Hydrocarbures au Mali, un enjeu internationall

Extraits du document « Overview of the petroleum exploration potential of Mali » - Houston 29 novembre 1er décembre 2004. Rédigé pour la société « Baraka Mali ventures Pty ltd DNGM Mali », par le Docteur M.Barber, consultant Isis Petroleum, 47 Colin Street, West Perth, Western Australia 6005.

(traduit de l' anglais par le Collectif Polex)

Les immenses réserves que l' Afrique possède sont exploitées en Algérie, en Libye, en Nigéria mais pas encore au Mali et dans d' autres pays du Sahel. Le système d' exploitation impérialiste ne tolère pas la « perte » de ces gisements, comme nous avons vu en Libye, où les Libyens ont payé et continuent de payer un lourd tribut.
Nous publions ci-dessous quelques informations tirées d' une présentation concernant le potentiel du Mali en hydrocarbures, élaborée par un consultant pétrolier fin 2004.

Collectif Communiste Polex

Le Mali possède cinq bassins sédimentaires au potentiel pétrolifère : le bassin de Taoudeni au nord, le fossé de Gao et les bassins contigus des Iullemeden et de Tasmena à l' est, et le fossé de Nara au centre. En 2004, le pays ne comptait que cinq puits, le sous-sol étant largement sous-exploré.

Le bassin de Taoudeni, bien que susceptible d' être source de pétrole et de gaz, ne comptait que deux puits en 2004 (pour les 600 000 km² du bassin au Mali),. Ce bassin possède des schistes riches en matières organiques, qui, en Algérie, représentent une source importante de pétrole. Il serait comparable au bassin d' Illizi en Algérie.

Le fossé de Gao, pour sa part, ne comptait qu' un seul puits (pour une aire de 15 000 km²). Il accuserait une orientation tectonique analogue à celle du Sudan et du Tchad et beaucoup de bassins pétroliers de l' Asie du Sud-Est.

Le fossé de Nara, comme les bassins des Iullemeden et de Tasmena, serait comparable soit au bassin crétacé de Doba (Tchad), soit aux bassins d' affaissement paléozoïque d' Algérie. Ce fossé faisait l' objet d' une prospection aéromagnétique aux années 50 et 60 mais ne contenait, toujours en 2004, aucun puits dans son aire de 60 000 km².

Les bassins contigus des Iullemeden et de Tamesna ne comptaient que deux puits pour une aire globale de 80 000 km². Ces deux bassins sont censés contenir des schistes (lacustres dans le bassin des Iullemeden et siluriens riches en matières organiques dans le bassin de Tasmena).

La prospection était interrompu au début des années 80 du fait d' une prospectivité considérée insatisfaisante et pour des raisons tenant à la logistique et à l' éloignement des marchés et des oléoducs.

La relecture des données remontant aux années 50 et 60 à la lumière de gisements analogues ailleurs en Afrique laisse supposer l' existence de systèmes pétrolifères dans 3 des 5 bassins sédimentaires à l' intérieur du Mali, à savoir le bassin de Taoudeni et les fossés de Gao et de Nara. Il y aurait également des débouchés à l' exportation pour le gaz à travers des lignes de collecte en direction de l' Algérie et les systèmes proposés de distribution de gaz à partir du projet de gazoduc transsaharien.

Sommaire