Derniers articles publiés

mis à jour le : 13 Août, 2018

Caspia

  • Après 21 ans de disputes sur le statut juridique de la Caspienne, un accord sera vraisemblablement signé demain dimanche, entre les cinq pays riverains, lors du sommet du même nom à Aktau :

Les implications des nouveaux systèmes d’armes russes

  • Pendant la guerre russo-géorgienne d’août 2008, les opérations de la 58e armée ont été qualifiées de « contrainte à la paix ». C’est un terme approprié une fois qu’on se souvient de ce qui était vraiment en jeu à ce moment-là. Les Russes ont gagné cette guerre et, en fait, forcé la Géorgie à vivre dans une atmosphère beaucoup plus paisible. En termes clausewitziens, les Russes ont atteint l’objectif principal de la guerre en obligeant l’ennemi à faire la volonté de la Russie. Les Russes, comme l’ont montré les événements des 19 dernières années, ne se font plus d’illusions sur la possibilité d’une conduite civilisée raisonnable de la part de l’Occident combiné, et surtout des États-Unis qui continuent à résider dans leur bulle qui les isole de toute voix extérieure de raison et de paix. Les antécédents mondiaux des États-Unis au cours des dernières décennies ne nécessitent aucune élaboration particulière – c’est un bilan des catastrophes militaires et humanitaires.

Vénézuela : l'heure venue

  • Notre « hors-champ médiatique » est infini. La majorité sociale du Venezuela, que les journalistes ne ponctionnent que dans un cadre individuel, humanitaire et atemporel, n’est pas cet objet qu’on veut identifier comme une victime. C’est un sujet pris dans une action collective, habillé d’une Histoire et d’un futur.

Pourquoi le Parti Communiste Belge a quitté le Parti de la Gauche européenne (PGE)

  • Le congrès a décidé à une majorité de 83% des voix adoptée à bulletin secret, de se retirer du Parti de la Gauche Européenne PGE.

L'UKRAINE QUATRE ANNÉES APRÈS LE COUP D'ÉTAT DU MAÏDAN

  • Qatre ans après l'investiture du président Petro Porochenko, la démocratie bourgeoise a été éliminée en Ukraine. Le peuple est complètement exclu du pouvoir.

Rétablir les faits : Que se passe-t-il réellement au Nicaragua ?

  • Il y a beaucoup d’informations fausses et inexactes sur le Nicaragua dans les médias. Même à gauche, certains ont simplement répété les affirmations douteuses de CNN et des médias oligarchiques du Nicaragua pour soutenir la destitution du président Ortega. Le récit de manifestants non violents contre les escadrons anti-émeute et les paramilitaires pro-gouvernementaux n’a pas été remis en question par les médias internationaux.

L’extrémisme israélien doit être sanctionné Communiqué de l' UJRE

Combien de millions de personnes ont été tuées dans les guerres américaines qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001 ?

  • Dans les deux premières parties du présent article, j’ai estimé qu’environ 2,4 millions de personnes ont été tuées à la suite de l’invasion de l’Irak par les États-Unis, tandis qu’environ 1,2 million de personnes ont été tuées en Afghanistan et au Pakistan à la suite de la guerre menée par les États-Unis en Afghanistan. Dans la troisième et dernière partie de ce compte rendu, j’estimerai le nombre de personnes tuées à la suite des interventions de l’armée américaine et de la CIA en Libye, en Syrie, en Somalie et au Yémen.

La voix dissonante du Forum de São Paulo

  • La 24e édition du Forum de São Paulo (FSP), rencontre qui rassemble les partis et mouvements progressistes de l’Amérique latine et de la Caraïbe, s’est tenue à La Havane du 15 au 17 juillet. Fondé en 1990 par le président cubain Fidel Castro et celui qui n’était encore que le dirigeant au Brésil du Parti des travailleurs (PT), Luiz Inácio Lula da Silva, ce rassemblement accueillit d’emblée tant des partis de gauche modérés que des formations forgées dans la lutte armée, des partis communistes (dont le PCC cubain) et leurs différentes scissions. « Affronter le néolibéralisme en Amérique latine, nous expliquera bien plus tard Valter Pomar, membre de la direction nationale du PT, exigeait une attitude ouverte et plurielle, prenant en compte tant la crise traversée par le communisme que celle frappant la social-démocratie. »

La politique africaine de la France sous la présidence d’Emmanuel Macron

  • C’est bien connu, avant le début des années 1960, la France était la plus grande puissance coloniale. Tout le Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc, Mauritanie) ainsi que les actuels Burkina Faso, Djibouti, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Union des Comores, République centrafricaine et Tchad étaient sous son contrôle en Afrique. En fait, le pillage de ces pays est devenu une base de la prospérité française au XXe siècle. De nombreuses nations, comme les Algériens, qui ont sacrifié plus d’un million de vies sur l’autel de la liberté et de l’indépendance, se souviennent trop bien des crimes des colonialistes et certains, par exemple au Rwanda, posent la question du rôle de la France dans le génocide rampant dans ces pays au cours de la période post-coloniale.

La ceinture et la route

  • Le lancement  en 2013 par le président de la république populaire chinoise de l’initiative de « LA CEINTURE ET LA ROUTE» est une avancée capitale en matière de géopolitique et à en juger par l’ampleur de ses développements ne constitue rien moins qu’une politique planétaire  d’aménagement du territoire. A plusieurs titres .

La Flamme numéro 335 Parti CommunisTe du Benin 

Des métaux attirants : l’élément manquant du puzzle coréen

  • Il ne s’agit peut-être pas d’immeubles de vacances sur les plages nord-coréennes après tout. Il semblerait que la principale motivation de l’administration Trump pour courtiser Kim Jong-un est l’un des plus grands gisements de terres rares au monde, situé à seulement 150 km au nord-ouest de Pyongyang et valant potentiellement des milliards de dollars américains.

Le développement indien : une bombe sociale, politique et géopolitique

  • Dans la perspective de la très probable réélection de Narendra Modi l’an prochain, il est temps d’établir un bilan du premier mandat du premier ministre indien, un bilan pour le moins mitigé tant sur le plan économique que politique. L’échec partiel du plan de démonétisation, les faillites en série de PME, la perspective d’un exode rural de près de 600 millions de personnes au cours des deux prochaines décennies, la constitution d’entreprises oligarchiques, la claire dérive autoritaire du mode de gouvernance, les violences inter-religieuses croissantes et l’augmentation des inégalités posent un tableau pour le moins inquiétant de l’avenir de ce très grand pays qui aspire à surpasser la Chine à l’horizon de vingt ans.

État de la démondialisation en 2018

  • La traduction en espagnol de mon ouvrage publié en 2011 aux éditions du Seuil, La Démondialisation, survient alors que les événements de ces derniers mois, voire de ces dernières semaines, apportent une forme de confirmation aux thèses de ce livre. Le processus de démondialisation, dont on pouvait voir les premiers signes dans le courant des années 2000, s’est radicalement accéléré. Il est probablement devenu irréversible, du moins pour la période historique dans laquelle nous sommes entrés.

La classe dirigeante américaine prend la mesure de la victoire de López Obrador au Mexique

  • À la suite des élections sans précédent du 1er juillet au Mexique, décrites comme un tsunami politique pour avoir balayé les vieux partis de la domination bourgeoise et offrant une marge populaire sans précédent au candidat à la présidence du parti MORENA, Andrés Manuel López Obrador, l’establishment américain a commencé à évaluer l’importance des résultats pour ses vastes intérêts au sud de sa frontière.

Accueil