la mort est un marché

Envoyer à un ami  envoyer un lien sur cet article a un ami

publié le : 27 mars 2018

Le monde selon notre Président-Jupiterien Macron, ses ministres, et l'armée d'idéologues-communicants à leur service, est régi par les " lois du marché ": tout s'y évalue en Euros ou Dollars, des fesses d'une femme a la moindre œuvre d'art, tout n'est que possibilité de profit pour le capitaliste qui le possède, du moindre Picasso au cadavre Hallyday et à son héritage, et chacun des services publics est condamné à végéter avant la privatisation inéluctable.

Sur le plan des relations internationales, cette " loi " justifie l'immoralisme le plus abject, alors même que "l'establishment" français, délivre à tout instant des leçons de " droits de l'homme "au reste du monde. Poutine réélu par 3 Russes sur 4 est déformé de façon ridicule par les medias manipulateurs qui ont fabriqué il y a un an Macron. Au passage, le racisme anti-russe envahit les petits écrans, comme celui toujours sous-jacent à l'égard des "Arabes", quand ils évoquent Moyen-Orient et Syrie. Avez vous remarqué que les bombes de l'état national syrien " massacrent des civils, des femmes et des enfants" quand elles sont portées par des avions russes sur les insurgés des faubourgs de Damas, alors que les bombes françaises des Rafale n'en tuaient aucun en écrasant Mossoul de concert avec les USA il y a quelques semaines ?

Car la France de notre monarque Macron, fidèle second de l'impérialisme occidental contre ses concurrents russe et chinois, et contre les velléités de liberté des peuples "du Sud", a deux créneaux particuliers d'intervention, qui ne manquent pas d'importance pour l'ensemble du dispositif impérialiste.

Le premier tient à l'histoire coloniale de la France, qui a si longtemps dominé et imprégné de sa culture près de la moitié nord de l'Afrique, dite encore abusivement francophone. De ce fait, elle est préposée par l'impérialisme occidental à jouer l'exécutant militaire de ses basses œuvres, qui se résument à la présence de soldats et de moyens aériens d'intervention ( avions, drones ): ce fut le cas en Libye, sous la houlette de Sarkozy, c'est le cas au Mali, au Burkina, en Centrafrique, réoccupés par des troupes majoritairement françaises, avec pour résultat essentiel d'y multiplier l'influence des djihadistes-intégristes-trafiquants que l'on prétend combattre. En Europe de l'Est ( Ukraine ), où elle a été moins impliquée par l'histoire, la France n'a qu'un rôle second de soutien diplomatique aux initiatives anti-russes de l'union Européenne et des USA: elle s'y emploie avec zèle.

Le second est important aussi pour l'impérialisme occidental. En France, vieux pays industriel dès le XIXème siècle, les grandes entreprises minières, métallurgiques, textiles, orientées vers la consommation quotidienne de biens, ont été décimées par les délocalisations en quête de profits supérieurs pour le capital. Parallèlement, les industries françaises à objectif militaire ( des avions bombardiers, blindés et matériel électronique, jusqu'aux cercueils métalliques destinés à rapatrier les corps de nos soldats tues en opérations extérieures ) ont augmenté, et, plus que pour la Défense nationale, elles produisent pour l'exportation. La France est devenue le troisième vendeur d'armes et d'équipement militaire au monde: les USA en écoulent pour plus de 22 milliards d'euros, la Russie pour 6 milliards, et notre pays pour 4,3 milliards, ce qui approche de la première place si l'on tient compte des populations respectives. Et ces exportations militaires françaises ne sont pas seulement dues au désir de rétablir la balance commerciale: elles sont un dispositif essentiel de l'impérialisme occidental, fournissant les armées des ALLIÉS DE L'OCCIDENT les plus demandeurs d'équipement guerrier: l'Arabie Saoudite ( qui en a acheté pour 36,7 milliards de dollars entre 2001 et 2008 ), l'Inde ( qui y a consacré 30,9 milliards de dollars durant la même période) et les Émirats Arabes Unis ( 15,9 milliards ). Cette stratégie est mûrement réfléchie, au service de l'impérialisme, et relève du partage des tâches plus que du raisonnement commercial. Trump et les responsables des USA continuent d'armer massivement l'Arabie Saoudite, champion intégriste de leur combat contre l'Iran, et fournissent à Israël les moyens d'être la première puissance militaire au Moyen Orient, Macron et ceux de France permettent sciemment au despote pétrolier de Riyad d'écraser de bombes les populations du Yémen coupables d'être proches de l'Iran chiite et des Palestiniens, en y créant un épouvantable désastre humanitaire, que les médias français font mine d'ignorer. Mais notre Président-monarque vient de peaufiner cette responsabilité majeure de la France lors de son récent voyage en Inde, pays de plus d'un milliard d'habitants dirigé aujourd'hui par le gouvernement Modi, lié a l'extrême-droite hindouiste, et leader en Asie de la coalition anti-chinoise alliée des USA. Dans l'esprit de la majorité de nos concitoyens, les souvenirs de Gandhi donnent à l'Inde une image pacifiste: la réalité est qu'à l'inverse, ses dirigeants bellicistes et anti-musulmans actuels risquent d'être dans les années qui viennent à l'origine d'un conflit majeur en Pacifique et Océan Indien. Macron ne s'est pas contenté à New-Delhi de jouer les commerçants en fournissant à Modi les armes qu'il ne produit pas et qui lui sont nécessaires pour s'imposer dans la région ( l'Inde était en vertu de contrats signés par les gouvernements précédents fourni en armes par la Russie ).

Il a conclu avec ce belliciste asiatique une véritable alliance militaire dirigée contre l'influence chinoise grandissante, en lui offrant la possibilité d'installer des forces indiennes tout autour de l'Océan Indien, partout où la France est présente militairement, a la Réunion, à Mayotte ( cette Île de l'archipel des Comores que la France a annexée pour en faire une plate-forme militaire ! ), a Djibouti, a Dubaï ....

Que gagnerait le peuple français a un conflit majeur dans le Pacifique ?

Francis Arzalier

Pour commenter cet article vous devez être inscrit sur la liste de diffusion (ancienne ou nouvelle)

 accueil    sommaire