Traité Franco-Allemand du 22 janvier 2019, juste une question : Et la constitution, respectée ?
Touthenmacronaparte continue-t-il son 18 brumaire ?

 accueil    europe    traiter_fa 

Canaille Lerouge
publié le 23 janvier 2019

envoyer à un ami  recommander à un ami

Tempête médiatique dans la bassine de l'UE, cela s'affronte dur sur le contenu. Jusqu'aux chiens de garde mobilisés en direct sur les plateaux aux J.T. pour nous dire combien ce texte va nous garantir 1000 ans de bonheur.
Mais, n'auraient-ils pas tous sauté une marche ?
Où, quand et comment, par qui a été respecté l'article 53 de la constitution de la 5e République ?

Petit rappel : Article 53

"Les traités de paix, les traités de commerce, les traités ou accords relatifs à l'organisation internationale, ceux qui engagent les finances de l'Etat, ceux qui modifient des dispositions de nature législative, ceux qui sont relatifs à l'état des personnes, ceux qui comportent cession, échange ou adjonction de territoire, ne peuvent être ratifiés ou approuvés qu'en vertu d'une loi. Ils ne prennent effet qu'après avoir été ratifiés ou approuvés. Nulle cession, nul échange, nulle adjonction de territoire n'est valable sans le consentement des populations intéressées."

Quelle loi, votée quand, a-t-elle permis à Touthenmacronaparte d'aller signer ce traité ?
Quand les barons lors de l'élyséen tour de table hebdomadaire ont-ils pris le temps de respecter la constitution qu'ils ont par serment juré d'appliquer et défendre ?
Au fait, entre ce brunch du Mercredi matin et le Sénat et l'Assemblée Nationale, il existe un poste gouvernemental hébergé à Matignon. le" ministre chargé des relations avec le parlement". le quadrillage policier de la capitale l'a-t-il empêché de faire son travail ?
Faut dire que le titulaire du maroquin, un certain Fesneau qui a succédé à l'actuel patron des chaussettes à clou n'a pas l'air de faire beaucoup de vague du côté de son ministère dans la période.<

Peut-être un début d'explication. Le dit Fesneau est parti planter sa tente dans sa région d'origine pour y animer le graaâand machin du petit factotum du Medef. A Orléans à propos de ce graaâand moment politique il a déclaré : " C’est l’occasion de rompre avec des pratiques anciennes. Soyons originaux dans notre démarche, et pourquoi pas notre mode de pensée. Il n’y a pas une unique façon de considérer les problèmes et de les résoudre."" Il ne doit pas y avoir pour lui de façon unique d'appliquer la constitution.

Curieux quand même que les groupes parlementaires républicains, ceux attachés à leurs racines gaullistes ne soulèvent pas publiquement ce point.
La loi autorisant la ratification aurait elle été votée en catimini ? Quand ?
Curieux que les membres du conseil constitutionnel, tous roués spécialistes du texte-socle de tout le droit français ne viennent pas nous éclairer.
Vite, on attend les lumières!

Source :Canaille Lerouge

 

 accueil    europe    traiter_fa 

640 visiteurs