African Communist n° 198 : EDITORIAL

 accueil    afrique    afrique_sud 

African Communist est publié trimestriellement par le Parti communiste sud-africain en tant que forum pour la pensée marxiste-léniniste. Traduction réalisé avec GOOGLE merci de me signaler toute erreur ou contre sens.
publié le 12 mars 2019

envoyer à un ami  recommander à un ami

LA RéVOLUTION EST-ELLE BLOQUéE?

Pour la percée démocratique de 1994, le SACP a constamment avancé le slogan suivant: avancer, approfondir, défendre - la révolution démocratique nationale! Avancer, approfondir et défendre sont trois tâches interdépendantes qui, dans des situations différentes, peuvent nécessiter des priorités différentes. Aujourd'hui plus que jamais, la tâche de défendre la révolution a acquis une importance particulière. Mais que défendons-nous? Est-ce l'unité de l'ANC? Est-ce l'état? Ou s'agit-il d'autre chose?

Après 1994, les menaces les plus immédiates pour notre avancée démocratique post-apartheid provenaient d'une aile droite blanche encore récalcitrante, intégrée dans une grande partie de l'appareil de sécurité. Deux décennies plus tard, cette menace est devenue marginale. De manière plus générale, le capital monopoliste et le camp impérialiste élargi ont été et restent nos principaux adversaires stratégiques - non pas par une menace immédiate d'insurrection de changement de régime, mais plutôt par leur capacité, à la fois idéologique et économique, à émousser et à subvertir transformation structurelle radicale et profonde de notre société.

Mais aujourd'hui, la menace immédiate la plus grave qui pèse sur la percée démocratique de 1994 vient de l'intérieur. Cela provient notamment de la prolifération endémique d'intérêts parasitaires et de réseaux qui régnaient au sein de l'ANC et qui ont donc une incidence sur l'état et, à des degrés divers, sur notre alliance élargie.

Le titre est une adaptation d'une déclaration du révolutionnaire français Louis Antoine de SaintJust en 1794, cinq ans après le début de la Révolution française: «La révolution est bloquée; tous ses principes sont affaiblis… », se référant à la paralysie qui s'emparait alors de la Révolution française.

Comment devons-nous comprendre cette réalité pénible? Et que faire? Pour répondre à cette question et placer nos défis dans un contexte internationaliste, il pourrait être utile de rappeler brièvement le travail de Samir Amin.

RéVOLUTION OU DéCADENCE?

le plus important théoricien marxiste militant africain de notre époque, Samir Amin, décédé le 13 Août à l'âge de 86 ans Dans le dernier chapitre de son livre le plus récent, Amin considère que la présente dans la perspective d'une vie de militantisme qui remonte aux années 1940. L’axe central de ce chapitre (intitulé «Révolution ou décadence?» - disponible sur le site Web de Monthly Review, édition de mai 2018) fournit aux révolutionnaires sud-africains quelques points de référence importants qui aident à clarifier notre propre situation et à situer notre réalité. dans un ensemble plus large de tendances mondiales. Rendons hommage à ce grand révolutionnaire africain et rendons-nous un service en tirant les leçons de son travail.

Il est important de noter que la perspective stratégique d’Amin a toujours été intégrée dans les grandes lignes également avancées par le SACP. Dans le chapitre «Révolution ou décadence?», Par exemple, il écrit: «Dans la périphérie [du Sud géopolitique], la transition socialiste n'est pas distincte de la libération nationale».

Amin poursuit: «Il est devenu évident que cette dernière [libération nationale] est impossible sous la direction de la bourgeoisie locale et devient ainsi une étape démocratique dans le processus de la révolution ininterrompue, par étapes conduites par les masses paysannes et ouvrières».

Il y a plusieurs questions pertinentes à noter dans cette formulation riche.

En premier lieu, Amin fait une distinction utile entre une étape «démocratique» et une «libération nationale» en tant que telle, en faisant valoir qu'une bourgeoisie nationale locale (dans notre cas, noire et blanche) est incapable de diriger une décision décisive, si relative, qu'elle soit. système impérialiste - la condition nécessaire pour une avancée sérieuse de la révolution démocratique nationale. Cependant, la bourgeoisie nationale pourrait néanmoins être en mesure de jouer un rôle important dans l'avancée d'une avancée démocratique, une plate-forme à partir de laquelle des avancées plus décisives pourraient être réalisées, dirigée par d'autres forces sociales.

Deuxièmement, bien qu'Amin utilise le langage des «étapes», il est important de noter qu'il parle d'un processus «ininterrompu» et non d'une progression arrêtée dans laquelle une «étape» antérieure doit d'abord être complétée (par exemple, la «déracialisation»). du capitalisme "en Afrique du Sud, comme le disaient les Mbekiites) avant de passer à la" phase "suivante. Troisièmement, et plus important encore, le mouvement entre ces «étapes» (démocratie, libération nationale, socialisme) n'est pas un processus évolutif garanti. Pour Amin, il y aura probablement des progrès et des revers: «La fusion des objectifs de libération nationale et de socialisme engendre à son tour une série de problèmes nouveaux que nous devons évaluer. Pour que l'accent passe d'un aspect à l'autre,

La décadence régressive sous une forme «nationaliste» à laquelle Amin fait référence est malheureusement trop apparente autour de nous dans l'Afrique du Sud contemporaine. Cela se voit dans le chauvinisme national de forces démagogiques telles que le FEP, un dérivé de notre propre mouvement. Cela se voit dans le déluge quotidien de preuves encore plus nombreuses de la capture de l’état, de dizaines de milliards de rands pillés de manière parasite par des entreprises appartenant à l’état et par le secteur public en général. Cette décadence ne se limite pas non plus aux couches supérieures des couches politique et bureaucratique, elle est visible dans les appels d'offres municipaux locaux les plus modestes et dans les activités de la branche ANC. Les syndicats, souvent par l'intermédiaire de leurs bras d'investissement, ont également été touchés par cette vague d'accumulation primitive.

DéCADENCE DE L'ETAT, ALIéNATION DES MASSES POPULAIRES

Un ministre affirme à juste titre qu’une révolution ne peut être avancée avec une simple formation politique d’avant-garde ou avec le pouvoir de l’état. Des forces populaires qui, selon ses termes, sont «non aliénées» constituent le facteur critique. Mais la décadence des cadres bureaucratiques politiques en Afrique du Sud a pour contrepartie une aliénation croissante des principales forces populaires, les forces motrices de la NDR.

Il existe bien sûr un activisme populaire en Afrique du Sud. D'innombrables actions de «protestation» sont une caractéristique constante de notre société. Les rapports de trafic radio du matin et du soir incluent désormais, presque quotidiennement, les dates de fermeture des routes «pour cause de protestation». Beaucoup, probablement la plupart, de ces actions ont un fondement légitime dans les griefs sociaux et le désespoir absolu. Mais ils prennent souvent (pas toujours) une forme aliénée. Par exemple, il y a une demande pour un nouveau tracé des limites municipales et plus de 20 écoles sont incendiées et la scolarité arrêtée pendant des mois. Dans d'autres actions de protestation, des crèches, des bibliothèques universitaires ou des salles communautaires sont détruits.

Cette destruction généralisée et auto-meurtrière de ce qui est ou devrait être des biens de la communauté est souvent le travail d'un groupe marginal parmi les manifestants. Mais cela ne fait que souligner un autre symptôme de l'aliénation populaire croissante: la perte d'une cohésion et d'un leadership révolutionnaires durables au niveau de la communauté. L'aliénation de la communauté et le pillage parasite par la couche bureaucratique politique se reproduisent. La propriété publique est détruite parce qu'elle est considérée comme une propriété d '«état». La destruction devient un acte symbolique de vengeance contre un état d'où le sentiment d'aliénation populaire s'intensifie.

Il existe un autre symptôme de l'aliénation populaire dans ces manifestations, même les plus pacifiques. Une étude de la montée des manifestations populaires s'intitule à juste titre La fumée qui appelle [1] . Les auteurs notent de manière convaincante que le répertoire des actions de protestation, bien que prenant souvent la forme d'actions «antistates» localement, est très souvent conçu pour amener un premier ministre ou un président dans leur localité. Les pneus en feu sur la route sont une fumée qui appelle, un appel à l'aide extérieure. Ainsi, au lieu de s'organiser comme leurs propres auto-émancipateurs collectifs, il existe une tendance à recycler une dépendance de livraison par le haut.

Bien sûr, il est important de préciser que la décadence dans les rangs de la bureaucratie politique et l’aliénation dans la base des masses ne sont pas les seules réalités. Il existe de nombreuses poches d’activités révolutionnaires efficaces et fondées sur des principes. Mais le danger des tendances négatives qui écrasent les avancées de la révolution démocratique nationale est bien réel.

Alors, que faut-il faire?

DéFENDRE NOTRE DéMOCRATIE CONSTITUTIONNELLE - CONSTRUIRE UN FRONT PATRIOTIQUE

la réunion du Comité central d'Août a noté à juste titre que la défense de notre démocratie contre le pillage à grande échelle des ressources publiques par une strate bureaucratique politique parasitaire est le premier ordre du jour. C’est une couche parasitaire qui a renversé notre système de justice pénale et des organismes publics clés tels que le South African Revenue Service pour ouvrir la voie à une accumulation primitive de plusieurs milliards de rands qui a amené les organismes d’état stratégiques et leur capacité au bord de la faillite et du dysfonctionnement.

Depuis son élection à la présidence de l’état en février, après sa victoire électorale quasi décisive à la conférence nationale de l’ANC de décembre, Cde Cyril Ramaphosa, travaillant avec des ministres clés de son cabinet, a déployé l’état et ses pouvoirs présidentiels pour entamer le processus de captureurs d'état. Les conseils d'administration des sociétés d'état (SOC) ont été changés, des mesures disciplinaires ont été prises, des audits de style de vie ont été lancés, de nouvelles nominations clés ont été effectuées dans le système de justice pénale et des affaires pénales ont été ouvertes.

Toutefois, face à ces mesures attendues depuis longtemps, une rude campagne de riposte a été lancée contre Ramaphosa et d’autres personnalités. Paradoxalement, mais sans surprise, cette riposte a été menée au sein même de l'ANC. C'est pourquoi le SACP estime que la meilleure façon de défendre l'ANC est de ne pas fermer mécaniquement les rangs, ni de défendre une unité artificielle dans l'intérêt des élections de l'année prochaine. Nous sommes conscients que pour le président Ramaphosa, président de l'ANC, un certain degré de circonspection pourrait être nécessaire - mais le SACP n'est pas soumis à une telle contrainte. Nous avons un devoir envers l'ANC que nous avons aidé à construire dans les tranchées afin d'exposer et de mener un remords moins de lutte contre les forces parasitaires à l'intérieur. Et ce d'autant plus que les scélérats de nos rangs cherchent à camoufler leurs crimes en faisant semblant d'être de gauche,

Ce qui nous amène à un autre paradoxe. C’est un paradoxe que notre brève réflexion sur l’analyse de Samir Amin permet de clarifier. Comme nous l'avons noté plus haut, dans son analyse des luttes du Sud, Amin distingue une avancée constitutionnelle démocratique et une libération nationale au sens le plus large. Il affirme également que, si une bourgeoisie locale est capable de jouer un rôle central dans la percée de la démocratie, elle est incapable de diriger un processus de libération nationale. Si la défense de notre révolution démocratique nationale dans notre conjoncture sud-africaine actuelle nécessite une défense nécessaire de notre avancée constitutionnelle démocratique du milieu des années 1990, nous pourrions nous attendre à trouver des alliés temporaires au sein de la bourgeoisie locale elle-même,

Comme Marx l'a souligné il y a longtemps, la lutte des classes aboutit toujours «soit à une reconstitution révolutionnaire de la société en général, soit à la ruine commune des classes rivales» (Manifeste du Parti communiste, 1848). Nous sommes dans une situation dans laquelle la perspective de «la ruine commune des classes en conflit» est une possibilité distincte. Il existe donc également des perspectives pour un large front patriotique contre la ruine commune.

Il est intéressant de noter que c’est exactement ce que le SACP a connu à la fin de 2017. Alors que l’expressent Zuma et ses collaborateurs de Gupta étaient toujours en place, il revenait au SACP de mener la lutte contre la capture de l’état par l’Alliance. Nous étions la seule formation de masse de l'Alliance à avoir la cohérence, la capacité et l'unité nécessaires pour mener cette lutte en 2017. Ce faisant, nous avons trouvé toute une gamme d'institutions alignées comme ANC, comme la Fondation Ahmed Kathrada et des parties importantes de l'ANC. caucus parlementaire, se tournant vers le SACP et sa capacité d’organisation et de mobilisation. De plus, un éventail beaucoup plus large de forces, y compris des formations confessionnelles et des associations professionnelles,

à bien des égards, ce rôle de construction du [de la grande église broadchurch ?] large rasssemblement et de la construction de la nation est, dans l’ordre, la tâche stratégique d’une ANC multiculturelle, un rassemblememnt qu’elle a réussi à impulser efficacement sous la présidence de Nelson Mandela, par exemple au cours de la période de transition cruciale du début des Années 1990. Comme nous l’avons déjà noté, depuis son élection à la présidence de l’Etat en février, Cde Ramaphosa a cherché à combler l’écart en faisant davantage appel à l’Etat (et aux partenaires de l’Alliance) qu’à un ANC souvent paralysé. Le SACP s'est engagé à soutenir ce qui constitue en réalité un large front patriotique contre la capture de l'état, contre le populisme démagogique, l'aliénation sociale et la décadence généralisée.

Mais est-ce que mettre fin à la décadence et à la capture de l'état suffit?

CONSTRUIRE DES Fronts POPULAIRES DE GAUCHE! RECONFIGURER L'ALLIANCE!

La déclaration du Comité central d'août a reflété précisément cette question. Il a déclaré: «Il est… important de réaliser que le traitement de la corruption endémique… ne résoudra pas, en soi, les problèmes qui se posent au sein de la société.

Et plus particulièrement au sein des SOC. La plupart des problèmes actuels sont également imputables au tournant néolibéral et malavisé pris par le gouvernement au milieu des années 90… La tâche nécessaire pour ramener nos sociétés de développement durable à la durabilité ne peut être un retour aux coûteuses erreurs néolibérales et aux illusions de la privatisation. ”

C’est dans ce contexte que le rapport politique présenté au Comité central du mois d’août (publié dans le présent numéro de AC) a consacré une attention particulière à l’idée des fronts populaires de gauche (LPF). Comme le soutient le rapport politique, c'est une erreur d'imaginer qu'un FPL est simplement une option électorale alternative (cela peut aussi être ou non la même chose). De manière cruciale, les FPL que nous cherchons à construire doivent être centrés sur le renforcement de la capacité de mobilisation des forces motrices populaires pour faire avancer et approfondir la libération nationale. En d'autres termes, la tâche des FPL dans notre situation est d'être un ingrédient actif pour surmonter l'aliénation per vasive parmi les masses populaires, en les aidant à devenir des auto-émancipateurs collectifs.

Mais quelle est la composition organisationnelle d’un FPL efficace dans notre réalité? Auparavant, la gauche avait gaspillé beaucoup d'énergie pour décider si l'ANC, ou les alliés de l'ANC, devraient faire partie d'un FPL - comme si l'ANC (ou d'autres formations) étaient une réalité monolithique. Au lieu de cela, les FPL doivent s'articuler autour de tâches révolutionnaires pratiques sur le terrain et non par le biais d'accords négociés dans les bureaux de direction.

Où l'appel du parti à une alliance reconfigurée s'inscrit-il dans cette perspective? Encore une fois, nous ne devons pas commettre l’erreur d’opposer l’idée d’un FPL à la tâche d’une Alliance reconfigurée. Ce ne sont ni des tâches identiques, ni des choix alternatifs (électoraux ou non). Pour le SACP, la perspective d'une alliance reconfigurée consiste précisément à chercher à construire une alliance de l'ANC capable, une fois de plus, d'organiser et de mobiliser les forces motrices clés d'une révolution démocratique nationale radicale. Mais le succès ou non d'une telle entreprise reste incertain - ce qui ne peut être mis en doute, cependant, est le soutien continu et massif de l'ANC.

Accomplir toutes ces tâches et relever tout ces défis est, en même temps, l’impératif d’un SACP uni, socialiste (c'est-à-dire anticapitaliste), mais non sectaire.

Note

Carl von Holt, La fumée qui appelle, Centre d'étude de la violence et de la réconciliation 2011, thesmokethatcalls.pdf

 accueil    afrique    afrique_sud 

87 visiteurs ont lu cet article