Quand les bons sentiments nourrissent les Fascismes

envoyer un lien sur cet article a un ami

mis à jour le : 22 Août, 2019

Depuis le temps, nous devrions y être accoutumés: des monarques antiques, qui se proclamaient Fils des dieux, aux despotes contemporains ordonnançant les foules en troupeaux complaisants, la manipulation de l'opinion a toujours été la compagne attitrée des pouvoirs. L'exploitation de tous ceux qui n'ont que leur travail pour vivre, l'oppression politique du plus grand nombre par quelques privilégiés ne peuvent exister sans se justifier par les grands discours mensongers.

Les principaux médias actuels ont acquis en ce sens une efficacité plus grande que jamais dans l'histoire, permettant d'asséner à longueur de journée les seules versions de la Vulgate dominante, celle de la Bourgeoisie qui nous dirige, toutes étiquettes politiques confondues: c'est pour lutter contre de méchants terroristes barbus que l'armée de notre pays porte le feu guerrier en Afrique et en Orient, qui sont un peu plus loin nos alliés privilégiés,etc,.. Ces temps derniers,la manipulation s'est surpassée, à propos des "migrants" qui déferlent au péril de leur vie vers l'Europe et le mirage occidental. Nos bavards médiatiques réduisent ce drame à un discours compassionnel de bonne conscience, en utilisant sans vergogne un cadavre d'enfant échoué sur une plage turque, parce que son père a cru bon de payer très cher des passeurs pour affronter la haute mer et ses vagues sur un raffiot submersible à la moindre tempête.

Bien sûr,il faut accueillir correctement les immigrés légaux ou pas, et la France est loin en la matière d'être un exemple, des campagnes autour de Calais aux rues de Paris. Mais toute Nation a le droit fondamental de maîtriser son avenir et sa démographie:les pays développés d'Europe ne s'en privent pas, entre deux discours humanistes et démagogiques. Ils mentent, en occultant la cause première de ce chaos qui a transformé des millions d'hommes en réfugiés autour de la Méditerranée:ce sont les interventions militaires, diplomatiques et financières des grandes puissances occidentales, USA, Royaume-Uni, France, Turquie, et leurs alliés, les monarques pétroliers-intégristes du Golfe Arabique, Saoudiens et Qataris. Depuis le début de ce siècle, mus par la volonté commune de remodeler le Nord de l'Afrique et le Moyen-Orlent en espace à leur botte, ils ont détruit par la guerre les Etats nationaux d'Irak ( Bush ), de Libye ( Sarkozy ), organisé et financé les séparatismes armés, tribaux et religieux, contre l'Etat national de Syrie.Ils n'ont pas encore réussi à vaincre ce dernier mais, sur les décombres des villes détruites, ils ont ainsi donné naissance à ce monstre islamiste incontrôlable nommé DAECH, et réduit plusieurs millions de Syriens à l'état de réfugiés en quête d'un refuge.Ceux-là qui jouent aujourd'hui les pompiers sont en fait les pyromanes!

Ils mentent, en cachant que cet afflux soudain de " migrants " vers l'Europe est organisé sciemment par la Turquie dirigée par les Islamistes d'Erdogan, un des piliers de l'OTAN qui alimente en armes et combattants la subversion intégriste contre la Syrie depuis 15 ans. Qui pourrait être assez naïf pour croire que des dizaines de milliers d'hommes, femmes et enfants peuvent chaque semaine partir des ports turcs en navires affrétés à grand prix par des passeurs, sans que les responsables et services secrets de l'Etat turc, l'un des mieux organisés du monde, ne les voient?

Ils mentent, quand ils donnent en exemple le "grand coeur" et la générosité de Madame Merkel à l'égard des "migrants", alors qu'elle parle au nom du patronat allemand, l'un des plus prospères du monde déjà grâce à l'UE qui lui procure les immigrés sous-payés de Pologne et Bulgarie: ils voient dans cet afflux de " migrants " méditerranéens une main-d'oeuvre encore moins chère que celle venue de Varsovie ou Budapest.

Comment les discours sur commande de nos télévisions pourraient-ils ne pas émouvoir les coeurs sensibles, quand ceux qui devraient avoir pour mission d'en dénoncer l'hypocrisie les relaient avec complaisance? Lors du débat sur les "migrants" organisé à la Fête de l'Humanite, la seule représentante du Front de Gauche français, la députée européenne MC Vergiat,a limité son propos à des banalités humanistes et n'a pas hésité à couronner le tout d'une louange opportuniste, propre à satisfaire la bourgeoisie "de gauche" dont elle quémande les suffrages:"Madame Merkel a fait bouger les lignes, tant mieux"! Il a fallu MW Birkwald, député allemand du parti Die Linke, pour évoquer avec plus de sérieux "le grand patronat capitaliste allemand qui s'est plaint du manque de main d'oeuvre et de la démographie en berne...des réfugiés qui ont en moyenne 26 ans et sont aux 2/3 des hommes, une population intéressante pour les entreprises allemandes."...

Ils mentent en dénonçant en moralistes les réticences hongroises, grecques ou polonaises devant cet afflux massif de salariés concurrents, alors qu'il s'agit bien pour les dirigeants de l'Etat et de l'économie d'Allemagne de déstabiliser les pays vassaux de l'Est européen et des Balkans.

Ils mentent plus encore en cachant à quel point le déplacement de centaines de milliers de " migrants " subitement suscité par des officines occidentales, encouragé par nos médias, alors qu'ils vivaient depuis de longues années en Syrie et au Liban sans que nos responsables s'en émeuvent, est un cadeau inespéré pour les xénophobes d'extrême-droite qui piaffent aux portes du pouvoir dans la plupart des Etats d'Europe,orientale et centrale, en Grèce et en France. Les élections à Athènes l'ont montré, avant celles dans notre pays...

Quand la manipulation des bons sentiments prend cette ampleur,quand l'escroquerie confine ainsi à l'ignorer,on peut, on doit se demander à qui profite le crime, et qui l'organise. Depuis le début du 21ème siècle, l'impérialisme occidental a organisé le chaos au détriment des Etats nationaux en Afrique, en Orient: il le fait aujourd'hui en Europe, de l'Ukraine à la Grèce. Nos peuples en seront les victimes si la raison et l'intérêt des travailleurs ne les éveillent pas de leur léthargie avant le gouffre.

Francis Arzalier

Accueil  europe  sommaire