SURMONTER LA DISPERSION POUR RéSISTER AU FASCISME - DéCLARATION DU PARTI COMMUNISTE BRéSILIEN (PCB)

 accueil    amerique_latine    bresil 

PARTI COMMUNISTE BRéSILIEN (PCB)
publié le 23 octobre 2018

envoyer à un ami  recommander à un ami

Lettre ouverte du Parti communiste brésilien (PCB) aux syndicats de classe et aux mouvements populaires de lutte

Chers camarades,

La grave crise qui frappe l'économie brésilienne depuis 2014, l'épuisement de la période de conciliation de classe et la faillite de la soi-disant Nouvelle République sont quelques-uns des éléments les plus importants qui ont déterminé la fin du pacte social en vigueur depuis les années 1980. Dans ce contexte, les droits élémentaires que la classe ouvrière a conquis au cours du siècle dernier ont été attaqués de front par la grande bourgeoisie.

Depuis 2015 au moins, des groupes d'extrême droite de notre pays, associés à l'impérialisme, ont intensifié leurs actions politiques afin de conquérir la conscience des masses, d'une manière toujours plus explicite et directe. Nous voyons avec beaucoup d'inquiétude le risque que, dans peu de temps, un mouvement néofasciste se consolide au Brésil, comme dans d'autres pays.

Le processus en question constitue une menace très grave pour la classe ouvrière en Amérique latine en général et au Brésil en particulier. Il est déjà possible de constater, également, la résurgence de la violence physique et symbolique contre la gauche dans plusieurs états. Nous devons agir vite ! Tout d'abord, nous ne devons ménager aucun effort pour élire Fernando Haddad et battre Bolsonaro aux urnes.

Toutefois, il est nécessaire d'attirer l'attention sur le fait que l'escalade réactionnaire au Brésil n'est pas un phénomène purement électoral. Autrement dit, quel que soit le résultat des élections du 28 octobre, l'incompatibilité entre la scène mondiale actuelle du capitalisme et la "démocratie libérale" elle-même s'est déjà exprimé dans notre pays. Par conséquent, quel que soit le prochain président de la république, le fléau du fascisme devra être combattu sur tous les lieux de travail, d'étude et de vie. Chers camarades, la route du fascisme ne pourra être barrée dans nos rues que si la classe ouvrière s'unit et s'organise.

Pour défendre ce qui reste des libertés démocratiques, des droits sociaux et des droits du travail, il est urgent de surmonter la dispersion du mouvement syndical de classe et des mouvements populaires de lutte. La conjoncture impose, plus que jamais, une forte unité pour résister à l'offensive de la bourgeoisie.

Ainsi, nous proposons la réalisation immédiate d'une Rencontre Nationale de la Classe Ouvrière, en vue de mettre en pratique deux t√Ęches fondamentales :
a) discuter et approuver un plan commun de résistance et de lutte ;
b) créer un Forum National de Mobilisation qui rassemble toutes les entités syndicales et populaires désireuses de se battre contre le fascisme dans le pays, de faire avancer les luttes pour la défense des libertés démocratiques, politiques, sociales et du droit au travail et en faveur de la souveraineté nationale.

Salutations à tous les militants et combattants du Brésil. Pour le pouvoir populaire et le socialisme !

Comité central du Parti communiste brésilien - PCB

Traduction NK pour Solidarité Internationale PCF

Source :solidarité internationale pcf

 

 accueil    amerique_latine    bresil 

49 visiteurs ont lu cet article