Le Parti Communiste libanais : La visite de Hollande entre dans le cadre de la campagne électorale

Beyrouth le 16 avril 2016
mis à jour le : 27 Avril, 2016

envoyer à un ami  recommander à un ami

Le Bureau politique du Parti Communiste libanais (PCL) trouve que la visite du président français François Hollande au Liban est entouré de beaucoup de bruit mais sans grand effet positif concret, surtout que la politique officielle française, durant les dernières années, était contraire aux intérêts nationaux libanais, à commencer par le problème des armes que la France devait livrer à l’armée libanaise et à finir par l’aide que la France devait procurer à la cause des déplacés syriens vivant au Liban.

Ce qui pousse à se poser la question sur la signification du « soutien » apporté au Liban sur le plan international. Ce mot veut-il dire faire pression sur le Liban tandis qu’il fait face au terrorisme et soutenir les gouvernements réactionnaires arabes et autres qui s’opposaient à ce que l’armée libanaise puisse obtenir une aide militaire ? Ou bien cela veut dire donner à Israël le droit de parler, au nom d’une religion bien définie, le droit de s’approprier des citoyens français au moment où la France n’a jamais posé le problème des violations de la souveraineté territoriale libanaise ?

« Soutenir » le Liban est-il synonyme de l’imposition au Liban, miné par ses crises, de supporter seul le poids de l’accueil des réfugiés syriens et palestiniens (qui équivalent à quarante pour cent de sa population)… tandis que les visites des responsables internationaux, dont les responsables de l’ONU, à certaines familles déplacées sont faites seulement dans un but médiatique et électoral ? Et, n’oublions pas non plus que Georges Ibrahim Abdallah est toujours détenu en France parce que les Etats Unis en ont décidé ainsi.

« Etre aux côtés du Liban » veut dire pour nous mettre fin à l’aide apportée à ceux qui lui veulent du mal, Israël et les forces terroristes qui ont beaucoup fait de mal à notre peuple avant de se retourner contre le peuple français et le peuple belge. Il veut dire aussi mettre fin à toute forme d’ingérence dans nos affaires intérieures et, surtout, respecter les lois françaises et internationales en rapport avec les droits de l’Homme, en général, et des détenus politiques, en particulier Voilà pourquoi nous ne voyons dans la visite de Monsieur Hollande aucun bienfait pour notre pays.

Le Bureau politique du PCL

Sommaire

Accueil