Non à l’ingérence impérialiste en Côte d’Ivoire Non à la guerre civile réactionnaire

Parti Communiste des Ouvriers de France

envoyer un lien sur cet article a un ami

De Bruxelles, Sarkozy a lancé le 17 décembre, un ultimatum à Gbagbo et à son entourage, exigeant de « quitter le pouvoir » sous 72 heures, sous peine de « sanctions européennes ».
En toile de fond, il y a les menaces à peine voilées d’intervention des forces armées françaises du dispositif Licorne qui peuvent être renforcées par les 10 000 soldats du contingent de l’ONU.
Les porte-paroles de l’impérialisme français n’ont jamais manqué d’imagination cynique pour essayer de justifier ses ingérences politiques et militaires dans les pays qu' il continue à piller et à spolier : tantôt ce sont des considérations « humanitaires », tantôt, c’est la sécurité des ressortissants français, voire européens, qui est invoquée. Cette fois, il s’agirait de faire respecter « le verdict des urnes ».
Mais de quel « verdict » s’agit-il ?
Quand il est conforme à leurs intérêts et à leurs attentes, il n’est pas contesté. Voyez le « verdict » des élections au Burkina qui a donné une victoire « écrasante » au candidat de l’impérialisme français, Compaoré. Aucun « observateur » n’a dénoncé la caricature de « consultation démocratique ».
En Côte d’Ivoire, Sarkozy, Obama et les dirigeants des grandes puissances impérialistes veulent se débarrasser de Gbagbo pour imposer leur candidat, Ouattara, et sont prêts à provoquer une nouvelle guerre civile réactionnaire dans ce pays qui sort divisé, affaibli, de la précédente guerre réactionnaire de 2004-2005. La crise et la gestion du clan Gbagbo ont creusé les inégalités, la misère, sans desserrer l’étau de l’impérialisme.
Ce sont ces mêmes puissances impérialistes qui ont imposé des élections qui ne pouvaient rien résoudre ni apporter de solution aux graves problèmes sociaux et économiques, ni surmonter les divisions fratricides. Leur obstination à vouloir imposer un candidat qui sera contesté par tous les moyens par le « perdant » ne fait qu' aggraver les tensions et creuser les divisions.
Il faut arrêter ce dangereux engrenage ; Il faut mettre fin aux ingérences des puissances impérialistes, notamment celles de l’impérialisme français et de l’UE ; Nous dénonçons par avance toute intervention de l’armée française.

 

afrique Sommaire accueil