Il avait 24 ans

Envoyer à un ami  envoyer un lien sur cet article a un ami

publié le : 19 septembre 2018

Ramallah

Il avait 24 ans. Il dormait profondément dans son lit. Ils sont venus de nuit, ont forcé la porte de sa maison, l’explosant de leurs fusils et coups de bottes. Toute la maisonnée a été réveillée, sa mère et son frère ont été mis à l’écart, ils l’ont isolé dans une chambre et l’ont battu. Puis ils l’ont emmené avec eux, inconscient.

Deux heures plus tard, ils informent sa famille qu’il est décédé.

Son nom est Muhammed Zaghloul al Khattib Al Rimawi. [1]

Il habitait à Beyt Reyma, au nord ouest de Ramallah. Il était en excellente santé.

Les forces d’occupation opèrent fréquemment de la sorte, ils viennent en plein sommeil arrêter des jeunes gens, parfois des femmes ou des enfants. Durant les sis premiers mois de 2018, les FO ont procédé ainsi à 3533 arrestations, le plus souvent pour une détention administrative c’est-à-dire sans charge d’inculpation, sans procès pour une durée de six mois renouvelable selon le bon plaisir des autorités militaires.

Ne soyez pas surpris si vous êtes hébergés un jour chez l’habitant quand vous rendez visite aux Palestiniens sous occupation militaire, ils n’éteignent jamais toutes les lumières lorsqu’ils prétendent à un sommeil réparateur. Il faut qu’ils soient prêts à s’habiller rapidement en cas d’irruption des militaires. Cette mort, une de plus, personne n’en a entendu parler en Occident.

Yale et Jénine

Une étrange étude [2] a été menée par des psychologues de Yale, Oxford et l’University College de Londres sur 1500 sujets. Ils ont été témoins d’un choix divergent opéré par deux personnes inconnues d’eux. L’une, le Bon, a refusé de soumettre une autre personne à des chocs électriques en échange d’une rétribution monétaire. L’autre, le Méchant, accepte de torturer pour de l’argent. Les chercheurs ont recueilli les perceptions des caractéristiques morales des deux étrangers ainsi que leur confiance dans leur propre jugement les concernant.

Concernant le Bon étranger, tout le monde est d’accord, de plus les 1500 sujets sont confiants dans leur jugement. Pour le Méchant, ils sont tous prompts à réviser leur opinion s’il faisait montre d’un moment de générosité. Les psychologues en déduisent que l’humain est prédisposé à oublier certains faits pour maintenir des liens sociaux même lorsque le partenaire est immoral voire franchement mauvais. Une espèce de faculté d’oubli serait intrinsèque à l’humain pour faire société.

Il y a quelques années, après une demi-journée à attendre vainement que trois soldats boutonneux d’une vingtaine d’années concèdent à notre franchissement d’un check point à l’entrée de Jénine, nous avons fini par prendre un trajet détourné à travers des collines. Elles n’étaient pas encore rasées et étaient recouvertes d’arbres et de buissons, pas assez pour nous dissimuler aux hélicoptères qui pouvaient vrombir au-dessus de nos têtes. Quelques jeunes ouvrent la route d’une démarche souple et se baissaient sans cesse pour nettoyer le chemin que n’empruntaient pas que les chèvres, jouant à jeter au loin leurs cailloux. On croise alors quelques vieilles dames, sans doute des paysannes, essoufflées, moins agiles que nos compagnons, avec un relatif embonpoint. Elles lèvent leurs bras au ciel, implorent « Que Dieu leur accorde la raison et les ramène dans la droite conduite «  La gorge se noue et immanquablement les joues sont inondées. Non seulement elles ne profèrent ni plainte ni imprécation, mais elles prient pour que soient délivrés leurs oppresseurs de leur méconduite. Oxford et Yale devraient expédier leurs thésards étudier en Palestine la nature du pardon et la force de résilience, qui vont de pair avec la foi.

Idlib

Ce même jour, le 18 septembre, les Forces d’Occupation Israéliennes utilisent la couverture d’un avion russe pour attaquer la Syrie. La DCA de l’armée arabe syrienne, leurrée, abat l’avion ami et tue ses quatorze passagers. Il est permis de douter que le peuple russe et son actuel Président puissent avoir la magnanimité de pardonner un tel acte de terrorisme. Aucun média occidental ne pose la question la nature du droit que l’aviation de l’entité sioniste s’accorde pour attaquer par missiles un État souverain. Et d’utiliser cette attaque pour monter un stratagème vraiment grossier pour saborder les liens de confiance et d’alliance entre la Russie et la Syrie .

La chronologie de cette bourde, un crime, ni plus ni moins, correspond invariablement à la mise en tension de la région dès qu’un processus d’apaisement se trouve engagé. La filouterie intrinsèque d’un Erdogan rompu aux faux-fuyants et incapable de passer le pas pour rompre avec un Occident prêt à le renverser avait été maîtrisée par des arguments poutiniens. Idlib allait être libérée sans tirer un coup de canon, en tous les cas sans mette en danger la population civile grâce à la large bande tampon et aux corridors humanitaires qui permettent d’en exfiltrer une bonne part. La frontière turque saura alors redevenir perméable aux diverses variétés de mangeurs de foie humain- démocrates et accomplissant un bon boulot-selon un tarif négocié avec leurs patrons, nommés par le sigle FRUSAIS. Ce nouveau terme se compose de France, Royaume Uni, Usa Israël et Arabie Séoudite.

Cette manœuvre précipitée qui se voulait être du grand Art de l’Embrouille et de la Ruse indétectable dans la guerre permanente qui nourrit le parasite colonial ne peut pas être soutenue par la sempiternelle antienne ‘Israël a le droit de se défendre’. Il ne s’agit pas de Palestiniens déshumanisés et désarmés. La Fédération de Russie est une puissance nucléaire, contrainte de se projeter en Syrie pour contenir la pression exercée sur elle.

L’Ukraine et la Pologne (une base permanente étasunienne va y être installée) sont deux points d’entrée chauds sur son flanc européen. Elle a à tenir son rang, celui d’ordonnateur d’un nouvel équilibre du monde dans lequel pèse de tout son poids le continent asiatique, là où les choses du futur même proche se préparent.

Le Tsar, ainsi l’appellent affectueusement et respectueusement (les deux coexistent) ses collaborateurs répondra à ce crime en temps voulu et dans des termes adéquats.

Badia Benjelloun

Notes

  • [1] https://www.middleeastmonitor.com/20180919-palestinian-man-dies-after-israel-forces-beat-him-at-his-home/
  • [2] https://news.yale.edu/2018/09/17/we-are-predisposed-forgive-new-research-suggests
Pour commenter cet article vous devez être inscrit sur la liste de diffusion (ancienne ou nouvelle)

 accueil   palestine   sommaire