2ème tour des élections présidentielles : nous aurons en face deux adversaires de classe.

Envoyer à un ami  envoyer un lien sur cet article a un ami

mis à jour le : 10 Mai, 2017

Le verdict est donc tombé. Avant de pouvoir faire une analyse précise des chiffres et tirer tous les enseignements de ce scrutin quelques enseignements à chaud.

Le taux d’abstention est fort et les partisans du refus de vote forment encore le premier parti de France. Cela est particulièrement vrai dans les quartiers populaires là où vivent celles et ceux qui ont le plus intérêt à un renversement du système. Ce refus de vote montre bien qu’il y a encore du chemin à faire pour redonner une perspective et un espoir au monde du travail et de la précarité.

Cet élément relativise grandement le résultat du candidat arrivé en tête à l’issue de ce premier tour en particulier quand on le rapporte au pourcentage des inscrits et plus encore quand on y ajoute toutes celles et ceux qui sont privés de droit de vote.

Cette victoire de premier tour est d’abord celle des médias qui ont consacré à leur poulain un matraquage médiatique sans précédent. Elle permet au PS ( À HOLLANDE ? )désavoué par le peuple de trouver avec Macron une solution de raccroc qui fait de lui l’artisan du retour à la 4ème république au temps de l’alliance des socialistes et de la droite.

Avec 3 candidats dans le carré de tête la droite et son extrême montrent à nouveau qu’elles sont fortes électoralement dans ce pays. Par-delà leurs idées, il est quand même rassurant que le candidat de droite pris la main dans le sac du pillage des fonds publics, ne soit pas au second tour. L’élément nouveau, en l’absence de candidat communiste, est la forte progression du score de Jean Luc Mélenchon, candidature et programme dans lequel se sont reconnus nombre de militant-e-s du monde du travail, nombre de personnes des milieux populaires et qui ont vu dans cette candidature la possibilité de s’appuyer dessus pour aller plus loin et changer de système.

Au passage on peut noter que ce score aurait certainement été encore plus fort si Hamon n’avait pas maintenu sa candidature, voire il aurait permis à ce candidat d’atteindre le deuxième tour. De ce fait Benoit Hamon et le PS sont objectivement les alliés de Macron au vu du résultat final.

On peut se demander quelle sera la majorité issue des législatives et nous pouvons déjà entrevoir les tripatouillages auxquels elles vont donner lieu à droite et au PS en tenue de camouflage. Il appartient aux forces qui affirment vouloir rompre avec le capitalisme de s’unir pour cette échéance.

Sans attendre, nous l’avions dit avant le premier tour, cela est encore plus vrai ce soir, tout dépendra de nos luttes.

Avec Le Pen ( LA CANDIDATE DE L'EXTRÊME DROITE XÉNOPHOBE ET ANTI OUVRIÈRE ) et Macron ( LE REPRÉSENTANT D'UBER ET DU CAC 40 ), le capital est assuré d’avoir UN POUVOIR A SON SERVICE et cela nous impose dès le 1er mai de dire haut et fort que nous ne laisserons pas faire.

Dans l’immédiat nous appelons à renforcer rouge vif et l’ANC afin de CONTRIBUER A DONNER au pays l’organisation révolutionnaire dont il a besoin.

Association Nationale des Communistes

Accueil

sommaire