention impérialiste et des bandes criminelles de type état Islamique qui ont été organisées, entraînées et armées par les USA et leurs alliés, l’Arabie Saoudite, la Turquie etc.

Notre parti a, dès le premier moment, en 2011, condamné l’intervention impérialiste et a révélé les visées des USA, de l’OTAN et de l’UE pour mettre en marche le plan du soi-disant Nouveau Moyen-Orient, de la modification des frontières et de la préparation du terrain pour la mise en avant des intérêts des monopoles américains et européens, le contrôle des ressources énergétiques de la région dans leur antagonisme avec la Russie et la Chine, et plus généralement dans le cadre des contradictions intra-impérialistes.

La lutte du peuple Syrien est dure et aujourd’hui, alors que l’organisation criminelle ISIS se trouve en trajectoire de défaite et de retrait, il n’y a pas lieu de relâcher. Nous exprimons notre opposition envers les projets prévoyant des «zones de sécurité» et le démembrement du pays et nous soulignons une fois de plus que les développements en Syrie et dans les autres pays sont l’affaire de leurs peuples, qui ont le droit et le devoir de défendre leurs propres intérêts et de faire le choix correspondant, la classe ouvrière et les partis communistes ayant à y jouer un rôle protagoniste.

Aujourd’hui il devient encore plus évident pour les peuples que les guerres impérialistes de ces dernières années, dans notre région comme dans d’autres régions du globe, ont été menées, avec comme fer de lance des prétextes inventés, utilisés par les USA, l’OTAN et l’UE afin de faire avancer leurs positions. C’est le cas du démembrement de la Yougoslavie et de l’agression de l’OTAN en 1999, de la guerre en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie, de toutes les circonstances d’interventions et de guerres.

Nous sommes préoccupés par l’intensification de l’agressivité de la classe bourgeoise de Turquie en Mer égée et en Méditerranée Orientale, par la contestation des frontières grecques et du Traité de Lausanne par le président Erdogan lui-même.

Nous combattons les projets mis en avant par les classes bourgeoises de Grèce et de Turquie ayant comme dénominateur commun l’exploitation des travailleurs et nous notons que les relations entre les états sont au service des intérêts des monopoles des deux pays, qui sont par ailleurs tous deux membres de l’OTAN et participent à la réalisation de sa stratégie.

Dans ces conditions nous accordons une importance particulière au développement de l’amitié entre les deux peuples à travers l’effort précieux de l’action commune du Parti Communiste de Grèce et du Parti Communiste de Turquie qui ont acquis un haut niveau de coopération.

Nous étudions attentivement l’évolution de la situation dans le Golfe et nous considérons que les menaces des USA et du président Trump envers l’Iran, sous prétexte de la position américaine d’abandon de l’accord conclu en juillet 2015 au sujet du programme nucléaire iranien, sont dangereuses.

Notre parti s’est opposé à l’intervention de l’Arabie Saoudite au Yémen dans le cadre de son antagonisme avec l’Iran et nous exprimons notre inquiétude au sujet des récents développements au Liban, où apparemment se déroule, de la part de l’Arabie Saoudite, un plan d’intervention dans les affaires intérieures du pays ayant des conséquences dangereuses.

Chers camarades,

Les développements susmentionnés confirment le fait que notre région possède une position stratégique particulière dans les desseins capitalistes, car elle dispose d’importantes ressources énergétiques et elle constitue un nœud de passage des pipe-lines de pétrole et de gaz naturel, elle constitue une région qui comporte d’importants couloirs maritimes et terrestres de transport de marchandises, elle a une grande importance militaire.

Sur cette base s’exacerbent les antagonismes intra-impérialistes, les antagonismes des classes bourgeoises pour le contrôle de la région, le contrôle des marchés et des sources de production de richesses, et ceci se reflète dans la situation au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Méditerranée, en Mer Rouge et dans le Golfe, mais également dans les Balkans, en Ukraine, généralement en Europe Centrale et Orientale, où culmine l’antagonisme entre l’OTAN et la Russie.

Nous étudions et nous analysons ces développements de manière globale en liaison avec les développements en Asie, dans le Pacifique, l’antagonisme entre les USA et la Chine et nous considérons qu’il existe un danger réel de voir le feu éclater et s’étendre dans la Péninsule Coréenne.

Chers camarades,

Les communistes considèrent le caractère dangereux de l’OTAN en tant que bras armée de l’impérialisme Euro-atlantique, et ce mécanisme de guerre s’étend dans toutes les régions du globe.

En février 2016, les états-majors de l’OTAN, y compris sous la responsabilité du gouvernement SYRIZA-ANEL, ont décidé l’envoi de bateaux de guerre en Mer Egée au nom du contrôle des flux d’émigration et de réfugiés, mais ceci n’est qu’un prétexte.

La vérité est que la présence de la Force Navale Permanente de l’OTAN en Mer Egée qui coopère avec la force navale de l’UE nommée «SOPHIA», comme par ailleurs la «mission de sécurité» de l’OTAN en Méditerranée Orientale sous le nom Sea Guardian à laquelle participent des bateaux de guerre de Grèce, de Turquie, d’Italie et d’Espagne font partie d’une mobilisation militaire plus générale de l’OTAN et de l’UE dans le cadre de leur confrontation avec la Russie, sur fond des opérations militaires en Syrie, en Irak et en Libye, dans le cadre des desseins euro-atlantiques dans la région.

Le KKE a dénoncé le gouvernement SYRIZA-ANEL et a révélé les motivations réelles de la présence de l’OTAN dans notre région; la lutte contre l’OTAN doit continuer de manière encore plus résolue, elle doit prendre un caractère plus massif.

Il en est de même en ce qui concerne l’UE, qui non seulement n’est pas et n’a jamais été innocente, mais en plus 22 des 29 membres de l’alliance européenne sont membres de l’OTAN, les deux organismes impérialistes coopèrent étroitement contre les peuples, tandis que l’UE a formée sa propre Politique de Sécurité et de Défense, elle se militarise et devient plus réactionnaire, ses forces participent à 17 missions à l’étranger.

Le KKE a informé le mouvement communiste et ouvrier sur le plan international et il a révélé les fables que raconte à l’étranger le soi-disant gouvernement «de gauche» de SYRIZA avec le parti nationaliste ANEL. Il été démontré en pratique que ce gouvernement poursuit la politique antipopulaire des précédents gouvernements bourgeois de la Nouvelle Démocratie et du PASOK, a imposé aux travailleurs de très durs memoranda et mesures, et condamne la classe ouvrière, les couches populaires à un chômage élevé, à une profonde pauvreté.

Le gouvernement SYRIZA-ANEL qui accomplit le sale travail pour le compte du capital, se distingue en particulier par l’implication de notre pays dans les desseins, guerres et interventions impérialistes, et récemment dans le courant du mois de novembre à l’occasion de la visite du premier ministre Tsipras aux USA et sa rencontre avec le président Trump, ce gouvernement a effectué un «strip-tease politique», comme l’a dénoncé d’une manière caractéristique le KKE.

Tsipras s’est engagé à revaloriser la base militaire de Souda en Crète qui a rempli et continue à remplir une mission spéciale dans la promotion des desseins des USA et de l’OTAN dans notre région contre les peuples.

Il s’est réjouit que la Grèce affecte 2% de son PNB, plusieurs milliards d’euros, aux armements qui ne concernent en aucun cas la défense du pays, mais sont liés aux desseins militaires de l’OTAN.

Il a salué des accords de milliards d’euros – un cadeau pour l’industrie américaine d’armement, avec comme fer de lance les avions F-16.

Le premier ministre grec a tenté de déculpabiliser les crimes de l’impérialisme américain à l’opposé des sentiments et de la volonté de notre peuple et a assuré que la Grèce est un «allié utile» pour les USA, un pilier stratégique pour l’entrée des monopoles américains dans la région, avec priorité aux desseins énergétiques.

Aussi bien le gouvernement grec que les autres gouvernements bourgeois des états de la région, tracent leur politique sur la base du dogme de la revalorisation geostratégique, et il est évident que ce dogme sert les intérêts des monopoles, implique nos pays encore davantage dans les antagonismes impérialistes.

Chers camarades, Chères camarades,

Nous estimons avec un grand sentiment de responsabilité que dans chaque région, même dans celles où des foyers chauds ne se sont pas manifestés, il y a une énorme concentration de puissance de feu, des armes modernes, les arsenaux nucléaires sont tout prêts et cette situation met les communistes face à d’importantes tâches.

  • être aux premiers rangs dans la lutte contre les guerres et les interventions impérialistes et ouvrir un front puissant contre le changement de frontières.
  • Coordonner notre lutte contre l’OTAN et l’UE, contre toute alliance impérialiste, exiger le retrait des bases militaires étrangères du territoire de nos pays et le retour des forces militaires de nos pays des missions à l’étranger.
  • Renforcer la lutte pour l’abolition des armes nucléaires.
  • Entreprendre des initiatives de solidarité envers les réfugiés et les immigrants.

Nous pouvons échanger des réflexions et revaloriser la coordination, en mettant au point un plan d’actions communes pour le proche avenir sur les questions précédentes.

L’attitude des communistes face aux guerres impérialistes est cruciale. Les causes de ces guerres, les contradictions et antagonismes intra-impérialistes font valoir la nature criminelle du capitalisme qui, à son stade impérialiste, est pourri, intensifie l’exploitation de la classe ouvrière et exacerbe l’opposition capital-travail, engendre des guerres impérialistes, des crises, de la pauvreté et des réfugiés.

La lutte pour la défense des frontières, des droits souverains, est, du point de vue de la classe ouvrière et des couches populaires, inséparable de la lutte pour le renversement du pouvoir du capital.

Dans la résolution du 19e congrès de notre parti, où fut aussi adopté son programme, il est noté que :

«Dans tous les cas, quelle que soit la forme que pourrait prendre la participation de la Grèce dans une guerre impérialiste, le KKE doit être prêt à prendre la tête de l’organisation indépendante de la résistance ouvrière-populaire, de sorte que celle-ci soit liée avec la lutte pour la défaite de la classe bourgeoise, aussi bien celle de l’intérieur que celle de l’extérieur en tant qu’envahisseur…».

Nous vivons dans un environnement très complexe et exigeant. Quotidiennement un mécanisme bourgeois tentaculaire et des forces réactionnaires de tout bord utilisent tous les moyens pour la séparation, la division de la classe ouvrière selon des critères religieux, nationaux, sur la base de la couleur et le sexe, et nos tâches sont très importantes.

Notre riposte doit être décisive. Sans aucune hésitation nous devons œuvrer quotidiennement à l’unité de classe de la classe ouvrière et à son alliance avec les couches populaires, de manière à mettre en place les conditions du renforcement de la lutte antimonopoliste, anticapitaliste.

Les communistes servent des valeurs de haut niveau et ont le devoir d’être à la tête de la lutte politique et idéologique, de révéler les objectifs et les moyens mis en œuvre par la classe bourgeoise pour manipuler les peuples.

La classe bourgeoise met en avant ses propres intérêts comme étant universels, afin d’incorporer les peuples à ses propres aspirations, et il est nécessaire que les communistes démasquent ce mythe et fassent valoir le caractère de classe de l’évolution des événements, contribuent au développent du critère de classe chez les travailleurs, et montrent qu’en aucun cas les intérêts opposés de deux classes adverses ne peuvent se rencontrer.

Et ceci, chers camarades, concerne également les questions d’autodétermination et des référendums relatifs, p.ex. en Catalogne, au Kurdistan Irakien ou même la mobilité observée en Italie du Nord.

Le KKE condamne la répression contre les travailleurs et la politique qui renforce la logique nationaliste, divisionniste.

Nous sommes très inquiets et nous estimons que ces développements posent des questions de modification de frontières, de démembrements de pays, ouvrent des voies dangereuses.

Nous notons que les contradictions de classe, l’exploitation de classe et l’oppression est et sera l’élément caractéristique de l’évolution de la situation, que se soit p.ex. à propos de l’Espagne sous sa forme actuelle ou bien avec une Catalogne autonome ou même indépendante, du moment où le pouvoir du capital n’est pas mis en cause.

Le renforcement de la lutte anticapitaliste, de la lutte pour le socialisme est la seule voie qui correspond aux intérêts des travailleurs et fait face aux politiques qui divisent les peuples. Seul le socialisme peut assurer la satisfaction des besoins populaires et résoudre des problèmes de respect des traditions nationales, historiques, culturelles.

Chers camarades, Chères camarades,

Il y a d’autres questions sur lesquelles il est nécessaire de porter notre attention.

Beaucoup de travail et d’intervention décisive est nécessaire afin d’empêcher la manipulation des travailleurs qu’on essaye de faire passer par le biais des célébrations des capitalistes au sujet des ressources énergétiques dans notre région, en montrant aux forces populaires que l’exploitation de ces ressources par les monopoles non seulement ne peut rien apporter aux travailleurs, mais, comme démontre l’expérience, la querelle pour le pétrole, le gaz naturel et les pipe-lines conduit à des conflits, même des guerres dont les peuples sont les victimes.

Ceci est également valable au sujet des fameux axes formés par les gouvernements bourgeois dans notre région, p. ex . entre Grèce-Chypre-Israël ou égypte, qui servent les desseins et les intérêts des classes bourgeoises.

Les allégations selon lesquelles ces axes «constituent des pylônes de sécurité et de prospérité», comme l’ a déclaré récemment à Athènes le Ministre de la Défense d’Israël M. Libermann, n’ont rien à voir avec la réalité et les communistes disposent de la puissance idéologique permettant de combattre toutes ces tentatives de blocage des peuples.

Notre axe à nous concerne la coopération et la lutte politique des Partis Communistes et Ouvriers, la coopération de la classe ouvrière, des peuples dans la lutte qui est tournée contre l’adversaire réel, à savoir le pouvoir du capital.

Les monopoles, les états et les gouvernements qui promeuvent leurs intérêts peuvent manœuvrer, jouer les amis des peuples, mais leur objectif et leurs visées stratégiques ne changent pas, leur mobile est le profit capitaliste et c’est sur ce terrain-là que prennent appui toutes sortes d’axes bourgeois, les interventions des états capitalistes et des unions impérialistes.

L’effort du mouvement communiste pour la mise en valeur de toute possibilité d’affaiblissement de l’adversaire de classe se fait sur la base de principes, en pesant dans le sens du renforcement de la lutte ouvrière et populaire indépendante, pour que les peuples ne deviennent pas partie des antagonismes intra-impérialistes, pour qu’ils ne prennent pas part aux côtés de la classe bourgeoise de leur pays et se laissent traîner derrière les états capitalistes puissants et les alliances impérialistes.

Chers camarades, Chères camarades,

Nous honorons les 100 années de la Grande Révolution Socialiste d’Octobre, de l’événement historique qui bouleversa le monde. Nous défendons les conquêtes du Socialisme, les réalisations de l’Union Soviétique et sa contribution à la lutte des peuples. Nous tirons les enseignements des erreurs, des omissions et des déviations par rapport aux règles de l’édification socialiste qui ont mené au renversement du Socialisme, à la douloureuse restauration capitaliste.

La contre-révolution et les difficultés qui l’accompagnent ne nous font pas chanceler, la lutte révolutionnaire continue, notre époque est celle du passage du capitalisme au socialisme. La pourriture du système d’exploitation et ses contradictions insurmontables mettent l’accent sur le fait que le socialisme est davantage nécessaire et actuel.

Camarades, nous sommes contents de pouvoir partager aujourd’hui avec vous ces réflexions dans le cadre de notre discussion, et de vous accueillir ce soir, avec des milliers de camarades, avec nos jeunes camarades de la Jeunesse Communiste de Grèce, à la manifestation politique centrale de notre parti.

Nous vous remercions beaucoup.

Source :solidarite-internationale-pcf

 accueil    mouvement_communiste 

216 visiteurs ont lu cet article