Pourquoi accuser sans preuve la Syrie de Bachar ? Et pourquoi pas les terroristes islamistes donnant prétexte à une intervention occidentale ?

FranÇois Belliot
publication le 10 avril 2017
mis à jour le : 13 Avril, 2017

envoyer à un ami  recommander à un ami

Alors que les médias et les politiques se mettent de nouveau à battre frénétiquement les tambours de la guerre, suite aux frappes étasuniennes sur une base militaire syrienne des environ de Homs, en représailles au massacre chimique dans la ville de Khan Cheykhoun, il est important de rappeler que JAMAIS, depuis six ans que dure cette guerre, l’armée arabe syrienne n’a eu recours aux armes chimiques. En particulier, le tir à l’arme chimique dans la banlieue de Damas le 21 août 2013, qui faillit entraîner une intervention militaire « internationale » pour renverser les autorités syriennes, était en réalité une opération sous faux drapeau perpétrée par des « rebelles ».

Médias et politiques rappellent pourtant depuis hier qu’à cet époque c’est le « régime » qui s’est rendu coupable de ce massacre chimique. J’ai démontré ce fait il y a deux ans dans une « synthèse sur le tir à l’arme chimique en Syrie le 21 août 2013 », que je vous invite à (re)lire et à faire circuler, en ce temps d’intense battage médiatique antisyrien : http://arretsurinfo.ch/synthese-sur-lattaque-a-larme-chimi…/

Le récent massacre de Khan Cheykhoun est à replacer dans la longue série de massacres instrumentalisés par les médias et les politiques afin de fournir un casus belli permettant d’intervenir militairement en Syrie : il s’agit d’une nouvelle « opération sous faux drapeau », manœuvre particulièrement perverse qui consiste à perpétrer soi-même (ou par ses alliés) un acte barbare pour l’imputer à l’ennemi que l’on s’est fixé pour but d’abattre.

Cette nouvelle affaire ressemble comme deux gouttes d'eau à toutes les précédentes. Les massacres instrumentalisés constituent le thème macabre de mon second volume de chroniques sur la guerre en Syrie, où se trouve également cette synthèse sur le tir à l’arme chimique. http://editions.sigest.net/page00010179.html

Source : canempechepasnicolas

Sommaire

Accueil