CUBA : Face aux menaces et aux pressions impériales : il n’y a pas de négociations

Envoyer à un ami  envoyer un lien sur cet article a un ami

Extrait d'un communiqué de l' Agence France-Presse du 4 juin 2019 à 10:24 -
Les états-Unis ont imposé mardi de nouvelles sanctions sur l'industrie touristique cubaine, un secteur essentiel pour l'économie de l'île des Caraïbes accusée d'ingérence au Venezuela pour son soutien au régime du président Nicolas Maduro. Washington, qui accuse plus largement La Havane de jouer un «rôle déstabilisateur» en Amérique latine, interdit désormais aux Américains de se rendre à Cuba en voyages de groupe. Les sanctions visent également les bateaux de croisière ou de plaisance et les avions privés ou commerciaux.
[sautons le délire US habituel]
Le président démocrate Barack Obama avait initié fin 2014 un réchauffement historique, auquel Donald Trump a mis fin en renforçant l'embargo. Collin Laverty, le président de Cuba Educational Travel, une agence de voyages spécialisée, a dénoncé «un spectacle politique» du président Trump destiné à la communauté exilée cubaine de Floride, un état qui pourrait faire basculer le scrutin, «dans l'optique des élections de 2020».
«C'est vraiment dommage pour les millions de Cubains qui vont faire les frais de la baisse du nombre de touristes américains», a-t-il regretté dans un communiqué. Le chef de la diplomatie cubaine Bruno Rodriguez a dénoncé sur Twitter la décision des états-Unis, qui ont «l'intention d'asphyxier l'économie et de nuire au niveau de vie des Cubains pour nous arracher des concessions politiques».
«Ils vont encore échouer», a-t-il prédit.
Mais pour le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, «Cuba reste communiste et les états-Unis, sous les précédentes administrations, ont fait trop de concessions à l'un de nos adversaires historiques les plus agressifs». Les états-Unis ont ajouté en avril plusieurs sociétés cubaines sur leur liste noire d'entreprises qui ne peuvent pas bénéficier de transactions financières américaines directes, dont Gaviota, branche de l'armée cubaine dédiée au tourisme.
Par ailleurs, Washington a activé début mai le chapitre III de la loi Helms-Burton qui permet aux exilés cubains de poursuivre devant les tribunaux américains les entreprises qui ont réalisé des gains grâce à des sociétés nationalisées après la révolution cubaine de 1959.
Cette mesure était suspendue depuis plus de deux décennies par les présidents américains, démocrates comme républicains.
publié le : 2 juillet 2019

Le président du Conseil d'état et du Conseil des ministres de Cuba, Miguel Diaz-Canel Bermudez, a réitéré sur son compte Twitter que notre pays ne négociera pas sous la pression ou la menace impériale

Les Cubains ne se rendent pas ni ne se vendent.

Le président du Conseil d'état et du Conseil des ministres de Cuba, Miguel Diaz-Canel Bermudez, a réitéré son compte Twitter que notre pays ne négociera jamais sous la pression ou la menace impériale.

« Fidel nous a appris que : "L'honneur ne se négocie pas, la Patrie ne se négocie pas, la dignité ne se négocie pas, pas plus que l'indépendance, la souveraineté, l'histoire, la gloire ! ". Face aux menaces et aux pressions impériales : il n’y a pas de négociations », a écrit le président.

Récemment, le gouvernement cubain a condamné les mesures annoncées le 4 juin 2019 par les états-Unis. Ces dispositions qui durcissent le blocus économique, commercial et financier exercé contre Cuba depuis plus de 60 ans accentuent encore les restrictions imposées aux citoyens des états-Unis pour se rendre à Cuba, comportent des interdictions absolues pour les navires en provenance des états-Unis, y compris pour les bateaux de croisière.

L'actuel gouvernement des états-Unis cherche, à l’instar des administrations impériales précédentes depuis 1959, à arracher des concessions politiques à Cuba et provoquer le mécontentement du peuple à travers l’asphyxie économique. Ils n'ont pas appris que, comme le dit un vieil adage populaire, les Cubains ne se rendent pas et ne se vendent pas non plus.

Rédaction internationale | informacion@granma.cu le 12 juin 2019

 accueil   cuba   sommaire 

165 visiteurs ont lu cet article