Cuba le retour à la révolution ?

      Le Monde perd les pédales....

Dès qu'il s'agit de Cuba, mais aussi désormais du Venezuela et de tous les mouvements qui aujourd'hui en Amérique latine cherchent une issue qui ne soit pas un simple retour sur la case départ de la misère, de la soumission aux États-Unis, le Monde se déchaîne. L'article de Jean Michel Caroit "Cuba et le retour à la Révolution" est un chef d'oeuvre dans le genre.

Premier principe décontextualisons : présentons les intiatiaves de Cuba, comme les rêves d'un dictateur sénile... Qui s'obstine à faire le malheur de son peuple et à le réprimer. Donc analysons comment procède le Monde pour nous mentir sur Cuba mais aussi sur le reste de la planète.
1- Quand le Monde parle de Cuba, il efface l'agression des USA. Pour une analyse plus complète et argumentée des faits nous vous renvoyons à notre livre DE MAL EMPIRE(1). Notons tout de suite que dans l'article du Monde, l'analyse de la dé-dollarisation de Cuba est vue par le prisme d'un chauffeur de taxéi qui a trafiqué et qui se retrouve avec une dévaluation de son pécule.L'article ne dit pas que cette dé-dollarisation comme nous le montrons dans notre livre a été prévue dès "la dollarisation", avec le souci dés le début d'une maîtrise par la banque centrale de Cuba d'un jeu entre trois monnaies : le dollar mais aussi le peso monnaie nationale dont le taux est resté maîtrisé et qui a permis d'accorder un pouvoir d'achat aux Cubains sans commune mesure avec le salaire officiel (par exemple 20 dollars, mais qui en monnaie nationale et pouvoir d'achat réel revient à peu près à 800 euros). Ensuite l'existence d'un peso convertible (au taux du dollar) qui est désormais devenu la monaie d'échange internationale et celle entre entreprises recevant des monnaies étrangères. Nous analysons trés précisement les conditions réelles de cette dé-dollarisation, ses atouts, ses problèmes et les mesures d'augmentation des salaires et pensions qui l'ont accompagnée. Le seul prisme par lequel nous sommes censés observer cette opération de dé-dollarisation est donc un chauffeur de taxéi trafiquant qui a vu son pécule fondre ou encore un jeune jinetero (gigolo) qui vend sur les plages des objets et séduit les touristes tchèques. Ou encore des "dissidents" apointés par les USA, dont même le jeune gigolo se méfie et qui effectivement si on lit bien l'article reconnaissent amérement qu'ils n'ont aucun impact sur la société cubaine et qu'ils attendent simplement leur billet pour Miami. Ils disent que malgré la terrible sécheresse qui a frappé l'île, la population ne se révoltera pas et terminent sur une citation de Marti, pour affirmer que les Cubains ont ce qu'ils méritent. Même constat de carence pour RSF et Robert Ménard: certes ils ont tout fait pour empêcher les touristes français de venir, mais le véritable problème est Air France qui préfère vendre des billets à d'autres que les Français. Et le tourisme cubain ne connait pas de baisse de fréquentation. C'est là le fond de la démonstration, mais l'écriture est si venimeuse qu'il faut relire l'article pour rétablir une ombre de réalité. La où  la malveillance stupide atteint un sommet, c'est quand dans le même article il est indiqué que les Cubains ont envoyé 20.000 médecins au Venezuela et que les Cubains protestent parce que ceux-ci commencent à manquer dans leurs propres cliniques. Soyons clairs, il est probable qu'effectivement les Cubains protestent. Qui connaît ce peuple sait à quel point, loin de se taire il ne cesse de râler et ils ont de quoi... Combien de fois ai-je entendu des amis, pourtant "castristes", vitupérer contre "ce pays de merde où les touristes ont plus de droit que les Cubains". Et connaissant les relations à la fois fraternelles, familiales mais aussi antagonistes entre latinos, il est vraisemblable que les Cubains se plaignent que les Vénézuéliens aient plus de droits qu'eux en matière de santé. Ceci n'est en rien contradictoire avec la politisation du peuple cubain et leur conscience de l'apport du Venezuela, leur inquiétude pour Chavez. Mais même en ne tenant pas compte de ces traits "psychologiques" et culturels, l'article est stupide dans sa démonstration: l'envoi de 20.000 médecins prouve que cette petite île sous développée, soumise à un terrible blocus a été capable de former ce nombre de médecins, sans parler de tous ceux qui sont envoyés à Haïti, en Amérique latine, en Afrique pour aider les pauvres sans contrepartie pétrolière. Il y a 11 millions de Cubains. Cela ferait donc comme si les Français envoyaient plus de 100.000 médecins ailleurs, au lieu de faire venir ceux formés à grande peine dans des pays du tiers monde pour suppléer à ses carences. Si la France envoyait 100.000 médecins dans les pays du Tiers-Monde, les Français se retrouveraient dans une situation qui provoquerait quelques remous en particulier aux urgences... Et il faudrait ajouter que les Cubains envoient également des enseignants et d'autres spécialistes. Mais peut-être au lieu de ricaner faudrait-il réflechir à notre propre modèle qui consiste à tenter de repousser ceux que chasse la misère, en imaginant une immigration qui continuerait à recruter seulement des gens hautement qualifiés du Tiers-Monde, ce qui accroit le sous-développement et donc provoque une immigration des pauvres. Si les Français faisaient comme les Cubains et envoyaient massivement une aide qualifiée, s'ils accueillaient comme eux pour les former des populations, peut-être qu'il y aurait là une autre voie... Mais la plus forte "décontextualisation" réside dans la manière dont le Monde nous cache les faits. Dans ce genre d'article, nous ignorerons toujours que c'est à la suite de nouvelles mesures d'étranglement prises par Bush en juin 2004, que les Cubains ont pris ces dispositions de dé-dollarisation. La suppression de la majeure partie de l'aide aux familles restées dans l'île par les immigrés, la limitation presque l'interdiction du droit de voir leurs familles cubaines pour ces derniers. Enfin la saisie des dollars Cubains dans les Banques étrangères qui les acceptaient.
2- Tout ce qui peut nous présenter la réalité des USA est également gommé: Le Monde , bien sûr gomme cette agression états-unienne, comme il le fait sur toute la planète. Comme il gomme la manière exemplaire dont non seulement cette opération a été maîtrisée par la Banque centrale cubaine et ce qui est encore plus intéressant l'accueil favorable que cette manoeuvre a reçu sur les marchés financiers. Il gomme un contexte international entièrement nouveau que nous rétablissons dans notre livre: les difficultés économiques, financières et militaires auxquelles sont confrontées les États-Unis et la montée en puissance des résistances du sud. En Amérique latine, mais pas seulement. Nous analysons en particulier dans notre livre, le contexte global de la montée des Résistances en Amérique latine et le rôle joué par l'irruption de la Chine. Par rapport à tous ces événéments, le Monde poursuit son travail de désinformation: Quelques événéments sont récemment intervenus dont la signature de L'ALBA entre Cuba et le Venezuela, cette union qui s'oppose à la volonté des États-Unis de mettre en place l'ALCA (en français la ZLEA, zone de libre échange des Amérique).Comme nous le faisons dans notre livre, il faut mesurer comment le continent tout entier s'est opposé à la mise en place de cet ALCA, comment cela s'est traduit par des changements de gouvernement et des mouvements comme en Bolivie qui renversent les gouvernements qui bradent les richesses nationales aux multinationales. Comment cette opposition à l'ALCA a regroupé non seulement les forces révolutionnaires, les pays ayant choisi cette voie (Cuba. Le Venezuela et les petites îles de la CaraÎbes regroupées), mais aussi le Brésil, l'Argentine, puis l'Uruguay. Car autre fait que nous ignorerons toujours à la lecture du Monde, les résistances s'unissent dans leur diversité. Sans l'opposition du gigantesque Brésil à l'ALCA, si le Venezuela n'avait pas à son flanc sud le Brésil de Lula mais un régime comparable à celui de la Colombie, le Venezuela serait beaucoup plus en danger, même si par ailleurs Lula a choisi "une voie réformiste". En fait une voie qui suit les directives du FMI, table en premier sur les exportations, ce qui l'oblige à ne pas pouvoir répondre par exemple aux Sans-terre, puisqu'il faut s'appuyer sur l'agriculture extensive des grands propriétaires et donc différer la réforme agraire. Mais comme nous l'analysons, cette stratégie de Lula, ses limites n'empêchent pas que ce dernier joue un rôle essentiel dans la résistance du sous continent. Grâce au Monde et à l'ensemble de la presse française, nous ignorons tout de ces stratégies diverses mais imbriquées qui ont fini par mettre en minorité les États-Unis au sein jusque de l'OEA (l'institution la plus contrôlée par les USA). Nous ne comprendrons rien à l'intelligence stratégique tout azimuth de Chavez qui avec Cuba met à la fois en place un front de résistance le plus large et à travers l'ALBA propose de nouvelles orientations au profit des peuples des ressources naturelles d'un continent. Par rapport à Lula, mais sans antagonisme avec lui, l'ALBA table sur un développement endogène où tout ne serait pas tourné vers l'exportation, mais vers la satisfaction des besoins des peuples. Ce sont des choix fondamentaux qui méritent d'être observés de près. Mais le Monde avec sa médiocrité habituelle nous cache ce choix alternatif, à quelles conditions politiques, il peut être mis en oeuvre. Nous ne saurons rien de l'accord qui vient d'être signé pour que les États de la Caraïbes bénéficient d'un facteur énérgétique de développement basé sur la solidarité et l'échange et non la compétition et à terme la guerre, la violence, le massacre. Ce fait essentiel est aussi déformé dans l'article. Est-ce un hasard ? Alors même qu'en Europe de gigantesques concerts réclament la lutte contre la pauvreté, alors même que les pays riches feignent une pseudo-remise de la dette qui de fait se traduira par encore plus d'exploitation. Pourquoi ne pas voir à quel point des peuples du sud tentent de coordonner ressources, savoir-faire, capitaux pour aller vers un autre type de développement ? Pourquoi nous cacher cela dans de médiocres articles qui déforment, ridiculisent ce qu'ils ont de plus en plus de mal à cacher... Pourquoi nous cacher l'état réel de la planète ? Tandis que le Monde nous parle avec complaisance de la petite délinquance à Cuba, du risque que le touriste peut y avoir de se faire piquer son sac, comme à paris, ou à Marseille, il ne dit rien sur la violence de la misère qui se déchaîne partout. Des "détritus" sociaux, enfants des rues, clochards, voire homosexuels que les escadrons de la mort appartenant à une police d'estrême-droite, tuent chaque nuit au Mexique... Et dans tant de pays d'Amérique latine, y compris au Brésil et même au Venezuela où une partie de la police et de l'administration est aux mains des l'extrême-droite, liée à la CIA. Nous ignorons le véritable esclavage dans lequel on prétend maintenir par le meurtre, le viol et l'assassinat de syndicalistes les pauvres à leur place. Nous ne saurons pas grand chose sur la manière dont Fox, l'actuel président du Mexique, l'homme lige des USA a réduit à la plus extrême-misère son peuple et en particulier les Indiens, les révoltes qui montent de toute part, le fait que lors du prochain vote le Mexique risque lui aussi de passer à gauche. Nous ne vous disons pas que la Résistance cubaine est une voie royale semée de lys et de roses, oui ce peuple souffre, oui certains n'en peuvent plus de faire face depuis tant d'années à l'ennemi le plus impitoyable qui soit. Mais si les USA ne savaient pas à quel point ce peuple est capable de résister, il y a bien longtemps qu'il l'aurait envahi. Et la grande nouveauté est que désormais Cuba n'est plus seul...      On en finirait pas d'énumérer les mensonges, l'occultation des faits qu'opère le Monde et derrière lui la quasi-totalité de la presse française. Ce qu'on nous cache c'est la montée des résistances dans un contexte certes difficile, celui du sous-développement, celui de l'agression permanente que les États-Unis entretiennent partout et pas seulement en Irak. Ce qu'ils osent accomplir dans le monde est atroce, inhumain... Pourquoi nous cacher la manière dont partout des peuples luttent, cherchent des solutions pour maîtriser leurs ressources ? Parce que le jour où nous découvrirons cela, nos propres luttes à nous Français, nous peuples occidentaux, y compris celui des États-Unis en seront transformées, aidées.
Danielle Bleitrach

(1) Danielle Bleitrach. Viktor Dedaj, Maxéime Vivas: DE MAL EMPIRE. Aden editions. août 2005.

Sommaire