Bolsonaro est un petit tyran vendu a l’étranger, et Macron, un néocolonialiste

Envoyer à un ami  envoyer un lien sur cet article a un ami

publié le : 13 Septembre 2019

Le dirigeant communiste brésilien José Reinaldo Carvalho, éditeur du site Resistência, commente ici la position du gouvernement Bolsonaro au sujet de la dévastation de l’Amazonie, son caractère tyrannique à la tête de l’Exécutif brésilien, tout en critiquant également la position néocolonialiste du président français Emmanuel Macron et du G7.

L’opposition entre l’occupant du Palácio do Planalto, Jair Bolsonaro, et du locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron est fausse.

Bolsonaro dirige un gouvernement de trahison nationale. Tous les accords qu’il a signés avec le gouvernement impérialiste de Trump l’attestent.

De la même manière, sa politique étrangère de soumission des intérêts nationaux aux volontés de l’impérialisme étatsunien traduit le capitulationnisme sans vergogne de sa politique économique.

Bolsonaro dirige un gouvernement antisocial, ce qui implique également une conception et une pratique de destruction de l’environnement, y compris la forêt amazonienne.

Bolsonaro brave et viole toutes les règles démocratiques, de civilisation et de dignité humaine. Il ignore la diplomatie et se comporte de manière grossière et honteuse. Misogyne, il ne respecte pas les femmes et offense tous les êtres humains qui n’appartiennent pas à son clan. Les offenses à la première dame de France sont inacceptables, elles blessent toutes les femmes brésiliennes, et les deux communautés nationales.

Tout le comportement de Bolsonaro comme petit tyran à la tête du gouvernement, son extrémisme de droite, sa mauvaise conduite et les violations de la Constitution suffisent à démontrer que la défense de la démocratie, des droits sociaux, de la souveraineté nationale et territoriale du Brésil exigent son renversement.

Quant au président français, Emmanuel Macron et au G7, club fermé des pays impérialistes, il est clair, et cela ne date pas d’aujourd’hui, qu’ils convoitent l’Amazonie brésilienne.

La proposition récurrente visant à son internationalisation doit être énergiquement repoussée par les patriotes, ce qui ne pourra se réaliser que sous la conduite des forces démocratiques et anti-impérialistes et avec un nouveau gouvernement.
N’oublions pas que l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord), bras armé de l’impérialisme étatsunien et des pays de l’Union européenne, s’est octroyée, avec sa nouvelle doctrine stratégique, la prérogative d’attaquer militairement tout pays qu’elle jugerait comme formant une menace pour l’équilibre environnemental de la planète.

Le Brésil se doit de préserver la forêt amazonienne et l’environnement. Il se considère comme partie prenante du destin commun de l’humanité, mais cela ne pourra être obtenu ni par une imposition, ni par une ingérence, des puissances néocolonialistes.

Il en va autrement de l’aide de pays amis et d’organismes internationaux, qu’elle soit menée dans l’urgence ou de manière durable, aide toujours valable et bienvenue, à condition de n’être pas accompagnée d’exigences qui portent atteinte à la souveraineté nationale, et de se fonder sur des critères objectifs, aide déployée suivant le principe d’égalité, et structurée dans le cadre de la conclusion d’accords juridiques conformes au Droit international.

Ce n’est qu’avec le progrès économique et social de toute l’humanité et la conquête d’un nouvel ordre économique et politique international, ce qui exclut l’hégémonie des puissances impérialistes, que pourra se concrétiser l’idéal d’un destin partagé.

La lutte pour la souveraineté nationale est incontournable, indissociable de la lutte pour la démocratie et pour la résolution des graves questions sociales.

José Reinaldo Carvalho, dirigeant du PCdoB

source : Le Blog de jean levy

 accueil   Brésil   sommaire 

68 visiteurs ont lu cet article