LETTRE DE PRAGUE : élections et situation politique en République tcheque

 accueil    europe    est 

Ota Lev
publié le 2 mars 2018

envoyer à un ami  recommander à un ami

En octobre 2016, c´était trois années du gouvernement dirigé par le parti social démocratique avec les représentants du mouvement ANO (Alliance des citoyens mécontents) en tete avec M. Babiš (lire Babiche), grand entrepreneur, le deuxième homme le plus riche dans le pays et avec les représentants du parti chrétien. Dans neuf régions (il y en a treize + la capitale dans le pays) les conseils régionaux étaient dirigés par les représentants du parti social démocratique ensemble avec les représentants communistes.

Avant les élections régionales (octobre 2016) le président du parti social démocratique en meme temps président du gouvernement, satisfait des résultats de sa coopération avec les communistes, a annoncé quelques jours avant les élections régionales qu´apres les élections législatives les représentants social démocratiques pourraient former meme le gouvernement avec les communistes. Quelques représentants social démocratiques ont toutefois réussi à se distancier de cette proclamation en se référant a la résolution du congres social démocratique de 1995, qui a interdit la collaboration avec les communistes au sommet.

Mais les élections régionales ont changé beaucoup de choses. Le mouvement ANO a obtenu dans les élections régionales 21,05 % des voix , le parti social démocratique 15,25%, le parti communiste 10,55 %, le Parti démocratique civique (ODS) 9,47% et les chrétiens 6,3% des voix.

Une situation inhabituelle s´est présentée dans la région Boheme nord. Les résultats des élections régionales étaient les suivants: ANO 23,24% de voix = 20 mandats, PCBM 15,82% = 13 mandats, parti social démocratique 11,9% de voix = 10 mandats, ODS 8,54% = 7 mandats, Parti des droits des citoyens – Le parti Liberté et démocratie directe 6,07% de voix et 5 mandats.

Le président de ANO Babis critique tous les partis qui ont été au pouvoir, les traitant de voleurs, et proclamant qu´il faut mettre en ordre l´administration du pays. En tant que grand entrepreneur, il a plusieurs fois mentionné qu´il a régulièrement payé en impôts des milliards de couronnes (1 euro = approximativement 25 couronnes). Il a exigé que le Préfet communiste, qui a pourtant une bonne image, démissionne de ses fonctions. Cela a provoqué un certain mécontentement jusque dans les rangs du mouvement ANO.

Pour le moment – 15 mois apres les élections régionales on peut constater que la représentation politique dans cette région de Boheme nord, fonctionne bien en faveur de la population, et le Préfet est toujours en place avec le soutien des élus social démocrates et de petits partis.

Quant a la situation économique et politique du pays on peut dire que l´économie du pays a pris son essor; le chômage a baissé actuellement jusqu'à 3,9 % (on nous dit que c´est le niveau le plus bas dans toute l´UE). Mais la télé et tous les mass médias officiels ne nous informent pas que dans le pays il y a un million vingt mille citoyens qui vivent sous le seuil de pauvreté(ce sont surtout les femmes solitaires avec leurs enfants, les retraités, surtout les retraités solitaires, les chômeurs etc.)

Le gouvernement a rehausse le salaire mensuels minimum a 12200 couronnes, le salaire moyen représente environ 30 mille couronnes (environ 1200 euros) mais deux tiers des salariés n´atteignent pas ce niveau. Les prix sont maintenant à des niveaux occidentaux, mais les salaires ne représentent qu´un tiers ou la moitié des salaires occidentaux. Dans ces conditions, le président de l´organisation syndicale propage le slogan: Finir avec le travail a bon marché!

les prix de la nourriture, des produits industriels, des services et surtout les prix des loyers montent rapidement. Il y a deux années on a enregistré presque 70 mille SDF dans le pays et environ 120 mille personnes menacées de le devenir dans peu de temps. Il y a une quantité de logements vides d´un coté, et un nombre croissant de SDF.

Dans les trois mois passés, la Tchéquie a connu deux élections décisives: les élections législatives (les 21 et 22 octobre passé) et les élections présidentielles (le premier tour a eu lieu les 12 et 13 janvier, le second tour a eu lieu les 26 et 27 janvier courant.

Les résultats des élections législatives sont pour la gauche alarmants: tous les partis traditionnels qui fonctionnent dans le pays depuis environ un siècle ou plus (le parti social démocratique fondé en 1878, le parti communiste fondé en 1921 et le parti chrétien fondé en 1918 par la fusion de trois courants catholiques crées a la fin du XIXeme siècle) ont perdu. Au contraire les nouveaux partis fondés après 1989, (surtout au 21eme siècle) ont gagné. Le parti sociál- démocratique qui a en octobre 2017 obtenu seulement 7,27% de voix et 15 députés, avait en 2013 50 députés, ce qui représente la chute de la premiere place dans la Chambre des députés a la sixieme en 2017. Le parti communiste avec ses 7,76 % de voix et 15 députés en 2017 est tombé de la troisième place avec 33 députés en 2013 a la cinquième en 2017. Le parti chrétien avec ses 5,8 % de voix et 10 députés (en 2013 14 députés) garde sa septième place parmi les députés dans la Chambre.

Au contraire le mouvement ANO avec ses 29,64 % de voix et 78 députés en 2017 a avancé de la deuxième place dans la Chambre a la première; le Parti démocratique civique (ODS) avec ses 11,32% de voix et 25 députés a progressé de la cinquième place en 2013 a la deuxième en 2017. Le parti des Pirates avec ses 10,79% de voix et 22 députés entre pour la première fois dans la Chambre et y occupe la troisième place suivi par le parti Liberté et démocratie directe avec 10,64% de voix et 22 députés qui a progressé de la cinquième place en 2013 a la quatrième en 2017. la cinquième place est occupée par le PCBM, la sixième par le parti social démocratique, la septième par le parti chrétien. la huitième place avec ses 5,31% de voix et 7 députés est occupee par le parti TOP 09 ( extreme droite) qui etait à la quatrième place avec ses 26 députés en 2013. La dernière – neuvième - place dans la Chambre est occupée par le conglomérat des maires et des indépendants, qui est pour la première fois entré dans la Chambre avec ses 5,18% de voix et 6 députés.

On peut dire que la carte politique de l´Assemblée nationale a été totalement bouleversée. Pour la première fois, l´Assemblée nationale, avec neuf différents partis, est très dispersée, ce qui pourrait rendre plus difficile les solutions des problèmes et le vote des lois .

Les partis qui ont enregistré un échec important dans les élections législatives – le parti social démocratique ainsi que le parti communiste – ont convoqué leurs congres extraordinaires pour découvrir les causes de leurs échecs et pour trouver les solutions pour le futur. Le congres extraordinaire du parti social démocratique aura lieu le 18 février, le congres extraordinaire du parti communiste aura lieu dans la seconde moitié du mois d´avril.

Etant donné que le mandat du président de la république va terminer le 8 mars 2018, il a fallu préparer les élections présidentielles déja en 2017. Chaque candidat qui désire prendre part a la compétition au poste du président de la république doit d´abord présenter 50 mille signatures des citoyens, ou les signatures de 10 sénateurs ou de 20 députés qui le recommandent a ce poste. Quelques jours avant la clôture des candidatures au poste du président de la république, il y en avait, outre le président actuel, sept candidats. Seulement deux ou trois jours avant la dernière possibilité de se présenter, l´ancien président du gouvernement a réussi a la dernière minute a obtenir dix signatures de sénateurs pour pouvoir s´enregistrer parmi les candidats et s´engager contre le président actuel. Finalement il y avait alors neuf candidats au poste du président de la république.

Les 12 et 13 janvier 2018 a eu lieu le premier tour des élections présidentielles. Le président Zeman a obtenu 38,56% de voix, son concurrent, M. Drahoš (lire Drahoche), ancien président de l´Académie des sciences, soutenu par la droite, a obtenu 26,60% de voix. Le troisieme candidat, diplomate qui a dans les années quatre-vingt- dix du siecle passé travaillé dans l´entourage du président Havel a obtenu 10,23% de voix, l´ancien chef du gouvernement, l´ancien dirigeant de l´ODS n´a obtenu que 4,3% de voix.

Au second tour, le 27 janvier, le président de la république actuel, M. Zeman a obtenu 51,37% de voix, le représentant de la droite, M. Jaroš (il avait annoncé qu´il n´irait jamais nommer un gouvernement dans lequel il y auraient des membres communistes, ni un gouvernement sans communistes qui exigerait parfois le soutien des communistes) a obtenu 48,63%.

 accueil    europe    est 

310 visiteurs ont lu cet article