COMPTE RENDU DU DEBAT POLEX DU 7 JANVIER 2017
autour du livre « Camarade je demande la parole !»

Envoyer à un ami  envoyer un lien sur cet article a un ami

mis à jour le : 30 Janvier, 2017

L’après-midi du samedi 7 janvier 2017, à l’espace Maymana à Saint Ouen, a été riche en débats autour du livre «Camarade je demande la parole ! » Les trois auteurs et orateurs invités par le Collectif Communiste Polex ont débattu dans une salle pleine.

Il s’agissait de Jean-Pierre Page, ancien responsable International de la CGT, de Philippe Cordat, métallurgiste, responsable de la CGT de la région centre intervenant sur les luttes hexagonales, et Charles Hoareau de la CGT de Marseille, plus centré sur les problèmes des précaires et des chômeurs.

La présentation a été faite par Bruno Dwreski. Le livre se veut un outil pédagogique à l’adresse de la jeunesse pour revivifier en France un syndicalisme de lutte de classe, suite à l’échec de la fausse gauche et de ses organisations de collaboration de classe qui prétend, sous prétexte « de réalisme et de modernisme », cogérer la misère imposée par le grand patronat…

Depuis les luttes contre la loi travail, avec l’exclusion de masse des chômeurs et des précaires, il faut continuer à réapprendre la résistance en proposant des pistes pour de nouvelles formes d’action et de syndicalisme. Les interventions de la salle ont été multiples, vastes et très enrichissantes.

Les nombreux problèmes, auxquels le syndicalisme est confronté, ont été évoqués: en Europe, avec les négociation du TTIP, le changement de la composition des salariés dans le monde du travail (cadres employés et ouvriers), les différents types d’immigration (détachée, intra et extra communautaire, économique et réfugiés de guerre).

Des échanges rudes ont parfois eu lieu, montrant les difficultés d’appréhender les contradictions qu’engendrent les situations vécues par le monde du travail. Un avenir meilleur viendra de la capacité des nouvelles générations de salariés à faire leurs les nouvelles voies évoquées dans l’ouvrage pour se battre, pour rénover et démocratiser un syndicalisme à la croisée des chemins.

Jean François Loubiere

Le débat dans son intégralité

Accueil

Dossier

sommaire