Vers  un  " Fascisme  Démocratique " ?

mis à jour le : 4 Août, 2016

Politiciens et maîtres des médias à leur service ont réussi à persuader la majorité des français que le monde se divise en deux catégories de pays, ceux, " démocratiques ", comme la France, qui utilisent le suffrage universel et le pluralisme des partis politiques pour adouber leurs dirigeants, et les autres, dictatures autoritaires qui ne respectent pas les " libertés ", notamment celle d'entreprendre. Cette version fait en fait peu de cas des réalités de l'histoire passée, et celles du présent.

Les diverses variétés de régimes fascistes ont ensanglanté le xxeme siècle, imposant le silence à tous ceux qui contestaient le capitalisme, et massacrant par millions les minorités désignées par eux comme boucs émissaires, en vertu de doctrines racistes et antisémites.
La plupart de ces fascismes, a commencer par le plus virulent, le nazisme, ont accédé au pouvoir à l'issue d'élections: ainsi, Hitler est devenu chancelier du Reich en Allemagne par un vote majoritaire du parlement, avec le soutien des autres partis de la droite allemande. Ce n'est qu'après qu'il élimina toutes les organisations antinazies, et expédia leurs militants en exil ou en camps de concentration.

Les fascismes d'il y a 70 ans, vaincus a l'issue de la deuxième guerre mondiale, ne ressuscitent pas aujourd'hui a l'identique. Mais des régimes autoritaires, utilisant la terreur et la démagogie xénophobe pour perpétuer l’inégalité et le capitalisme ne manquent pas: une variété contemporaine de l'antique fascisme, en quelque sorte, a commencer par les intégrismes islamistes qui font subir à leurs peuples et aux opposants leur terreur, en prétendant la justifier par un islam falsifié.

C'est le cas des champions mondiaux de l'exécution capitale qui gouvernent la riche monarchie d' Arabie Saoudite, et financent les fanatismes djihadistes en Afrique et en orient.

Mais c'est aussi le cas du régime islamiste turc dirige par Erdogan, membre éminent de l'alliance occidentale OTAN, qui a été des années durant le soutien objectif de Daech contre l'état syrien et les kurdes tout en prétendant le contraire. Ce dernier, comme les nazis en 1933, est arrivé au pouvoir après des élections, s'y maintient par la démagogie et la manipulation du religieux, et aujourd'hui dévoile son vrai visage. À l'issue d'une tentative de coup d'état si maladroite qu'elle pourrait bien être une provocation, Erdogan a entamé l'élimination de tout ce qui ressemble à un contestataire: environ 50 000 personnes arrêtées, détenues ou chassées de leur emploi, dans l'armée, la magistrature, l'enseignement.. POUR Ceux qui ont un peu de mémoire, cela ressemble fort a l'incendie du Reichstag organisé par les nazis a Berlin pour éliminer leurs opposants. Heureusement, les oppositions turques organisent la riposte et manifestent dans la rue a Istanboul aux cris de " ni coup d'état, ni dictature du palais!", Même si les journalistes français n'en rendent guère compte...

Plus au sud, le pouvoir israélien, lui aussi issu d'élections, S'enfonce de plus en plus dans la spoliation colonisatrice au détriment des palestiniens, et la justifie par un racisme affirmé ouvertement au sein du gouvernement par le ministre de la défense, le leader d'extrême droite Liberman.

Plus au nord, le pouvoir en place à Kiev, issu d'un soulèvement armé pro-occidental a Kiev, noyauté par l'extrême droite nationaliste et pro-nazie, s'est acquis une virginité " démocratique " par des élections organisées dans la contrainte.

En quelque sorte, quatre exemples parfaits d'un " néo-fascisme démocratique " contemporain, qui a les faveurs de l'occident impérialiste. Comme le disait richard Ninon il y a un demi siècle, " ce sont de foutus bâtards, mais ce sont nos bâtards!". Faut il rappeler que l’Arabie saoudite, la Turquie, Israël, et l’Ukraine anti russe, sont des alliés privilégiés du pouvoir de hollande et Valls? Et que la France, entre des attentats criminels successifs, honteusement instrumentalises vers la xénophobie sécuritaire par ses " élites " politiciennes et médiatiques, semble bien suivre le même chemin....Si nous ne savons l'empêcher.

Francis Arzalier

Accueil  sommaire