La dernière chance?

envoyer un lien sur cet article a un ami

mis jour le : 22 Octobre, 2017

Dix ans déjà que les électeurs français infligeaient un NON retentissant a la Constitution Européenne Supranationale .Depuis, en échos de plus en plus forts, des mouvements populaires " europhobes " ont fleuri dans divers pays du continent, au Sud et au Nord, a l' Ouest et a l' Est, exprimant le rejet des dispositifs d' austérité et de destruction des conquêtes sociales, au service du Capitalisme transnational, par le biais de l' Union Européenne et de ses Traités. Mais cette prise de conscience des conséquences néfastes de l'UE,
positive, ne va pas sans ambiguïtés et contradictions. Déjà, en 2005 en France, le NON mêlait dans les urnes les Patriotes,opposés au carcan supranational pour défendre les acquis sociaux nés des luttes populaires, et des Nationalistes, désireux d' exprimer par ce vote leur xénophobie et leur racisme, et de faire des immigrés les boucs émissaires du chômage et de la délinquance. Il s'y ajoutait même quelques démagogues a la Fabius, redevenu aujourd'hui le fer de lance socialiste de l'UE et de l' OTAN. Cette évidente fragilité de la coalition des NON laissa toute facilité a nos politiciens Pro-UE, socialistes et droites réunies, de l' effacer quelques jours plus tard par un vote parlementaire.

Les mêmes contradictions provoquent les mêmes faiblesses dans les mouvements populaires " Euro-critiques" actuels. La victoire électorale de Syriza en Grèce, née de la volonté populaire de refuser les diktats " Européens ", a accouché d' un gouvernement qui comprend aussi des Nationalistes, et des " Socio-Liberaux", fidèles partisans de" la loi du Marché" capitaliste, prêts à toutes les concessions pou ne pas rompre avec l'UE et l' Euro.
Podemos en Espagne surfe sur la volonté de millions d' électeurs d' une rupture avec les recettes " Européennes " de la Droite et du PS, mais certains de ses leaders se proclament " apolitiques, anti-Partis, voire anti-marxistes ", et drainent leurs électeurs vers une contestation sans danger pour le système, comme le fit d' ailleurs le " Stelle " de Pepe Grillo en Italie.

En Angleterre, en Suède, en Hongrie, etc, le sentiment anti-UE est récupéré par des Nationalistes xénophobes, et d' extrême-droite, que nos journalistes serviles baptisent " Populistes ", alors qu 'ils sont démagogiques.
Le même phénomène profite en France au Nationalisme d' extrême-droite de Marine Lepen. Ce dernier n'a pas besoin de faire campagne, une coalition hétéroclite se charge de ramener à lui toujours plus d' électeurs déboussolés : Le PS au pouvoir qui s' obstine à matraquer les salariés sous prétexte que " c' est bon pour l' économie". La Droite sarkozyste qui ne reproche à messieurs Hollande et Valls que d' être trop timorés dans leurs " réformes " réactionnaires. Les fanatiques Islamistes, assassins réels ou supposés: le matraquage quotidien des médias soumis au pouvoir et au Capital multiplie leur image, et fabrique dans une opinion apeurée une hystérie anti-musulmane pire que durant la Guerre d' Algérie, quand fleurissaient les attentats et que revenaient les cercueils.

Et cerise sur le gâteau offert au FN, un PCF qui a trop souvent oublié les objectifs justifiés qui lui valaient une grande influence en 1970,la lutte résolue contre une " Europe supranationale " capitaliste parrainée par la Droite et le PS, et le combat pour la paix, contre l' OTAN et les impérialismes Occidentaux, y compris celui de la France, sous gouverne du Gaullisme ou des Socialistes. Une démission pour quelques voix au second tour des élections ou quelques ministères, qui laisse le FN accaparer démagogiquement les espaces de lutte abandonnés, et se poser en parti des travailleurs délaissés.

Et monsieur Hollande, oubliant ce que doit être un Président, n' hésite pas à assimiler Les Communistes et l' extrême au détour d' une phrase, a l' exemple des politiciens conservateurs et Nationalistes d' Europe de l' Est
Et la mise en retraite du patriarche fatigue Jean-Marie Lepen au profit de sa petite fille Marion, tout aussi imprégnée que lui d' idéologie fasciste,est travestie par les médias en tragédie grecque, alors qu' il s' agit tout au plus d' une pantalonnade.

Et pendant ce temps, Marine Lepen va assurer ses soutiens médiatiques, politiques,( et financiers ? ) aux Etats-Unis comme tout candidat au pouvoir à Paris. C' està se demander si les ideologues-communiquants au service des bourgeoisies de droite et de gauche n' ont pas décidé l' accès au pouvoir du FN qu 'ils prétendent combattre. Tous les fascismes d' autrefois, y compris les partis de Mussolini et Hitler, ont accédé au gouvernement, non par les urnes, mais avec l' aide de la Bourgeoisie et des partis de la Droite parlementaire, quitte a s' en débarrasser après. Ce scénario du pire peut se reproduire en France et ailleurs aujourd'hui et demain.

Ce n' estévidemment pas une fatalité, ce ne sont pas les politiciens qui écrivent l' histoire, mais les luttes de classes et les mouvements populaires, imprévisibles par nature. S' ils expriment suffisamment fort et clair la volonté de rupture avec le capitalisme et l' Union Européenne qui l' exprime aujourd'hui, il peut y avoir une issue positive pour le peuple français, et les autres peuples d' Europe Mais il est temps de réagir avant la catastrophe annoncée...

Francis Arzalier

Accueil  europe  sommaire