Tous fichés ? Comment Twitter permet le fichage politique de la population

 accueil    media 

Les Crises
publié le 12 aoûut 2018

envoyer à un ami  recommander à un ami

Nous avons largement démonté hier l’étude préliminaire, puis aujourd’hui l’étude finale comportant d’énormes failles méthodologiques du EU DisinfoLab sur l’affaire Benalla.

Beaucoup de personnes ont parlé de cette étude depuis plusieurs jours, discutant son bien-fondé ou non, mais bien peu se sont arrêtés sur un fait extrêmement problématique pour les libertés publiques.

En effet, l’EU DisinfoLab a, par le biais de Nicolas Vanderbiest, réalisé une étude sur les tweets liés à l’affaire Benalla. Nous laisserons aujourd’hui les conclusions de côté pour nous intéresser à la question des outils utilisés.

  1. Visibrain, ou Big Brother à la maison
  2. Que prévoient les conditions d’utilisation Twitter ?
  3. Quand EU DisinfoLab joue avec Big Brother
  4. “Et c’est le drame…” : la diffusion des données personnelles
  5. Le fichage politique (mais pas que) par EU DisinfoLab
  6. Communication de EU DisinfoLab
  7. Position de EU DisinfoLab quant aux données sensibles
  8. Le CNRS aurait aussi fiché les opinions politiques de près de 200 000 personnes !
  9. Réglementation et Discussion
  10. Plainte

Source :Les Crises

 

 accueil    media 

218 visiteurs ont lu cet article