Afghanistan : Analyse des Partis communistes d'Iran et du Pakistan

Envoyer à un ami  envoyer un lien sur cet article a un ami

le 7 septembre 2021

en Afghanistan, Le départ des troupes US et de l'OTAN et la victoire des talibans qui contrôlent la majorité du pays ont ouvert une situation nouvelle aussi bien pour l'Afghanistan lui-même,que pour son environnement proche et les rapports de forces au plan international. Nous avons, dans deux articles récemment publiés sur notre site, montré les conséquences immédiates, en particulier pour le peuple afghan, de cette situation et analysé la nature du redéploiement des forces impérialistes dans la région [1] .

Il nous semble utile pour la compréhension des choses, de faire connaître dans cet article, le point de vue des partis communistes d’Iran [2] et du Pakistan [3] , ces deux pays qui entourent l'Afghanistan et qui sont intimement liés à son histoire passée et récente.

Dans son communiqué, le parti communiste Tudeh d’Iran rappelle l'historique de la situation et la responsabilité totale de l'impérialisme : "La chute de Kaboul et le retour des talibans au pouvoir en Afghanistan, dimanche 15 août, est une tragédie colossale pour son peuple. Les desseins des puissances capitalistes du G7 au cours des quarante dernières années sont le principal facteur et portent la principale responsabilité de cette calamité. Le financement et l'armement des groupes islamistes « moudjahidin » afghans par la CIA, l'Arabie saoudite et les dirigeants militaires pakistanais à la fin des années 1970, après la victoire de la révolution de Saur (avril 1978) en Afghanistan, visaient à saper et à renverser le gouvernement de la République démocratique populaire d'Afghanistan. A la fin des années 1970, l'impérialisme mondial n'était nullement disposé à accepter un changement des rapports de force dans cette région et l'arrivée au pouvoir de forces nationales, progressistes et démocratiques. L'avancement de ce plan a ouvert la voie à la croissance d'une variété de groupes « djihadistes » réactionnaires qui ont bénéficié de fonds saoudiens pour entraver tout changement socio-politique progressiste en Asie occidentale. Le gouvernement de la République démocratique populaire d'Afghanistan visait à créer une société nouvelle et moderne par la mise en œuvre de politiques nationales de développement, la réduction de la pauvreté et l'élimination du sous-développement socio-économique soutenu par le système féodal qui avait régné dans le pays auparavant". Le parti Tudeh insiste sur la nature de l'accord de Doha signé entre les USA et les talibans et qui de fait leur a remis le pouvoir: "La réinstallation de l'État taliban en Afghanistan repose sur l'accord entièrement calculé conclu entre l'administration Trump et la direction réactionnaire des talibans le 1er mars 2020. Cette tragédie conduira à une plus grande catastrophe humanitaire, dont les signes - y compris le la peur qui s'empare du peuple afghan et de ses tentatives de fuir le pays - peut déjà être observée dans les villes à travers le pays.

L'effondrement du gouvernement afghan est une preuve évidente du caractère fallacieux de la notion d'intervention extérieure pour changer un régime ou l'aider à survivre. Le Parti Tudeh d'Iran a toujours soutenu que l'imposition de gouvernements fantoches par des forces étrangères ne peut garantir l'établissement de la démocratie ou la réalisation des droits des peuples". Il ne s'agit donc en aucun cas pour les USA et l'OTAN du devenir du peuple afghan mais bien des intérêts impérialistes de redéployer leurs efforts militaires contre la Chine et la Russie :" l'une des conséquences prévues de ce retrait et de l'arrivée au pouvoir des talibans réactionnaires est la création d'importants foyers d'insécurité en Asie occidentale, notamment aux frontières de l'Iran et des pays d'Asie centrale, voire de la Russie et de la Chine".

De son côté le Parti Communiste du Pakistan souligne la responsabilité de l'impérialisme et de ses choix stratégiques dans le contexte d'un approfondissement de la confrontation avec la Chine: "Comment se fait-il que les Talibans ont occupé tout le pays en 11 jours, alors qu'ils combattaient les forces des Etats Unis et de l'OTAN depuis vingt ans sans réels gains ? Une chose est claire : l'accord de Doha est le scénario des événements et les Etats Unis ont rendu le pouvoir aux Talibans, pour que ceux-ci jouent un rôle au profit des intérêts des Etats Unis dans la région. Ils seront les sous-traitants de l'impérialisme des Etats Unis. La zone de conflit et le champ de bataille seront étendus non seulement vers les pays voisins (Iran, Pakistan et pays d'Asie centrale mais l'Afghanistan et les Talibans seront utilisés pour protéger les intérêts des Etats Unis dans la région en créant une ligne de défense contre la Chine et la Russie".

Il exprime ses craintes que la montée en puissance des talibans cible tout particulièrement les forces progressistes et démocratiques: " La montée en puissance des Talibans va déclencher une nouvelle vague d'idéologie intégriste et les forces progressistes et démocratiques en seront les cibles une fois de plus". Il appelle : " [les] partis frères, communistes et ouvriers, du monde, pour qu'une pression soit exercée auprès de leurs gouvernements pour ne pas reconnaître le régime des talibans, jusqu'à ce que des élections libres soient tenus en Afghanistan et un gouvernement démocratique soit formé en Afghanistan, et qui garantira le respect des droits de l'homme fondamentaux de tous les Afghans, notamment ceux des femmes et des enfants".

Ces prises de position montrent, comme nous l'analysions nous même, que le retrait US et de l'OTAN s'il marque la fin de l'intervention directe de l'impérialisme US et de ses alliés ne signifie pas le renoncement de ce dernier d'affronter les puissances montantes de la région et tout particulièrement la Chine.
Ce déplacement vers l'Asie des affrontements au sein du système impérialiste est bien la caractéristique dominante du moment et probablement encore pour une longue période. Ce qui pourra faire reculer les dangers de guerre liés à ces affrontements, c'est la lutte des peuples pour leur libération nationale. De ce point de vue, la fin de l'occupation américaine en Afghanistan, les succès actuels des talibans, force hétérogène représentative de rapport féodaux et semi-féodaux, ne sauraient masquer tout ce qui a bougé depuis des décennies dans la société afghane aussi bien urbaine que rurale.
Même affaiblies les forces démocratiques et progressistes existent et il n'est pas dû au hasard qu'elles aient au cours de l'histoire de ce pays engendré des transformations pour sortir le pays du féodalisme, conduisant à la révolution démocratique de 1978. Notre solidarité est donc acquise au peuple afghan, à tous ceux qui ne se résignent pas à le voir muselé par les forces qui tentent de le maintenir dans une soumission indirecte à l'impérialisme sous la houlette de rapports sociaux féodaux.

Parti Communiste Révolutionnaire

 accueil    sommaire 

269 visiteurs ont lu cet article