BOLLORE VEND SA BRANCHE AFRICAINE

Envoyer à un ami  envoyer un lien sur cet article a un ami

le 8 janvier 2022

«les voies de communication essentielles de tout un continent passent des mains d’un vampire français à celles d’un cannibale italo-suisse sans que personne parmi le milliard et quelques d’Africains ait son mot à dire. Et pas non plus bien sûr les dizaines de milliers de prolétaires qui font fonctionner ce réseau. ». Tels sont les termes dans lesquels l’hebdomadaire « Lutte ouvrière » commentait la vente de Bolloré Logistics. De son côté, le mensuel « La Forge » rappelait que la filiale cédée avait « profité de la vague de privatisations imposés par les plans d’ajustement structurel de FMI et de la banque mondiale »..

Tout ceci est juste assurément mais ne constitue que la partie émergée de l’Iceberg. Bolloré Logistics est plus rentable que le reste du groupe et fut vendue le 21 décembre à l’armateur MSC pour un montant correspondant à 11 fois le profit brut annuel. C’est exceptionnel aux dires des spécialistes, en l’occurrence « Les Echos » du même jour.

L’acheteur se prépare donc à faire de gros profits….engrangés sur le difficile quotidien des africains, ces parents pauvres de la mondialisation à qui on « donne » des vaccins périmés. L’activité consiste à gérer des ports africains et à transporter (mal ou plus du tout !) voyageurs et marchandises sur des camions et voies ferrées plus ou moins brinquebalantes. L’argent est extorqué aux usagers ou prélevé sur les exportations de bananes, d’ananas et de minerais…

Certes, cette activité est entachée de diverses malversations. Mais le « cœur de métier » est parfaitement légal sinon honnête. Bébé Bolloré s’apprête à succéder à son empereur de père… Avec forces gâteaux et champagne à la fête. Citons pour notre part Voltaire : « C’est à ce prix-là que vous mangez du sucre en Europe ! ».

Olivier Rubens

 accueil    sommaire 

98 visiteurs ont lu cet article