Les femmes dans le deuxième gouvernement des Talibans

 accueil    chine 

Gauche Radicale d’Afghanistan (LRA) nous publions la version anglaise que la LRA nous a envoyé afin de pouvoir contrôler les contre sens si nécessaire
le 1er OCTOBRE 2021

envoyer à un ami  recommander à un ami

les talibans, en tant que groupe extrémiste islamique, ont leur propre interprétation de l’islam et du Coran. Non seulement elles sont incapables de faire preuve de souplesse sur les droits des femmes et les libertés civiles, mais elles sont également incapables de répondre positivement aux besoins économiques, scientifiques, politiques, culturels et sociaux contemporains de la société afghane. Contrairement aux hypothèses optimistes de certaines personnes, les talibans n’ont pas fait beaucoup de différence au cours des deux dernières décennies. Il n’y a aucun changement dans leur pensée, leur comportement ou leurs points de position.

Les Taliban ne reconnaissent pas les femmes comme des membres actifs et indépendants de la moitié de la société humaine. Ils ne croient pas aux capacités des femmes, à la dignité humaine et à l’égalité des droits des femmes dans la société et dans la famille. Depuis deux ans, les talibans poursuivent des pourparlers de paix et de réconciliation avec les États-Unis et le gouvernement d’Ashraf Ghani, insistant toujours pour qu’ils admettent les droits et les libertés des femmes, mais dans le cadre de l’islam et de la charia !! Le fait est que l’islam et la charia n’ont jamais donné aux femmes les mêmes droits et libertés que les hommes. Selon la loi islamique, un homme a le droit d’avoir quatre femmes en même temps, et un frère reçoit deux fois plus que sa sœur de l’héritage de son père. Dans l’Islam, les femmes sont considérées comme irrationnelles et n’ont donc pas le droit d’être à la tête d’un pays ou d’une société, ou de servir de juge dans un gouvernement. De plus, dans une affaire judiciaire, le témoignage de deux femmes équivaut au témoignage d’un homme. Selon la loi islamique, toutes les femmes et les filles adultes sont tenues d’observer le hijab islamique et ne peuvent pas voyager sans un Homme adulte Muharram ou quitter la maison ou avoir des interactions avec leurs amis sans la permission de leurs maris. Une femme ne peut pas obtenir un divorce sans raisons et preuves solides, mais un mari peut divorcer de sa femme à tout moment, quand il le souhaite.

Ainsi, aujourd’hui, les actions de l’Émirat islamique taliban contre les femmes en Afghanistan sont conformes aux principes, aux valeurs et à la charia islamiques. En plus de mener une guerre contre l’occupation militaire américaine pendant 20 ans, leur autre objectif était d’établir un véritable système islamique et de la charia en Afghanistan. Les dirigeants et les membres des talibans ne peuvent pas aller au-delà de leurs objectifs islamiques en raison de pressions extérieures ou d’accords politiques et économiques, car ils peuvent comprendre les sentiments et les pensées de leurs partisans et de dizaines de milliers de combattants. Les dirigeants talibans savent que s’ils assouplissent leur position sur les droits des femmes et les droits civils, ils se heurteront à une forte opposition et à la résistance de leurs partisans et combattants. Les dirigeants talibans ne veulent pas perdre leur soutien dans cette situation critique et provoquer l’effondrement de leur gouvernement.

Même pendant la guerre entre les États-Unis et l’OTAN contre l’occupation, les femmes et les filles des zones contrôlées par les talibans se sont vu refuser l’accès aux établissements d’enseignement et aux écoles. Sans hijab à part entière, les femmes ne peuvent même pas aller à l’hôpital pour se faire soigner ou travailler à l’extérieur de la maison.

Lorsque les talibans ont capturé Kaboul le 15 août de cette année et que le régime fantoche des États-Unis et de l’OTAN a été renversé à Kaboul, les talibans ont rapidement exprimé leur opposition aux femmes et leur ont imposé de sévères restrictions. Ils ont licencié du personnel féminin d’agences gouvernementales, ordonné aux enseignantes de rester à la maison et interdit aux filles d’aller à l’école. Il a aboli le Ministère des affaires féminines et l’a remplacé par le département de la « propagation de la vertu et de la prévention du vice ». Il n’y a pas une seule femme qui a été vue dans le cabinet annoncé par les talibans et à d’autres postes clés du gouvernement.

La nature du mouvement taliban, ses revendications et ses objectifs n’étaient un secret pour personne. Le gouvernement américain et les principaux membres de l’OTAN tels que la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la France, le Canada et l’Australie sont bien conscients que les talibans n’ont apporté aucun changement, mais malgré ce fait, en février 2020, les talibans et les États-Unis ont convenu de permettre aux talibans de rétablir leur domination en Afghanistan. La critique des talibans par les États-Unis et l’OTAN, l’imposition de sanctions à leur encontre ou le gel des 9,5 milliards d’actifs de l’Afghanistan sont une tromperie et rendent stupide le peuple afghan et mondial. Les États-Unis et les États membres de l’OTAN sont responsables de la catastrophe humanitaire actuelle en Afghanistan et de la violation des droits des femmes.

Ses intérêts politiques et économiques sont importants pour l’impérialisme américain et ses alliés de l’OTAN. Ils peuvent traiter très facilement des droits des femmes et des droits de l’homme et ensuite les justifier par une propagande empoisonnée. La sympathie que les gouvernements américain et européen montrent aux femmes afghanes est une larme de crocodile.

Les manifestations anti-talibans de certains groupes à Kaboul et dans d’autres provinces d’Afghanistan ou à l’étranger sont encourageantes, mais il est également important de savoir ce que veulent les manifestants, qui dirige les manifestations et de qui attendent-ils de l’aide? Les femmes afghanes ne peuvent pas revendiquer leurs droits sous la direction de groupes djihadistes ou de partis fondamentalistes islamiques. Les femmes afghanes ne peuvent plus demander leurs droits aux États-Unis ou à l’OTAN. Le « Front de résistance » dirigé par Ahmad Massoud et Amrullah Saleh n’est pas différent idéologiquement et naturellement des talibans. Ahmad Massoud et Amrullah Saleh, et le « Front de résistance afghan » dans son ensemble, sont l’ancien Nizar Shura, ou Alliance du Nord, composé de groupes fondamentalistes islamiques affiliés à divers pays impérialistes. Le soutien de la France à Ahmad Massoud, ou le fait de couvrir un masque de défense de la démocratie et des droits de l’homme sur le visage du « Front de résistance » au Panjshir, vise à attirer à nouveau l’aide financière et militaire internationale pour commercer une fois de plus sur le sang des pauvres d’Afghanistan. Le groupe d’Ahmad Massoud et ses partisans ont eu une part de 50% dans les gouvernements Karzaï et Ashraf Ghani au cours des 20 dernières années, mais ils n’ont rien fait pour le bénéfice des femmes, et il n’y a pas une seule femme dans leur direction.

Les femmes afghanes ne devraient pas s’attendre à ce qu’Angela Merkel, Hillary Clinton ou la reine Elizabeth fassent pression sur les talibans pour qu’ils respectent les droits des femmes en Afghanistan. Les femmes afghanes ne doivent pas oublier la déclaration d’Hillary Clinton selon laquelle les moudjahidines ou groupes fondamentalistes islamiques ont été créés, financés et armés par les États-Unis dans les années 1980 contre l’invasion de l’Union soviétique, ainsi que les talibans au début des années 1990 pour mettre en œuvre leurs stratégies économiques et géopolitiques en Afghanistan et dans la région. Pour les gouvernements des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et de la France, peu importe la nature ou le but du groupe de mercenaires, qu’il soit anti-femmes ou anti-droits de l’homme, mais l’engagement du groupe contre les intérêts des États-Unis et de leurs alliés et la mise en œuvre de leurs programmes sont essentiels.

Les talibans croient qu’ils ont vaincu la seule grande puissance militaire et économique du monde, les États-Unis, et 45 alliés sur le champ de bataille, de sorte que leurs menaces et pressions actuelles n’affaibliront jamais la détermination des talibans. Les talibans insisteront sur leur système islamique et de la charia barbare contre les souhaits et les besoins du peuple et des femmes afghans et écraseront brutalement toute opposition interne. Les talibans n’ont pas pour priorité la vie des gens, la reprise économique, l’éducation, la santé et les services sociaux. Le traitement féroce et inhumain des femmes par les talibans, leur incapacité à surmonter les crises économiques, leur implication dans des activités terroristes et leur dépendance à l’égard de certains pays étrangers ne feront qu’exacerber la pauvreté dans le pays et le gouvernement taliban fera donc face à des manifestations et des soulèvements généralisés et finira par être renversé.

Les forces de gauche, démocratiques et laïques et les militants des droits des femmes doivent avoir leurs propres revendications et objectifs indépendants. Exiger la présence d’une ou de plusieurs femmes dans le cabinet des Taliban n’est ni fondé sur des principes ni pratique. En fait, le gouvernement taliban ne peut pas représenter le peuple afghan, alors comment la présence de quelques femmes symboliques dans un système religieux aussi autoritaire et extrémiste peut-elle être interprétée comme signifiant garantir les droits des femmes ?

Les groupes de gauche, démocratiques, laïques et féministes doivent se concentrer sur la construction et le renforcement d’une alternative indépendante, démocratique et laïque. La création immédiate d’une alternative progressiste qui s’opposerait non seulement aux talibans, mais aussi au « Front de résistance » djihadiste du Nord et à l’intervention des pays impérialistes et des voisins, pourrait à court terme obtenir le large soutien des pauvres. Ainsi, l’accent de la lutte ne doit pas être mis sur la réforme du régime taliban ou l’installation de plus de femmes dans le cabinet, mais sur le renversement du régime taliban et la création d’un État démocratique et indépendant.


Women in the second government of the Taliban

The Taliban, as an Islamic extremist group, has its own interpretation of Islam and the Qur'an. Not only are they unable to be flexible on women's rights and civil liberties, but they are also incapable of responding positively to the contemporary economic, scientific, political, cultural and social needs of Afghan society. Contrary to some people's optimistic assumptions, the Taliban have not made much of a difference over the past two decades. There is no change in their thinking, behavior or stand points.

The Taliban do not recognize women as active and independent members of half of human society. They do not believe in women's abilities, human dignity and equal rights for women in society and in the family. For the past two years, the Taliban have been pursuing peace and reconciliation talks with the United States and Ashraf Ghani's government, always insisting that they admit women rights and freedoms, but within the framework of Islam and Sharia!! The fact is that Islam and Sharia have never given women equal rights and freedoms as men. According to Islamic law, a man has the right to have four wives at the same time, and a brother receives twice as much as his sister from his father's inheritance. In Islam, women are considered irrational and therefore have no right to be the head of a country or a society, or to serve as a judge in government. Also, in a legal case, the testimony of two women is equivalent to the testimony of one man. According to Islamic law, all women and adult girls are required to observe the Islamic hijab and cannot travel without an adult male Muharram or leave the house or have interaction with their friends without the permission of their husbands. A wife cannot get a divorce without strong reasons and proofs, but a husband can divorce his wife at any time, whenever he wants.

Thus, today, the actions of the Taliban Islamic Emirate against women in Afghanistan are in line with Islamic principles, values and Sharia. In addition to waging war against the US military occupation for 20 years, their other goal was to establish a true Islamic and Sharia system in Afghanistan. Taliban leaders and members cannot go beyond their Islamic goals as a result of external pressures or political and economic deals, because they can understand the feelings and thinking of their supporters and tens of thousands of fighters. Taliban leaders know that if they soften their stance on women's and civil rights, they will face stiff opposition and resistance from their supporters and fighters.The Taliban leadership does not want to lose their support in this critical situation and cause the collapse of their government.

Even during the US-NATO war against occupation, women and girls in Taliban-controlled areas were denied access to educational institutions and schools. Without a full-fledged hijab, women cannot even go to the hospital for treatment or work outsid.e the home

When the Taliban captured Kabul on August 15 this year and the US and NATO puppet regime was overthrown in Kabul, the Taliban soon expressed their opposition to women and imposed severe restrictions on them. They fired female staff from government agencies, ordered female teachers to stay home and barred girls from going to school. It abolished the Ministry of Women's Affairs and replaced it with the “propagation of virtue and the prevention of vice" department. There is not a single woman has been seen in the Taliban's announced cabinet and other key government positions.

The nature of the Taliban movement and their demands and goals were no secret. The US government and key NATO members such as Britain, Germany, France, Canada and Australia are well aware that the Taliban have not made any changes, but in spite of this fact, in February 2020, the Taliban and the US have agreed to allow the Taliban to re-establish their rule in Afghanistan. Criticism of the Taliban by the United States and NATO, the imposition of sanctions on them, or the freezing of Afghanistan's 9.5 billion assets is a deception and making stupid the people of Afghanistan and the world. The United States and NATO member states are responsible for the current humanitarian catastrophe in Afghanistan and the violation of women's rights.

Its political and economic interests are important to US imperialism and its NATO allies. They can deal with women's rights and human rights very easily and then justify it with poisonous propaganda. The sympathy that the US and European governments are showing to the women of Afghanistan is crocodile tears.

Anti-Taliban demonstrations by some groups in Kabul and other provinces of Afghanistan or abroad are supportive, but it is also important to know what the protesters want, who is leading the protests and from whom do they expect help? Afghan women cannot claim rights under the leadership of jihadi groups or Islamic fundamentalist parties. Afghan women cannot once again beg for their rights from the United States or NATO. The "Resistance Front" led by Ahmad Massoud and Amrullah Saleh is ideologically and naturally no different from the Taliban. Ahmad Massoud and Amrullah Saleh, and the "Afghanistan Resistance Front" as a whole, are the former Nizar Shura, or Northern Alliance, made up of Islamic fundamentalist groups affiliated with various imperialist countries. France's support for Ahmad Massoud, or covering a mask of defending democracy and human rights on the face of "Resistance Front" in Panjshir, is aimed at attracting international financial and military aid to trade once again on the blood of poor people of Afghanistan. Ahmad Massoud's group and its supporters have had a 50 percent share in the Karzai and Ashraf Ghani governments over the past 20 years, but they have done nothing to benefit women, and there is not a single woman in their leadership.

Afghan women should not expect Angela Merkel, Hillary Clinton or Queen Elizabeth to put pressure on the Taliban to respect women's rights in Afghanistan. Afghan women must not forget Hillary Clinton's statement that the mujahedin or Islamic fundamentalist groups have been created, funded and armed by the United States in the 1980s against the Soviet Union invasion, as well as they emerged the Taliban in the early 1990s to implment thier economic and geo-political strategies in Afghanistan and in the region. For the governments of the United States, Britain, Germany and France, it does not matter what the nature or purpose of the mercenary group is, whether it is anti-women or anti-human rights, but the commitment of the group against the interests of the US and its allies and the implementation of their agendas is essential.

The Taliban believe that they have defeated the world's only major military and economic power, the United States, and 45 allies on the battlefield, so their current threats and pressures will never weaken the Taliban's resolve. The Taliban will insist on its barbaric Islamic and Sharia system against the wishes and needs of the people and women of Afghanistan and will brutally crush any internal opposition.The Taliban have no priority over people's lives, economic recovery, education, health and social services.The Taliban's ferocious and inhumane treatment of women, their inability to overcome economic crises, their involvement in terrorist activities, and their dependence on some foreign countries will only exacerbate poverty in the country and thus the Taliban government will face widespread protests and uprisings and will eventually be overthrown.

Left, democratic and secular forces and women's rights activists must have their own independent demands and goals. Demanding the presence of one or more women in the Taliban cabinet is neither principled nor practical. In fact, the Taliban government cannot represent the people of Afghanistan, so how can the presence of a few symbolic women in such an authoritarian and extremist religious system be interpreted to mean securing women's rights?

Left, democratic, secular and feminist groups must focus on building and strengthening an independent, democratic and secular alternative. Immediately creating a progressive alternative that would not only oppose the Taliban, but also the Northern Jihadi "Resistance Front" and the intervention of imperialist countries and neighbors, could in the short term gain the broad support of the poor.Thus, the focus of the struggle must be not on reforming the Taliban regime or installing more women in the cabinet, but on overthrowing the Taliban regime and creating a democratic and independent state.

Left Radical of Afghanistan (LRA) Oct 1, 2021 Kabul-Afghanistan

 accueil    chine 

31 visiteurs ont lu cet article