Libye : Seul le pétrole motive les Etats-Unis et leurs alliés

envoyer un lien sur cet article a un ami

Dans un article récent intitulé La danse macabre du cynisme, Fidel Castro constate que « la politique de pillage imposée par les États-Unis et leurs alliés de l' OTAN au Moyen-Orient est entrée en crise ». 

Cette crise - selon lui -  est imputable, d' une part, à la hausse des cours des céréales dont les retombées ont été plus fortes dans ces pays du fait de la rareté de l' eau et des zones désertiques ; d'autre part, à la pauvreté du peuple qui contraste avec les revenus très élevés des secteurs privilégiés bénéficiaires des énormes ressources pétrolières. D' un côté, les prix des aliments ont triplé, de l' autre, les fortunes immobilières et les trésors de la minorité aristocratique se chiffrent à des billions de dollars.

Dans le même temps, les Etats-Unis ont continué de livrer des dizaines de milliards de dollars tous les ans à Israël et aux États arabes qui leur étaient soumis.

Aujourd' hui, avec leurs alliés intégrés dans l' OTAN, ils vont s' efforcer de tirer le plus gros profit des regrettables événements libyens.

Nul n' est capable de savoir actuellement ce qu' il se passe dans ce pays. Les médias occidentaux publient toutes sortes de chiffres et de versions, jusqu' aux plus saugrenus, afin de semer le chaos et la désinformation. [1]

Fidel Castro interroge : « De toute évidence, une guerre civile se déroule en Libye. Pourquoi et comment a-t-elle éclaté ? Qui en paiera les conséquences ? »

Il cite une note de la banque japonaise Nomura. Selon elle, « si la Libye et l' Algérie arrêtaient leur production pétrolière, les cours pourraient dépasser 220 dollars le baril, et l' OPEP verrait sa capacité de réserve réduite à 2,1 millions de barils par jour, similaire aux niveaux de la guerre  du Golfe, et au record de 147 dollars le baril établi en 2008 ».

Fidel Castro interroge à nouveau : « Qui pourrait payer des prix pareils ? Quelles en seraient les conséquences en pleine crise alimentaire ? »

Il relève les propos convergents des dirigeants occidentaux. Ceux-ci après avoir admis, comme le Premier ministre britannique, David Cameron, « que les pays occidentaux avaient fait erreur d' avoir soutenu des gouvernements non démocratiques dans le monde arabe », se livrent à une surenchère de déclarations où les allégations les plus incontrôlables le disputent au cynisme. [2]

Quant à Obama, il a fait savoir que sa secrétaire d' Etat partirait en Europe afin de décider avec les alliés de l' OTAN des mesures à prendre.

Pour Fidel Castro, il ne serait pas surprenant « que les médias occidentaux préparent le terrain en vue d' une intervention militaire en Libye » qui garantirait à l' Europe « les presque deux millions de barils par jour de pétrole léger qu' elle importe ».

Il reste que personne ne sait comment réagira le monde arabe et musulman si une telle équipée faisait couler à flot le sang libyen. « La vague révolutionnaire déclenchée en Égypte freinera-t-elle une intervention de l' OTAN en Libye ? », interroge Fidel Castro.

Il rappelle que l' invasion de l' Irak déclenchée par Bush - sous de faux prétextes - a coûté la vie à plus d' un million d' Arabes innocents.

Rappellant enfin que les drones et les troupes des États-Unis et de l' OTAN tuent tous les jours des civils désarmés en Afghanistan et au Pakistan, Fidel Castro fustige le cynisme des Occidentaux quand ils font mine de déplorer les évènements de Libye.

Drones.Pakistan B.JPG

Attaques de drones au Pakistan : 50 morts civils pour chaque « terroriste » éliminé [3]

JPD

[1] A ceux qui douteraient que les médias occidentaux sont capables de mises en scène suceptibles de justifier la politique de leurs gouvernements, on rappellera le faux charnier de Timisoara en Roumanie ou l'utilisation d'images d'oiseaux mazoutés bretons censés prouver que Sadam Hussein avait provoqué une marée noire durant la guerre du Golfe. On peut aussi classer dans la même volonté de désinformation, le mensonge propagé dimanche dernier selon lequel Kadhafi se serait réfugié au Venezuela.

[2] Alain Gresh, sur le site du Monde diplomatique, écrit : « Les images qui proviennent de Libye sont terribles. Mais qui a demandé une intervention militaire occidentale quand les avions israéliens bombardaient Gaza durant l' opération Plomb durci ? Ou lors des bombardements de l' OTAN en Afghanistan ? Ou de l' Irak par les Etats-Unis ? »

[3] La Tribune de Genève, 19 mai 2010

Sommaire