CONSéQUENCES DE LA PRéSENCE FRANçAISE AU MALI

Envoyer à un ami  envoyer un lien sur cet article a un ami

publié le : 2 avril 2019

Lettre à ma famille peule et à l’ensemble des Maliens ( extraits )

a Diarama.

Je condamne vigoureusement la tuerie perpétrée par de vils semeurs de haine et de morts contre les paisibles populations du village peul de Koulogon, acte de barbarie et de lâcheté que rien ne saurait justifier....

la communauté peule est le véritable ciment national, non seulement en cohabitation avec toutes les autres communautés, mais parce qu'en plus, elle a formé presqu’avec chacune d’elle un groupe métis. Les Khassonkés, Diallo en majorité, sont des métis Malinkés-Peuls. Les Ganas, également Diallo pour la plupart, sont des métis Sénoufos-Peuls. Les Peuls ont pris femme chez les Malinkés du Wassoulou, et leur descendance peuple désormais cette région : Diallo et Diakité, Sidibé et Sangaré. Les Dembèrès, dans la région de Ségou, sont des métis Bambaras-Peuls. D’autres sont dans la zone de Bambaramaoudé. Presque chaque famille bamanan a sa maman peule. Les Peuls ont aussi une descendance avec les Soninkés dans la région de Yélimané. Un métissage Dogons-Peuls a donné les Kossodjos ; le brassage Mossis-Peuls a donné les Silmégas (ethnie de Thomas SANKARA)*. On pourrait en dire davantage.....

Après avoir longtemps cherché le moyen de diviser le Mali en passant par une fracture avec la communauté touarègue, depuis les premières heures de l’Indépendance, la France colonialiste cible en plus, cette fois ci, le cordon, le ligament, le plus sensible de la société malienne, la communauté qui en est pour ainsi dire le ciment : la grande famille peule.

Tout commence par le stratagème impérialiste mis au point sous George Walker Bush : « combattre l’islam par l’islam » ; discréditer la foi islamique pure par un islam alibi, politique, violent, pervers. « Dans une interview au Washington Post, peut-on lire sur la toile, le prince héritier Mohamed ben Salmane a déclaré que l'Arabie saoudite avait commencé à propager l'idéologie wahhabite à la demande de ses alliés occidentaux, pendant la guerre froide, pour contrer l'URSS ». Pourquoi les Etats-Unis et alliés ont-ils financé l’expansion de cet autre islam conquérant à travers le monde, même après la guerre froide, qui a fini par donner les Talibans, les Al Qaeda, les Daesh… ?

Curieusement, notre ( chef djihadiste ) Iyad Ag Ghaly, la tête du serpent de sable dans l’Adrar malien, sera consul du Mali à Djeddah ; pour quoi faire ? Qui, ou quel jeu, est à l’origine de cette nomination sulfureuse ? L’homme est ensuite éloigné, expulsé après du pays, pour brouiller les pistes de ce qui se tramait, qui impliquait l’Arabie Saoudite et le Qatar, avant de resurgir dans le train d’annonce du MNLA, et venir assassiner une centaine de jeunes soldats maliens sacrifiés, livrés à l’ennemi par les traitres de l’intérieur au sommet de l’Etat, des mythomanes qui raconteront des balivernes pour se dédouaner de leur forfaiture.

Notre pays, comme l’Algérie voisine et la Libye, ne parlons pas du Congo martyr, fait partie des Etats aux richesses convoitées par ces puissances du mal à l’origine de tous les grands conflits dans le monde. Il fallait donc envahir le foyer de l’islam peul qu’est le Macina, en y introduisant un islam radical concurrent, vu que les Peuls constituent logiquement un premier rempart de l’islam traditionnel soudanais. C’est là où intervient une figure comme Amadou KOUFFA, afin de semer à terme la zizanie de groupes islamiques extrémistes devant servir de couverture à des mercenaires tueurs introduits, financés et soutenus, faisant volontiers allégeance au diable.

Les premiers djihadistes signalés dans la région de Mopti sont bien des Peuls ; mais, des Peuls étrangers venus d’ailleurs. La technique des stratèges de pacotille consiste à infiltrer dans cet espace sans contrôle des mercenaires au faciès peul, et même parlant la langue, qui soit viennent avec un ressortissant connu ou font tout pour se faire remarquer par endroit parmi les Peuls du coin, soit en compagnie de jeunes naïfs identifiables, pour s’attaquer ensuite aux communautés environnantes. Ces dernières, en les ayant identifiés, se convainquent tout de suite d’une complicité de leurs voisins peuls chez qui, soit, ils ont séjourné, sont passés, ou, vers qui ils se sont repliés après coup. A partir de là s’enclenche une folle logique de riposte, de revanche ou de vengeance, où chacun de son côté est persuadé être dans son droit de victime agressée.

Voilà ce qui se passe depuis au centre du Mali. La main étrangère travaille a créer entre nous cette atmosphère de suspicion, de défiance et de haine par mercenaires interposés. Je ne suis donc pas en train de défendre une communauté par rapport à une autre, car des exactions ont fini par être commises de part et d’autre, et c’est simplement regrettable.

Avant de terminer ce message, j’ai reçu une vidéo d’un ami peul, où un membre de la communauté explique « qu’il n’y a aucun problème interethnique ou intercommunautaire ici, les Peuls n’ont pas de problème avec les Dogons ni qui que ce soit ; que les tueries qui se font, dont le plus récent carnage, sont le fait de mercenaires qui enfilent les tenues de l’armée malienne ou de dozos pour perpétrer leurs horribles forfaits. D’aucuns ont été vus qui ne parlent aucune de nos langues et s’exprimaient en anglais ». Ce témoignage corrobore l’action séditieuse de mercenaires à la solde venus exprès pour tuer du Peul, marteler leur crime parfait sur les antennes et pousser la communauté, solidaire, à réagir, à vouloir châtier les supposés coupables, sournoisement indexés ; saper toute autorité et s’arcbouter contre l’Etat et son armée. Ce qui porterait un terrible coup au fondement même de la société malienne, le but final, par eux, recherché : l’apocalypse.

En mettant le centre en ébullition, ils auront plus facilement les moyens de la scission voulue du nord, qu’ils veulent détacher du Mali pour s’emparer de ses richesses ; c’est pourquoi ils font tuer lâchement des populations paisibles, innocentes. Des éléments égarés, corrompus, manipulés, peuvent être enrôlés et montrés dans l’expédition pour faire accuser soit l’armée ou un groupe qui dérange. ...

De grâce, enfants du Mali, n’ouvrez pas la porte à nos ennemis intimes par vos ignorances : KODONBALIYA. Nous n’avons rien à nous prouver encore, sauf qu’au lieu de faire de son appartenance une sournoise couverture à valoir des droits et privilèges, il faut avoir le courage d’être par soi-même, de valoir par son propre mérite à se taper la poitrine, de compter dans le lot par ses compétences, son art, son travail et son utilité intrinsèque à la société, à la collectivité, et non chercher refuge dans un quelconque particularisme plat à opposer aux autres comme un titre d’exemption.

Tu es Bambara, et après ? Tu es Sonrhaï, et après ? Tu es Peul, et après ? Tu es Arabe, et après ? Qu’est-ce que cela change ? Nul ne devrait se prévaloir entre nous des qualités reconnues à une de nos familles maliennes, car aucune ne vaut mieux qu’une autre. Toi qui parle trop, qu’as-tu fait de louable pour la collectivité, pour la nation, pour le Mali, à part chercher à manger et te mettre à l’abri ?

Certains responsables ont fait de l’Etat et de ses services un lieu de connivence pour la promotion de leur famille et de leur communauté. Une traîtrise pour la république qui n’est pas sans conséquence. Vous nous mettez bêtement en danger par ces pratiques. Si les premiers, nos pères, avaient procédé ainsi, demandez-vous si jamais vous auriez pu atteindre les postes de responsabilité d’où vous trahissez aussi lamentablement la nation avec cette étroitesse d’esprit genreux qui procède de la logique bestiale d’assouvissement du ventre. Ce qui l’ont fait, qu’ils soient sûrs d’en répondre un jour, car c’est le début des injustices qui ont fragilisé notre grande nation."...

A présent, la France invite tout son monde au festin de la table malienne en libre-service. Elle s’entoure de complicités voisines : Mauritanie, Sénégal, Algérie, Côte d’Ivoire, assurant probablement à tous de bénéficier de partie du pétrole malien volé, payant même des avances. Et, depuis le retour de ses troupes sur notre territoire, TOTAL, qui est annoncé dans le projet d’exploitation de notre brut avec le Qatar, n’a cesse de découvrir de nouveaux champs de pétrole imaginaires dans les pays acquis à cette gigantesque rapine, notamment au large d’Abidjan et depuis peu au Sénégal (les partenaires chez qui stationnent encore leurs troupes), histoire de couvrir et maquiller l’extraction crapuleuse du pétrole et de l’or malien.

Chers amis, frères, cousins et parents peuls, ne vous laissez pas instrumentaliser, manipuler, duper, par les saigneurs des droits de l’homme, qui sont les véritables auteurs des massacres de nos familles réciproques, de notre famille malienne insoumise. Revenons à nos normalités. Les conflits entre nos communautés ont toujours été, tout au long de notre histoire commune, des conflits d’individus ou de groupes autour des points d’eau, des champs, des passages des animaux, sans jamais revêtir un tel caractère ravageur. Et, même en cas de mort d’homme, nous avons toujours eu des mécanismes pour ramener la paix des esprits et continuer à vivre ensemble, non sans rendre justice, établir la vérité, dire les torts et se les partager, en prenant des engagements pour que la faute ne se reproduise plus. Ainsi dit, ainsi fait.

Mais là, avec l’arsenal guerrier des mercenaires, il faut que chacun comprenne que le loup français, soutenu par l’ogre américain, se trouve dans la bergerie, prétendant venir nous aider à faire la paix des agneaux.

Vous n’avez pas remarqué qu’au Burkina, au même moment qu’à Koulogon, un scénario similaire se déroulait contre d’autres Peuls, des représailles des miliciens Koglweogo contre les Peuls suite à l’assassinat de leur chef de village et de son fils, faisant en tout autant de victimes. Un simple hasard ? Les belligérants là-bas ne sont pas des Dogons, et ce n’était pas des gens en tenue dozo non plus. Réfléchissez un peu. On se fout de la gueule de qui avec ces montages bidons ?

A l’heure des satellites, avoir des troupes qui sautent sur des mines, c’est de la foutaise, des assassinats coordonnés. Il apparaît clairement que les forces étrangères sont chez nous pour installer au Mali un système identique à la Monusco au Congo, pour exploiter nos richesses pendant les 50 prochaines années et gérer notre misère, avec des marionnettes au pouvoir qui se contente de jouir.

Les troupes d’occupation françaises passent leur temps à donner des bilans idiots d’élimination de djihadistes que personne n’a vu et dont eux seuls témoignent sans preuves. La moindre des choses est de ramener des corps aux autorités maliennes pour identification, car il y a des enquêtes à poursuivre sur la base de l’identité des morts....

* Les informations sur les métissages des Peuls m’ont été fournies par le chercheur Malick KAMINIAN.

le 7 janvier 2019

Mohamed Coulibaly

 accueil   Mali   sommaire 

260 visiteurs ont lu cet article