Compte rendu de l'AG du Collectif polex du 25/10/2016
Exposé de jean Levy et débat
( les USA avant les élections présidentielles )

mis à jour le : 21 Octobre, 2017

envoyer à un ami  recommander à un ami

A la fin des années 90 les USA dominent sans conteste le monde entier. Avec Reagan et Thatcher en Grande Bretagne, suite à la chute de l’Union Soviétique et la mise en place du régime d’Eltsine, c’est la victoire de la mondialisation financière avec son pendant idéologique sur la fin de l’histoire et de la victoire définitive du capitalisme libéral. 25 ans ont passé et le leadership des USA commence à être contesté avec la montée en puissance de pays émergents comme la Chine.La concurrence des impérialismes à l’échelle planétaire s’exacerbe mais une certaine résistance des peuples et des pays s’organise face à la domination des firmes et des banques liées aux USA. Nous voyons la création des BRICCS et d’institutions indépendantes de l’occident comme celle faisant suite à la conférence de Shanghai.

L’élection d’Obama, qui a soulevé tellement d’espoir, devait changer profondément le pays mais c’est en fait une grande désillusion après les dix ans de la première présidence d’un président noir ! En interne la « grande » réforme de la sécurité sociale est très difficile à mettre en place et la marginalisation de nombreuses couches de la société continue. Les riches sont toujours plus riches et les couches moyennes tombent dans la pauvreté. Rongés par de nouvelle forme de racisme, les USA restent un pays de très grandes inégalités (salaires, prisons, lieux de vie…) entre les communautés (noires, latino et asiatiques) et les différentes strates de la société. Cependant des contestations du système libéral apparaissent comme le mouvement contre Wall Street contre coup de la crise financière des subprimes. En politique extérieure les promesses d’un monde plus pacifié se fait attendre et les changements s’effectuent à la marge mais qui laisseraient entrevoir un certain recul de l’impérialisme (accord avec Cuba et l’Iran). Le rapport de force mondial s’inverserait lentement ? La Russie d’aujourd’hui déploie sa flotte en méditerranée et s’engage en Syrie. L’Amérique s’enlise à nouveau en Irak.

C’est dans ce conteste que se déroule l’actuelle campagne pour les présidentielles.

Le candidat Sanders développe, pour la première fois dans l’histoire US, un mouvement puissant auprès des jeunes avec un programme social-démocrate qui menace la candidate favorite du parti démocrate Hillarie Clinton. Chez les républicains un milliardaire démagogue et raciste se présentant comme anti système élimine les autres candidats et se fait le champion des blancs pauvres et marginalisés par la crise et la désindustrialisation des USA.

En conclusion nous pouvons dire que les risques de guerre restent bien présents. La direction des US semble divisée mais quelle que soit la victoire de l’un ou l’autre des candidats, l’impérialisme US reste dangereux pour tous les peuples du monde comme le montrent les interventions au Moyen Orient, en Ukraine, et les retours des droites en Amérique du sud. Les multinationales ne lâchent rien et poussent toujours plus à la conquête de nouveaux territoires. Les contrepoids issus des mouvements de libération nationaux ont disparu ou sont marginalisés par la trahison des élites ou par l’assassinat des leaders gênants.

Comment ne pas voir dans les contradictions de la société américaine actuelle nos propres interrogations nationales où notre classe politique et médiatique s’occupe de conflits entre personnalités mais oublie la réalité des programmes et de leur application pour ne servir que les intérêts des seuls dominants.

Jean-Francois loubière

Accueil   polex   sommaire