Coronavirus. Dans le sud de l’Italie, une bombe sociale prête à exploser

Envoyer à un ami  envoyer un lien sur cet article a un ami

publié le : 2 avril 2020

les régions méridionales de la Péninsule sont moins touchées par la pandémie, mais les mesures de confinement y sont tout aussi sévères. De nombreuses personnes qui survivaient grâce au travail au noir n’ont plus de revenus, ce qui inquiète les autorités qui recensent des premiers signes de “révolte”.

Trois millions sept cent mille personnes. Selon les estimations de l’Istat (institut national de statistiques), rapportées par le quotidien turinois La Stampa, c’est le nombre d’Italiens qui travaille à ce jour sans contrat. “80 % d’entre eux vivent dans les régions du sud du pays où, selon une étude du syndicat CGIL [le deuxième le plus important en Italie], une personne sur trois travaille au noir. Ce sont des serveurs, des ouvriers, mais aussi des petites mains de la criminalité qui ne sont ‘protégées’ par aucun décret du gouvernement en ces temps de crise, par aucune prestation sociale.”

Le résumé de La Stampa présente très bien la situation explosive que vit le sud de l’Italie en ce moment. La Sicile, les Pouilles, Naples ou Palerme sont des régions et des villes où de nombreuses personnes travaillaient sans contrat. Ces Italiens ne sont pas concernés par les mesures exceptionnelles prises par le gouvernement en soutien des entreprises. Ils ont donc perdu toute source de revenu du jour au lendemain. Et les premières conséquences commencent à se faire sentir.

Un supermarché pris d’assaut à Palerme, en Sicile

Ainsi, raconte le quotidien romain La Repubblica, “jeudi 26 mars, un groupe de personnes s’est présenté aux caisses d’un supermarché Lidl de Palerme avec les caddies remplis de denrées alimentaires et a refusé de payer. Depuis, la police surveille les grands hypermarchés de la ville”.

Selon le journal, la tentative de vol de Palerme n’a pas été complètement spontanée. “L’initiative est partie d’un groupe Facebook ‘Révolution nationale’, qui compte des milliers d’inscrits et qui a déjà donné un autre rendez-vous le 3 avril : ‘ceux qui sont prêts à la guerre le disent : il faut que nous dévalisions les supermarchés pour leur faire comprendre la situation où l’on se trouve’, voit-on écrit sur le groupe”.

“En Sicile, en Campanie, dans les Pouilles, on risque désormais de se faire voler ses courses, et tous les jours on entend des nouvelles de pharmacies braquées”, affirme La Repubblica, décrivant une situation tendue qui inquiète en plus haut lieu. Le quotidien dévoile ainsi un rapport interne au gouvernement qui prévient “d’un risque de révoltes et de rébellions, surtout en Italie méridionale où le travail au noir et la présence très forte de la criminalité organisée sont des facteurs inquiétants”.

Pour prévenir ces risques, certaines villes ont pris des mesures. C’est le cas de Palerme, en Sicile qui a mis en place un système d’aide à travers la distribution de denrées alimentaires pour les familles qui n’ont plus de revenus. Mais quelque chose bouge également au sommet de l’État.

Ainsi, dans une interview accordée à La Stampa, Laura Castelli – sous-secrétaire au ministère de l’Économie – affirme que :
Il faudra garantir un revenu à tout le monde à travers une méthode simple. On peut penser à établir un revenu d’urgence qui sera en place tant qu’on ne revient pas à la normalité. On est également en train d’envisager une simplification des procédures d’accès au revenu de citoyenneté [sorte de revenu universel mis en place par le précédent gouvernement en Italie].”

En attendant que des mesures spéciales soient prises, aujourd’hui encore, une vidéo publiée par le quotidien milanais Il Corriere della Sera a fait parler d’elle. On y voit un monsieur qui se présente à la caisse avec des denrées alimentaires simples – telles des pâtes – et une autre personne qui dit :
Il n’a pas acheté de champagne, il ne peut pas payer, qu’est-ce qu’il faut faire?? Appelez donc la police si vous voulez?!”

Une scène qui s’est déroulée à Naples, ville où se concentrent énormément de problèmes sociaux, mais qui fait preuve de solidarité et de créativité même dans ces moments compliqués. C’est en effet ici, que, à en croire La Repubblica, est en train de prendre pied une initiative informelle d’entraide : “Des citoyens achètent des produits qu’ils laissent à la caisse pour remplir les caddies de ceux qui n’ont pas d’argent pour payer.”

Beniamino Morante

defenddemocracy

 accueil    sommaire 

144 visiteurs ont lu cet article